IMC

Le poids seul ne suffit pas à évaluer les risques de santé liés à la corpulence. Sans le calcul de l’IMC, le diagnostic reste approximatif, d’où l’importance de ce dossier qui va vous permettre :

  • de tout connaître sur l’indice de masse corporelle,
  • de calculer l’IMC selon les différents facteurs,
  • d’affiner votre choix de régime en fonction du résultat,
  • et enfin de découvrir les solutions infaillibles contre l’effet yoyo.

L’IMC

Les variantes de base de l’IMC sont la taille et le poids corporel. Cet indicateur de corpulence utilise une formule standard afin de s’appliquer aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Pour obtenir un résultat concret, il faut résoudre l’équation : IMC = poids (kg) / taille au carré (m x m).

Autrement dit, l’indice de masse corporelle résulte de la division du poids exprimé en kilogrammes et de la taille au carré.  Pour illustrer, un sujet qui pèse 70 kg pour 1m75 correspond à un IMC de 22,86. On a calculé comme suit pour accéder à cette valeur : 70 / (1,75 * 1,75).

Il existe des normes établies par les organismes officiels de santé. Leurs études ont rapporté qu’un IMC supérieur ou égal à 25 traduit un surpoids. Au-delà de 30, on parle d’obésité et au-dessous de 18,5, de maigreur. Pour vous aider à bien vous situer, ces catégories bien définies vous seront utiles :

  • Poids insuffisant (maigreur) si IMC inférieur ou égal à 18,5
  • Corpulence normale si IMC entre 18,5 et 25
  • Surpoids si IMC compris entre 25 et 30
  • Obésité modérée si IMC compris entre 30 et 35
  • Obésité sévère si IMC compris entre 35 et 40
  • Obésité morbide ou massive si IMC supérieur à 40

Qu’est-ce que l’IMC ?

L’IMC ou l’Indice de masse corporelle est un indicateur de corpulence, le seul et l’unique approuvé par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Il est un standard permettant d’anticiper les risques relatifs à l’insuffisance ou l’excès de poids. Impliquant un calcul, c’est une opération préalable à engager par toute personne qui souhaite atteindre son poids santé.

Cet outil tire son origine du fondateur de l’observatoire Royal de Belgique, Adolphe Quetelet. Plus tard, il s’est répandu au point d’être considéré comme le plus fiable. Il se trouvait vérifié que le poids seul ne permet pas de déterminer la corpulence d’un individu, quel que soit son âge.

À la base, l’équation s’adressait surtout aux adultes, mais comme les TCA et le surpoids (troubles du comportement alimentaires) touchent de plus en plus les jeunes voire les enfants, on l’a affinée pour amplement s’adapter à toutes situations.

Vous l’avez compris, à présent, il est possible de calculer son IMC en tenant compte de son âge, de sa morphologie, son tour de taille et d’autres facteurs. Nous allons en dire long plus bas. Mais avant cela, retenez l’importance de cet indicateur.

IMC calcul entre taille et poids
Crédit photo : © www.pixabay.com

Avantages de l’IMC

Le principal intérêt de calculer son indice de masse corporelle est sa corrélation avec les maladies de « civilisation ». Ses résultats démontrent qu’à un certain degré le sujet est par exemple susceptible de développer un diabète, un cancer, ou des troubles cardio-vasculaires. Dans ce sens, ce calcul est d’une grande aide dans la prévention des pathologies aux effets délétères.

Durant la période de grossesse, il est conseillé de faire un suivi régulier de son IMC. Par la suite, il est plus ainsi plus facile de prévoir les risques et de les contourner. Mère et bébé ne s’en porteront que mieux !

Gardez aussi à l’esprit que le suivi de l’IMC est important surtout en phase de régime. Le fait d’en effectuer chaque semaine donne une idée de l’évolution de la prise ou de la perte de poids. II sert de support au bilan médical. Vous pouvez même utiliser cet outil d’équation à titre personnel pour savoir si vous êtes sur la bonne voie. D’une certaine manière, l’indice influence la motivation de ses utilisateurs qui sont en route vers le poids idéal.

