Est-ce que le régime paléo est une idiotie ?

Questions santé : Est-ce que le régime paléo est une idiotie ? C'est quoi le régime paléo ? Quels sont les avantages et les inconvénients du régime paléo ?

Mis à jour le : 26 décembre 2019

L’idée de manger comme nos ancêtres de la Préhistoire pour maigrir a l’air farfelue, mais beaucoup l’on essayé et il parait que ça marche. Certaines personnes sont plus réticentes à l’idée de suivre un régime paléo et ne souhaitent pas bouleverser complètement leurs habitudes alimentaires. D’autres pensent que c’est une idiotie de vouloir retourner vers un mode de vie très ancien, quels qu’en soient les bénéfices. A chacun son avis, mais en tout cas, ce qui devrait intéresser le plus de monde est : que pense la communauté scientifique de cette diète ?  Quels sont les avantages rapportés par les études ? Et les inconvénients ? Très gros plan sur ce sujet.

Description du régime paléo

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il est intéressant de souligner ce qu’est exactement un : « régime paléolithique », aussi appelé « régime paléo ». En réalité, il s’agit d’un mode de vie alimentaire, allégué comme tel chez les scientifiques. Mais nous, on préfère penser à un régime amaigrissant, du fait peut-être de notre envie insatiable de mincir.

Cette diète fait la part belle au retour au naturel et est adoptée par les personnes dont l’IMC annonce un surpoids. Elle exclut toute consommation d’aliments transformés, de laitages, de boissons gazeuses, de gluten, de gras, de glucides et de tous les vivres qui n’existaient pas avant et pendant la Préhistoire. L’idée est donc de manger comme un chasseur-cueilleur de la période -1 800 000 à -12 000 ans avant Jésus Christ.

Nos ancêtres étaient minces, musclés et en parfaite santé, d’où l’idée de vivre calqué sur leur mode de vie. Malheureusement, l’avènement des nourritures industrielles a totalement dégradé notre santé et ce n’est pas une coïncidence si à partir de là s’est observé l’apparition des maladies métaboliques telles que l’obésité, l’hypertension artérielle et le diabète, pour ne citer que ces trois là.

Régime paléo et carnivore

En pratique, une alimentation paléolithique est basée exclusivement sur les fruits, les légumes sauvages, les graines et les baies. Les populations les plus anciennes se nourrissaient seulement de ces aliments.

Même si leur menu était composé majoritairement de végétaux, peu à peu, la viande est venue enrichir leurs assiettes. Celles-ci comptaient surtout du gibier maigre, des œufs de différents oiseaux, des poissons, et des escargots.

Le mauvais côté c’est que le régime paléo était également composé de mollusques, de larves et d’insectes en tout genre qui peut en rebuter certain. Ça vous tente encore ?

Viande régime paléo
Crédit photo :
© Pixabay

Régime paléo et végétarien ou végan

Pour vous rassurer, on peut manger paléo ET végétarien. D’un côté, avec la théorie de l’évolution de Darwin, l’adoption du véganisme est plus un choix éthique plutôt qu’une question de goût.  Un naturaliste britannique pense que si l’on n’est pas capable de chasser un animal, nous ne devrions pas en consommer; si l’on ne peut pas pêcher pour se donner bonne conscience, alors on ne devrait pas manger de poissons.

Le végan repose sur le refus de tout acte de cruauté à l’égard des animaux. Dans ce sens, le régime paléo-végan est adopté non pas pour des raisons de santé, mais pour des raisons de moralité.

Ce que pensent les scientifiques de ce régime

Selon le Dr Boyd Eaton, « nos besoins alimentaires sont conditionnés par nos gènes qui n’auraient pas évolués depuis la Préhistoire ».  Néanmoins, certains chercheurs ne sont pas très convaincus par cette théorie. Ils présument que les unités d’hérédité ne sont pas totalement inchangées, qu’une partie s’adapte à l’évolution du mode de vie alimentaire. Les céréales et les produits laitiers selon eux sont indispensables, car leurs études ont rapporté que ces aliments protègent du surpoids et des maladies cardiovasculaires.

La question du régime paléo est, d’une certaine manière, à mettre en perspective avec les facteurs environnementaux qui ont changé. En tout cas, beaucoup de nutritionnistes recommandent cette diète parce qu’elle apporte à l’organisme les micronutriments protecteurs et essentiels à son bon fonctionnement.