Calculer IMC pour prévenir certaines maladies

Si nous devons lister les principaux avantages d’utiliser l’IMC, nous allons en premier lieu commencer par les différentes maladies qu’il est possible de prévenir de par le suivi régulier de la corpulence :

  • Hypertension artérielle
  • Maladie coronaire ou angine de poitrine
  • Infarctus du myocarde
  • Cholécystite aiguë
  • Goutte
  • Arthrose
  • Accident vasculaire cérébral
  • Cholestérol
  • Triglycérides
  • Artérite des membres inférieurs
  • Diabète de type 2
  • Stéatose du foie ou malade de foie gras
  • Apnées du sommeil
Santé et bien-être, protégé de toutes maladies
Crédit photo :
© www.pixabay.com

Ensuite, nous allons énumérer les maladies qui sont potentiellement mortelles. Vous pouvez les prévenir en examinant régulièrement vos risques d’obésité ou de surpoids via le calcul de l’IMC. Il s’agit des cancers qui affectent les organes et régions suivants :

  • Endomètre
  • Sein
  • Ovaire
  • Appareil digestif
  • Œsophage
  • Colon
  • Appareil urogénital
  • Rein
  • Prostate
  • Sang (leucémies et lymphomes)

Soyez sans crainte, vous limiterez les facteurs de risques de cancer en améliorant votre hygiène de vie, encore mieux, si vous pouvez adopter un régime alimentaire peu agressif en vue de perdre du poids.

Tableau IMC

Le tableau suivant représente les interprétations relatives à votre IMC. Il indique également vos risques de développer l’une des maladies susmentionnées. Il arrive même de contracter plus de deux pathologies.

IMC Interprétation Risques de maladies
Au-dessous de 15 Famine Extrêmement important
15 à 18,5 Maigreur Accrus
18,5 à 25 Corpulence moyenne/normale Faibles
25 à 30 Surpoids Accrus
30 à 35 Obésité modérée Élevés
35 à 40 Obésité sévère Très élevés
Supérieur à 40 Obésité morbide Extrêmement important

Les femmes enceintes doivent prendre en compte les recommandations liées au gain pondéral, pendant leur grossesse. Plus leur poids corporel à cette période est faible, plus elles devront en prendre. Par contre, celles qui sont déjà en surpoids devront se contenter de leurs réserves au risque d’altérer leur propre santé et celle de leur bébé. Découvrez les prises de kilos conseillés par semaine pendant le 2ème et 3ème trimestre, selon votre IMC.

IMC avant grossesse Prise de poids idéale
Prise de poids par semaine
Inférieur/égale à 18,5 Entre 12,7 kg et 18,1 kg 0,52 kg
Entre 18,5 et 24,9 Entre 11,3 kg et 15,9 kg 0,41 kg
Entre 25 et 29,9 Entre 6,8 kg et 11,3 kg 0,27 kg
Supérieur ou égale à 30 Entre 5 kg et 9 kg 0,23 kg

Courbe IMC

En 2003, les courbes de corpulence entraient dans le PNNS (Plan national nutrition santé). Elles ont pris de nouvelles formes à la suite des critiques portés par plusieurs professionnels de santé. Ensuite, en 2018, elles sont devenues mieux adaptées à la pratique clinique en étant de caractère anthropométrique. L’Inserm a réactualisé cette représentation graphique.

La toute dernière version vise à bien déterminer le surpoids et l’obésité chez les enfants. Elle comprend une ligne horizontale indiquant l’âge et une ligne verticale qui présente l’IMC.

Pour être tenu informé de l’évolution de la corpulence, il suffit de marquer un point d’intersection qui relie les deux paramètres (taille et poids). Vous pouvez tracer un trait et une petite croix, et réaliser la même opération tous les mois ou selon votre convenance.

La courbe qui se situe au-dessus de la zone sans couleur traduit la limite du surpoids, et celle qui se trouve en dessous du poids idéal représente l’insuffisance pondérale.

Courbe IMC
Crédit photo :
© www.pixabay.com

L’Indice IMC, comment bien l’utiliser ?

L’utilisation de l’IMC, bien qu’elle soit pertinente, peut à un moment vous étonner. C’est le cas lorsque vous êtes classé en surpoids alors que vous pratiquez du sport depuis bien longtemps. Il en est de même du côté des personnes qui font de la musculation plus d’une fois par semaine, mais qui courent des risques de maladies selon l’indicateur de masse corporelle.

À l’inverse, si vous êtes classé en sous poids comme par erreur, retenez que le tissu musculaire est plus dense que la couche adipeuse. Il occupe moins d’espace que les graisses. Dans ce cas, l’IMC est tout à fait fiable dans la limite que ses résultats sont objectifs et non subjectifs.  Toutefois, sachez qu’aujourd’hui, il est possible de mesurer son indice de masse corporelle et son tour de taille, et de prendre en considération son cas (femme enceinte, enfant…). Pour mieux vous y retrouver, découvrez la manière de connaître votre poids santé en fonction de votre situation.

L’IMC si vous êtes une femme ou un homme

Contrairement à la formule de l’IMG (Indice de masse grasse), l’IMC est identique pour les deux sexes sauf si le sujet est âgé de moins de 18 ans. Néanmoins, les femmes ne prennent pas de poids d’une manière conséquente en comparaison des hommes.

Elles ont tendance à prendre du volume rien qu’en prenant des pilules contraceptives ou en ingérant des aliments trop sucrés. À ce sujet, prenez connaissance du sucre meilleur pour la santé. Les femmes enceintes ont aussi une grande facilité à gagner des kilos en sus.

Ainsi, l’IMC supérieur ou égal à 30 concerne plus la gent féminine que masculine, soit 15,1 % contre 13,9 %. En revanche, plus nombreux sont les hommes en surpoids (38 % contre 26 %).

Compte tenu de ces différences d’accumulation de masse musculaire ou adipeuse, il est cohérent de se poser la question : pourquoi utilise-t-on la même formule d’IMC pour les deux parties ?

IMC et régime homme et femme
Crédit photo :
© www.pixabay.com

Pourquoi un même IMC pour les femmes et hommes ?

La femme stocke naturellement plus de graisses, et l’homme plus de muscles.  Leur corps ont chacun leur manière de fonctionner, mais vont produire un même effet : « la prise de poids ».  L’IMC est d’ailleurs conçu pour être un outil de calcul simplifié, d’où aucune différence ne s’imposait en termes de formule.

Même si cela peut se présenter sous forme d’imperfection, l’indice de masse corporelle recommandé par l’OMS est tout à fait fiable. L’absence d’indifférenciation le rend aussi facile à mettre en œuvre.

Compléter l’IMC par une autre formule

L’idée n’est pas de mettre en question la fiabilité de l’IMC, mais plutôt de compléter ses données par l’indice de masse grasse. L’IMG ou la formule de Deurenberg prend en considération le sexe. Pour l’appliquer, faites le calcul comme suit :

 (1,2 x IMC) + (0,23 x âge) – (10,8 x sexe ) – 5,4

L’âge ici est mesuré en années. Quant au sexe, il est équivaut à 0  chez la femme, et 1 chez l’homme. Le résultat sera exprimé en pourcentage. Une femme de 40 ans qui mesure 163 cm pour 60 kg, détient par exemple d’un IMG de 30.92% et d’un IMC de 22,6. Cela traduit une légère accumulation de graisse.

Comme vous pouvez le constater les deux indicateurs révèlent les mêmes résultats, mais d’une manière différente. Ils sont réellement complémentaires.

L’IMC selon votre âge

Vous vous demandez si l’IMC d’une femme de 20 ans ne se différencie pas de celui d’une femme de 50 ans.  La formule est identique pour les deux personnes en ne prenant pas en compte l’âge. Elle ne tient également pas compte du volume des liquides corporels comme le liquide lymphatique, encore moins les masses musculaires et osseuses.

On sait que la répartition des graisses, tout comme le poids du squelette varie d’un individu à un autre. Ainsi deux femmes, dont l’une 20 ans et l’autre 50 ans, peuvent avoir le même IMC mais différents risques de santé. En particulier, celles qui atteignent les 50 ans s’exposent relativement à des maladies cardiovasculaires.  À cette période, les facteurs hormonaux peuvent envenimer leur prise de poids.

IMC enfant femme homme
Crédit photo : © www.pixabay.com

À la ménopause, l’accumulation de graisse sous-cutanée n’est pas toxique, mais c’est la graisse viscérale qui cause des dommages. Cette dernière est localisée au niveau de la ceinture abdominale. Elle nuit au bon fonctionnement des organes autour qu’elle essaye d’envelopper.  Même à l’excès, elle n’accroit pas forcément de manière significative le poids corporel. Dans ce cas, à un certain âge, il est nécessaire de consulter plus régulièrement son médecin au lieu de donner pleinement crédit à l’IMC.