Les scientifiques qui ont écrit sur le sujet affirment que le modèle paléolithique permet vraiment de mincir, du moins si celui qui le pratique se dépense au quotidien. L’activité physique, non seulement, favorise la perte de poids, mais préserve également des maladies qui affectent notre civilisation comme les pathologies cardiovasculaires et le cancer.

Sport et régime paléo
Crédit photo :
© Pixabay

Régime paléo : idiotie ou pas 

Le chercheur canadien Luc-Alain Giraldeau a critiqué le régime paléo en soulignant que « C’est essentiellement fondé sur un fantasme… »,  «…reposant sur une image irréelle de l’ère paléolithique ». Selon lui, les légumes, les fruits et les huiles n’existaient pas à cette époque sous leur forme actuelle. Qu’ils soient bio ou pas, leurs variétés ont été créées par l’Homme. Les manipulations modernes ont par exemple fait de l’huile avec plus d’acides gras. Or, celui des bovins nourris au grain et au maïs était jadis absorbé à l’état brut.

Aussi, cet éthologue a stipulé qu’il ne suppose pas que ce mode de vie alimentaire soit stupide, mais qu’il ne faut pas essayer de trouver une raison auprès de la science ni de la nature pour ce qui est de son choix.

Il est clair que le régime culturellement et 100% « paléo » n’existe pas avec tous les œufs, les volailles, les noix et les légumes conseillés par les nutritionnistes occidentaux.

Cependant, il faut reconnaître que même si les choses ne sont pas si simples du côté du régime  paléo, les adeptes profitent d’un apport suffisant de plusieurs vitamines et minéraux, ce qui les met à l’abri de différentes maladies (maladies cardiovasculaires, hypertension artérielle, ostéoporose, dermatite…). De ce fait, le modèle paléolithique n’est pas aussi idiot qu’il en a l’air !

Conditions pour que le régime paléo fasse mincir

Le régime paléo fait réellement perdre du poids selon les scientifiques et ses partisans l’ont prouvé. Cependant, il n’exclut pas l’effet yo-yo. Comme il réduit à son utilité l’alimentation, juste pour la survie, et que beaucoup d’aliments sont interdits, le risque de reprendre les mauvaises habitudes alimentaires est grand, au bout de quelques mois.

C’est plus facile de mincir si on a l’esprit « végan ». Ainsi le véganisme mêlé au paléo donnera un effet surprenant sur le poids. Par contre, il vaut mieux abréger la durée du régime à moyen ou à court terme au risque de compromettre la santé par l’hypocalcémie ou par d’autres carences.

Pour que le régime paléo marche, il faut aussi savoir écouter sa faim et son rassasiement. Autrement dit, vous ne devrez manger que lorsque vous en avez réellement envie, puis vous arrêter à l’état de satiété. Néanmoins, les protéines et les fibres qui accompagnent l’alimentation permettent déjà de se sentir rassasié plus vite. Aussi, il y a la restriction alimentaire qui à la longue induit à une certaine monotonie.

Régaler pendant un régime paléo
Crédit photo :
© www.pixabay.com

Avantages du régime paléo

  •  Apport de micronutriments protecteurs et essentiels
  •  Présence de fibres qui aident à réguler le poids.
  • Aide à prévenir les maladies cardiovasculaires
  • Aide à prévenir le cancer
  • Met à l’abri de l’ostéoporose
  • Facilite la perte de poids
  • Diminue le risque de mauvais cholestérol au profit du bon cholestérol.
  • Protège des douleurs inflammatoires.
  • Maintien l’immunité
  • Améliore la qualité du sommeil
  • Améliore la qualité de la peau
  • Fait des merveilles sur les cheveux
  • Limiter les risques d’obésité et de diabète
  • Réduit le taux sanguin d’insuline
  • Fait redoubler d’énergie

Inconvénients du régime paléo

  • Risque de carence en certains oligo-éléments (calcium, zinc)
  • Régime très restrictif
  • Mode de vie alimentaire monotone
  • Bouleversement total des habitudes alimentaires
  • Risque d’entraîner des compulsions alimentaires
  • Difficultés d’accès à certains aliments

Apport nutritionnel et carence dans le régime paléo

Les tubercules que vous trouverez au supermarché, bien qu’ils ne soient pas aussi petits et aussi durs que les pommes de terre et les carottes d’autrefois, ont gardé avec le temps et en dépit des millénaires de sélection, une certaine qualité nutritionnelle. Ils possèdent plus de vertus santé que les aliments transformés, les pâtes et tout le reste.