D’ailleurs, vous avez réellement besoin d’un avis médical pour mieux avancer dans votre régime comme pour entamer un traitement préventif ou curatif contre n’importe quelle pathologie.

L’IMC chez les enfants

L’IMC des adultes et des enfants ne peuvent pas être s’interpréter de la même manière, même à poids égal. C’est un peu logique puisque les jeunes d’aujourd’hui ont la taille plus grande que ceux d’hier.  C’est pourquoi les courbes de croissance avec lesquelles on peut se référer présentent de nouvelles références. Avec celles qui s’avéraient obsolètes, une fille de 10 ans devrait avoir en moyenne 134.7 cm, alors que maintenant, elle est devrait normalement mesurer 139,5 cm.

Désormais encore, selon la Haute Autorité de santé, les risques d’obésité et de surpoids chez les enfants devront être évalués à partir de l’IMC qui tient compte des deux sexes. La nouvelle version tient compte de la différence de croissance staturale et pondérale et elle distingue les filles et garçons.

IMC chez l'enfant
Crédit photo :
© www.pixabay.com

 L’IMC chez les adolescents

Les adolescents ont le corps en pleine croissance et qui se développe au point de s’apparenter à celui d’un adulte. Dans ce cas, le calcul de leur IMC est semblable à celui des plus grands, mais s’interprète différemment.

Pour faire simple, il vous suffit d’utiliser un outil en ligne, d’y indiquer le poids en kg et la taille en cm de votre enfant. Vous obtiendrez en deux secondes le résultat que vous allez reporter sur la courbe. Comme en mathématique, il faut marquer le point qui relie l’abscisse et l’ordonnée (l’axe). S’il se place au-dessus de la partie intensément colorée, votre ado se situe en zone de surpoids. Par contre, s’il est en dessous, celui-ci figure dans la zone d’insuffisance pondérale.  À un degré 2, plus élevé, il est considéré obèse. L’IMC normal est celui qui se trouve entre les lignes qui délimitent les deux autres.

L’Institut national de prévention de l’éducation pour la santé ou l’INPES présente les deux courbes de corpulences officielles dédiées aux ados.

L’IMC selon votre tour de taille

Depuis peu, l’indice de masse corporelle n’anticipe plus seul les problèmes de santé relatifs au poids. À présent, il est possible de prévoir les risques en mesurant le tour de taille.

D’après les explications du Dr Boris Hansel, cet indicateur ne révèle pas où se logent les graisses. Il peut tout simplement être utilisé pour mieux estimer la probabilité de développement d’une maladie, avec la mesure du tour de taille. Ces deux opérations sont complémentaires.

Le fameux « tour de taille » comprend un seuil qui se diffère selon le sexe. Par exemple, au-delà de 80 à 88 cm, la femme concernée s’expose aux maladies de civilisation (diabète, cancer, maladies cardiovasculaires). Le niveau à ne pas dépasser est de 102 cm pour un homme, mais la marge peut aller de 92 à 102 cm selon les gabarits.

Lorsque vous prenez la mesure de votre taille, utilisez un mètre ruban. Expirez profondément, puis mesurez après coup le milieu de la région qui se situe entre le haut de l’os de votre hanche et de votre première côte. Les dimensions du corps sont à identifier le matin à jeun afin qu’elles soient plus pertinentes.  Prenez connaissance de ces astuces pour perdre du ventre très rapidement !

Mesure du tour de taille
Crédit photo :
© www.pixabay.com

L’IMC selon votre morphologie

Le poids idéal peut être déterminé à travers l’âge, le tour de taille et le sexe. Mais il se calcule aussi, en cas de besoin, selon la morphologie. Les masses osseuses et musculaires peuvent être prises en compte, si l’on veut. La formule de Creff implique par exemple 3 types de formes :

Chez les morphologies normales: poids idéal (en kg) = taille (en cm) – 100 + (âge) / 10) *0,9

Chez les petites constitutions (gracile): poids idéal (en kg) = taille (en cm) – 100 + (âge) / 10) *0,9 x 0,9

Chez les fortes constitutions : poids idéal (en kg) = taille (en cm) – 100 + (âge) / 10) * 0,9 *1,1

Mais la distinction entre ces trois types de morphologies est assez vague. Vous pouvez vous appuyer sur la taille de votre poignet pour connaitre la vôtre: moins de 16 cm (gracile), 17 cm (normale) ou plus de 18 cm (forte).

L’IMC si vous êtes un sportif / athlète

L’IMC n’est pas valable chez les grands sportifs ou athlètes.  Si vous avez une masse musculaire très développée, votre indice de masse corporelle indiquera sûrement que vous êtes classé en surpoids ou obèse. Celui-ci ne sait pas différencier le poids des muscles et des graisses.

En revanche, un homme ou une femme sportive dont l’IMC est compris entre 20 et 25 se situe dans la catégorie de poids normal. Si c’est votre cas, l’équation a marché forcément pour vous. Le plus farfelu, c’est que les bodybuilders et les sportifs de haut niveau qui se voient attribuer un indice de plus de 30 sont qualifiés d’obèses. Dans ce cas, le résultat ne peut pas être valide.

On se rend compte après le test de l’IMC que celui-ci a ses limites. Pourtant, c’est le seul indicateur de corpulence approuvé par l’OMS.  Dans ce cas, les grands sportifs devront maintenir le poids d’équilibre qu’ils souhaitent, au moyen duquel ils se sentent bien.

Le potentiel musculaire ne représente pas autant de danger que la masse grasse. Mais l’idéal est de garder un indice de 25 et pas plus de 27,2 pour les hommes.

IMC chez le sportif
Crédit photo :
© www.pixabay.com

L’IMC si vous êtes une femme enceinte

Pendant la grossesse, le poids de la femme augmente au fur et à mesure. Il n’y a rien de plus normal. Mais comment savoir si la prise de kilos n’est pas trop excessive ? Il vrai qu’à cette période de la vie, il ne faut pas tellement se focaliser sur ce sujet, mais ne pas y penser non plus fait défaut, ce qui met en jeu la santé du bébé.

En moyenne, les femmes enceintes prennent 12 kilos de plus que leur poids initial, c’est-à-dire, avant la grossesse. Celles qui attendent des jumeaux peuvent avoir 3 à 4 kg supplémentaires.  Néanmoins, il est important que la balance indique une augmentation progressive et raisonnable tout au long des 9 mois. Cela évite beaucoup de complications à l’accouchement.

Au premier trimestre, vous n’allez pas prendre plus de 1 kg par mois. Si cela devient préoccupant, discutez-en avec votre gynécologue. Au second trimestre, la prise s’élève à 350 g par semaine ou 1,5 kg par mois. Si vous n’êtes pas dans la moyenne, il faudrait peut-être changer vos habitudes alimentaires en évitant les aliments trop acides ou trop gras.

Lors des derniers mois, le fœtus programme selon ses besoins le poids. Ainsi, sur la balance, la future maman peut gagner 400 à 500 g de plus par semaine.

Le poids idéal des femmes enceintes selon l’IMC

Il est clair qu’une prise de poids de 12 kg pendant la grossesse est compréhensible. Cependant, certaines femmes peuvent en prendre plus et d’autres moins selon leur alimentation et d’autres facteurs. Toutefois, il est toujours conseillé de faire le calcul IMC.

  • Si votre indice est inférieur ou à égal à 19,8 : vous êtes classée parmi les maigres, dans ce cas, vous allez devoir bien vous alimenter pour assurer la santé de votre bébé. Il se pourrait bien que vous prenez 12,5 kg à 18 kg.
  • Si votre indice est compris entre 19,8 et 27 : vous êtes dans la moyenne. Vous vous situerez au terme de la grossesse entre 11,5 et 16 kg (en sus).
  • Si votre indice est supérieur à 27 : la vigilance est de mise. Le surpoids peut s’avérer fatal. Un professionnel de santé devrait vous recommander un régime alimentaire spécifique. En temps normal, les femmes dont l’IMC excède les 27, ne devront pas augmenter leur poids à plus de 11,6 kg et pas moins de 6 kg.
IMC de la femme enceinte
Crédit photo :
© www.pixabay.com