Le régime paléolithique permet justement de manger des fruits et des légumes (fibres) ainsi que de bonnes graisses insaturées (Omega 3), il bannit tout ce qui est sucrerie et aliment industriel. Cette diète permet de couvrir les besoins en certains minéraux. Néanmoins, elle peut entraîner d’éventuelles carences.

Ce tableau présente les éléments nutritifs concernés et leurs sources alimentaires respectives.

Les nutriments apportés Sources alimentaires Les nutriments manquants Sources alimentaires
Fructose Fruits Calcium Produits laitiers
Protéines Œufs Thiamine Pains complets
Lipides Poisson Phosphore Cacao
Glucides Légumes Niacine Céréales
Fer Coquillages Riboflavine Fromage
Vitamine B12 Palourdes Zinc Pains
Vitamine B8 Moules Acide folique Fromage

Le régime comprend surtout des :

  • Protéines animales et végétales (20 % à 35 %)
  • Glucides des légumineuses, des fruits et légumes (20 % à 40 %)
  • Lipides des poissons (30 % à 45 %)

Aliments autorisés

Comme évoqué plus d’une fois, le régime paléo est basé sur la consommation des aliments mis à disposition par la nature. Il y a ceux qu’on doit privilégier et ceux qu’on doit à tout prix éviter.

Aliments régime paléo
Crédit photo :
Pixabay

Découvrez la liste de tous les produits pouvant être achetés chez le boucher ou au supermarché.

  •  Fruits à coque
  • Légumes de saison
  • Viandes
  •  Œufs
  • Poissons
  • Coquillages
  • Fraises
  • Framboises
  • Mûres
  • Fruits secs
  • Noix
  • Noisettes
  • Fruits rouges
  • Amandes
  • Cajous
  • Herbes
  • Graines germées
  • Épices
  • Chocolat noir
  • Vin
  • Miel
  • Thé
  • Café sans sucre
  • Viandes peu grasses
  • Abats
  • Huile d’olive, de coco, de noix et de colza
  • Graisse animale
  • Huile d’avocat
  • Beurre clarifié

Aliments à éviter

 Les aliments qui peuvent entraîner à l’augmentation du taux de sucre sanguin sont les pires ennemies des accros au régime paléo. Les laitages font partie de cette liste noire parce que les Anciens n’ont pas eu le squelette fortifié à partir de ceux-ci. Ils puisaient inconsciemment du calcium dans les fruits et légumes. Voici les ingrédients qui ne constituaient pas leurs repas.

Pâtisserie à éviter dans un régime paléo
Crédit photo :
©Pixabay
  • Pâtisseries
  • Produits laitiers
  • Biscuits
  • Céréales
  • Avoine
  • Blé
  • Riz
  • Orge
  • Pâtes
  • Pain
  • Seigle
  • Semoule
  • Confitures
  • Pizza
  • Confitures
  • Aliments en conserve
  • Sucre
  • Féculents
  • Sauces
  • Légumineuses

3 grandes étapes du régime paléo

 La meilleure façon de restaurer l’équilibre dans son alimentation pour certaines personnes est d’opter pour le régime paléo. Plus aucune critique là-dessus puisque tout le monde peut manger ce qu’il veut. D’ailleurs, tout comme les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas. Le choix de manger comme les Hommes des cavernes vous appartient librement.

De ce fait, si vous êtes décidé à vous lancer dans ce nouveau mode de vie, qui fait vraiment mincir, autant vous préparer. La première étape du régime consiste justement à mettre au point certaines choses.

1ère étape : la préparation

 Vous allez devoir mettre en place vos objectifs avant de changer carrément votre style de vie. Mais sachez d’abord que ce régime, bien qu’il soit efficace pour perdre du poids n’est pas fait pour tout le monde. Il n’est pas conseillé aux personnes qui ont des problèmes de santé, ou qui souffrent d’un déficit en certains oligo-éléments.

Vous n’en faites pas partie ? Tant mieux, vous pouvez à présent vous préparer. Commencez par vérifier si vous avez de quoi conserver au frais vos légumes et fruits. Votre réfrigérateur doit avoir suffisamment de place pour ces aliments. Ensuite, faites votre course, puis votre cuisine.

Baser les repas sur la viande

Source de bonnes protéines, la viande rouge, le porc et le gibier sont à privilégier dans son mode alimentaire inspiré de l’âge de pierre. Les animaux à introduire dans son menu ne devront pas être nourris au maïs, mais plutôt à l’herbe.

C’est important lorsque vous reprenez les conditions dans lesquelles les Hommes de la Préhistoire se nourrissaient. Comme eux, ne dépassez pas la portion de 240 g par jour, soit le contenu d’une ou deux paumes de la main. Vous pouvez également diversifier l’alimentation par des poissons ou fruits de mer.

Manger des légumes et des fruits

 Les légumes vous permettent de faire le plein de fibres et les fruits de sucre. Ils sont les incontournables d’un régime paléolithique. Néanmoins, comme les Hommes des cavernes, nourrissez-vous de fruits à coque et de graines comme les amandes, les noix de cajou, de coco, de pécan et pourquoi pas les pignons de pin.

Cuisiner avec des huiles naturelles et pures

Comme il est permis de mariner ses viandes ou de les frire avec de l’huile, veillez à ne pas choisir n’importe lesquelles. Optez plutôt pour les huiles naturelles ou pures si possible, comme l’huile de coco, d’olive, de noix ou bien celle fabriquée avec des graines de lin.

Se débarrasser des produits laitiers

Si votre frigo renferme une bonne quantité de produits laitiers, débarrassez-vous de ceux-ci parce qu’ils contiennent une forte teneur en glucides de type lactose. L’idée d’absorber du lait est née un peu plus tard, mais pas pendant l’âge de pierre.

Aussi, la plupart des produits qui en sont enrichis proviennent des vaches nourries au maïs. Néanmoins, cela ne vous empêche pas de mener un mode de vie alimentaire plus « primitif » en mangeant de temps à autre du beurre ou du yaourt. Cependant, veillez à sélectionner ceux qui tirent leurs origines des vaches nourries à l’herbe.

2ème étape : vivre comme dans la Préhistoire

 Les Hommes des cavernes ont des habitudes alimentaires particulières qui ne ressemblent pas du tout à notre style de vie actuel. Après s’être familiarisé avec leurs plats de viande et de légumes pendant 1 ou 2 semaines, il est temps d’adapter son corps à d’autres changements.

Prendre des repas irréguliers

La diète ne demande pas de prendre ses repas à intervalles réguliers. Bien au contraire, son but est de manger seulement lorsque la faim survient. Néanmoins, il est préférable de passer à table 3 fois par jour et de ne pas jeûner comme le faisaient certains adeptes.

Boire beaucoup d’eau

L’eau est très importante pour la survie, donc n’hésitez pas à en prendre beaucoup, histoire de favoriser les excédents de protéines dans les pertes urinaires. C’est la seule boisson approuvée dans la pratique du régime paléolithique.

Toutefois, il y a des partisans qui prennent de temps en temps de la tisane ou du jus de fruit. L’essentiel est d’éviter les sodas et les autres boissons transformées.

Faire du sport

Comme dans tout régime, la pratique du sport est fondamentale. Une grande activité physique est surtout importante parce qu’elle nous permet d’avoir la même forme olympique que nos ancêtres.

Pour ce faire, les mouvements naturels comme la marche suffiront à vous faire perdre du poids. Même si les équipements que proposent les salles de sport font maigrir, ils n’existaient que dans un passé proche, donc inutile de les utiliser.

En revanche, si vous voulez brûler de calories plus rapidement, les salles de sport sont l’endroit idéal car vous pourrez y réaliser des exercices de force. D’ailleurs, de nombreuses personnes qui suivent un régime paléo s’y retrouvent occasionnellement.

3ème étape : stopper le régime paléo

 En temps normal, un régime paléo présente peu de risque d’altération de la santé générale, sauf chez ceux qui ont des besoins spéciaux en calcium ou en d’autres sels minéraux. Si des signes de carence apparaissent : fatigue, nausées, vomissements, stress, tachycardie… vous devriez consulter rapidement un médecin.

À noter qu’il est judicieux de prendre rendez-vous avec  un diététicien avant d’envisager un changement brusque de l’hygiène de vie. Que vous ayez ou non des problèmes de santé, un avis médical est toujours nécessaire. Et même pendant le programme, le professionnel de santé pourra suivre vos progrès et vous préconiser une routine alimentaire plus raisonnable.

Suivre le régime sur le court terme

 Les tests cliniques sur une période de douze mois ont soulevé quelques inquiétudes en ce qui concerne le modèle paléolithique. Il se trouve qu’à la longue, ce dernier est à l’origine d’un taux élevé de mauvais cholestérol.

Ce régime entraîne également sur le long terme un déficit de glucides et de calcium, ce qui accroît les risques d’ostéoporose et de cétose.

Par mesure de précautions, dès que vous obtenez des résultats satisfaisants, c’est-à-dire, lorsque vos objectifs sont atteints, arrêtez ce régime trop restrictif.

Évaluer l’état de santé

 Après avoir essayé le régime pendant plusieurs mois, vous pouvez évaluer votre état de santé, avant, pendant, et après le programme. Cela vous permettra de savoir si la diète vaudra la peine d’être reprise ou non.

Le médecin pourra l’adapter selon vos besoins nutritionnels et vous pourrez l’adopter à nouveau en toute sécurité, ou il pourra vous conseiller de l’abandonner.

2 Idées de recette

Même si la plupart des aliments que vous avez l’habitude de consommer vous sont interdits au cours du programme d’amaigrissement à la paléolithique, vous pouvez tout de même concocter des plats succulents avec vos provisions. Zoom ces 2 idées de recette.

 1-Wraps de laitue à la viande

Ingrédients nécessaires

Utilité Ingrédient Quantité
Plats de wraps de laitue belle laitue 1
Ciboulette 1
Farce à wraps 4
Viande hachée de bœuf 400 g
Noix de cajou 1 poignée
Gousses d’ail 3
Champignons 200 g
Oignon émincé ½
Carottes 2
Sauce à farce Huile de sésame 2 c.à.c
Huile de vinaigre blanc 1 c.à.c
Purée d’amande 1 c.à.c
Gingembre râpé 2 c.à.c
Sauce à wraps échalote 1 c.à.c
Vinaigre blanc 1 c.à.c
Huile de sésame 1/2 c.à.c
Soja paléo 1 c.à.c

Préparation

  • Faites chauffer une poêle huilée.
  • Ajoutez l’oignon écrasé et les champignons.
  • Laissez les cuire pendant 3 minutes.
  •  Versez l’ail dans la préparation et remuez constamment.
  •  Mélangez le tout avec la viande hachée.
  • Incorporez ensuite les carottes.
  • Réalisez la sauce à farce avec les ingrédients susmentionnés.
  • Déglacez la garniture.
  • Éparpillez dessus la ciboulette coupée en tronçons.
  • Disposez 3 cuillères à soupe de la préparation sur chaque feuille de laitue.
  • Trempez chaque wrap dans la sauce.

2-Patates douces et œufs sur plat

Ingrédients nécessaires

Ingrédients Quantité
Patates douces 3
Oignon 1
Lard 100 g
Œufs 3
Huile de coco 1 c.à.c
Romarin frais 3 c.à.s

Préparation des patates douces et œufs sur plat

  • Préchauffez le four à 220°C.
  • Émincez les oignons et faites les sauter dans une poêle.
  • Caramélisez-les une fois qu’ils sont déglacés.
  • Coupez en dés les patates douces.
  • Faites cuire le bard coupé en lamelles.
  • Mettez la préparation au four pendant 35 minutes, à l’exception des œufs.
  • Préparez les œufs sur plat.
  • Ajoutez les au plat préalablement cuit une deuxième sur feu doux.

Sources :

 

 

 

OSDT.

Ecrit par : Edeline
Publié le mercredi 3 juillet 2019


Difficile pour Edeline de ne pas craquer pour une sucrerie jusqu’au jour où elle a décidé qu’il été temps de grignoter malin en excluant l’isoglucose et en privilégiant les sucres bio. Suivez les explications de cette rédactrice passionnée par tout ce qui touche de près ou de loin à la médecine et la psychologie.

Découvrez nos rédacteurs professionnels de santé

En savoir plus sur nos rédacteurs nutritionnistes, professionnels de santé

Suivez-nous

Gardons le contact

Vous aimez OSDT ?

Restez informé de toutes les actualités Santé, en recevant une notification directement dans votre boîte e-mail.



On Se Dit Tout ! Racontez votre histoire

Notre vécu a une richesse inestimable. Il peut inspirer aussi d’autres personnes, inquiètes, en questionnement, à la recherche de sens…

OSDT c’est plus qu’un magazine, c’est un lieu pour partager nos histoires de vie.