La nouvelle formule de calcul IMC

L’IMC a été autrefois reconnu sous l’appellation d’Indice de Quetelet parce que c’est le sociologue Lambert Adolphe Jacques Quetelet qui l’a mis au point. Pour être précis, l’indicateur a été inventé vers 1830.  Mais il utilisait une formule très simple qui repose sur la division du poids corporel (en kilogrammes) par la taille au carré (en mètres). Il s’agit de ceci :

IMC = Poids (en kg) / (taille*taille)

Une personne qui mesure 1m75 et qui pèse 72 kg, selon ce modèle classique dispose d’un IMC de 23,5. Le résultat est obtenu comme suit : 72/ (1,75 * 1,75). Cette version ne tient compte d’aucun facteur impactant sur la prise de poids,  à ne citer que l’âge, la musculature, le sexe et les autres conditions de vie.

Elle a longtemps servi pour indiquer la corpulence. Cependant, plus tard, en 2013, les scientifiques de l’Université d’Oxford ont élaboré une nouvelle formule de l’IMC, qui se présente de cette manière :

IMC = 1,3 * poids /  taille 2,5

On va prendre le même exemple ci-dessus, pour un individu de 1m75 pesant 72 kg l’IMC sera pour le coup 23,1, soit moins élevé en comparaison du premier résultat.  Nous avons fait le calcul comme tel : 1,3 x 72 / 1,752,5 = 23,1.

L’interprétation de l’indice n’a pas pour autant inchangée pour l’ensemble des résultats possibles. Voici les situations pondérales et l’IMC correspondant qui vous permettront d’y voir plus clair.

  • Obésité de classe III = 40 ou plus
  • Obésité de classe II = entre 35 et 39,9
  • Obésité de classe I ou modéré = entre 30 et 34,9
  • Surpoids = 25 et 29,9
  • Corpulence normale (poids idéal) = 18,5 et 24,9
  • Insuffisance pondérale légère = 17,5 et 18,49
  • Insuffisance pondérale visible ou anorexie modérée= 15,50 et 17,49
  • Maigreur sévère ou anorexie sévère = 15,50 au maximum

Calcul IMC

Devant deux formules bien différentes, il n’y a de plus normal que de se demander comment bien calculer son IMC.  L’équation IMC= Poids (en kg) / taille en mètre carré, ça on l’a déjà appris ! Et même le tout nouveau calcul ! Ce qui nous intéresse à présent, c’est de savoir comment ne pas s’y tromper et au moyen de quelle opération ? Nos réponses.

Quelle formule IMC utiliser ?
Crédit photo :
© www.pixabay.com

Calculer son IMC avec la formule classique ou nouvelle ?

Selon le chercheur Nick Trefethen, la dernière version de l’IMC permet l’obtention d’une valeur beaucoup plus fiable.  Ce mathématicien britannique affirme qu’il est plus facile d’anticiper ou de bien vivre les situations d’obésité ou de surpoids lorsqu’on dispose du bon outil. C’est pourquoi il a mis en place cette nouvelle technique d’évaluation des problèmes de santé.

Il affirme que beaucoup de personnes de petite taille se sentent minces alors qu’elles ne le sont pas vraiment, et encore nombreuses celles qui pensent être « grosses » alors qu’ils sont loin de l’être. C’est leur grande taille qui augmente légèrement leur IMC et qui traduit un tout autre risque. Devant ces illusions, ce scientifique a mis au point cette nouvelle équation qui consiste à « multiplier le poids par 1,3 puis à faire sa division par la taille exposant 2,5.

Ce calcul rend un peu plus élevé l’IMC chez les individus plus petits et un peu moins chez les plus grands. Cependant, il ne remplace pas celui qui a été inventé il y a 189 ans par Lambert Adolphe Jacques Quetelet, du moins dans certains pays.

La nouvelle formule est utilisée par beaucoup de population depuis sa création en 2013. La Haute autorité de santé française par exemple, évalue la corpulence par cette mesure. Elle considère que l’obésité commence par un indice de 30 et un surpoids à partir de 25.

De son côté la solution IMC = Poids (en kg) / (taille*taille) est préconisée par l’OMS.  Ce que nous pouvons vous conseiller alors c’est d’opter pour celle-ci parce qu’elle est estimée fiable, en attendant que les utilisations du dernier modèle se répandent dans les quatre coins du monde.

Calcul IMC Femme

Le calcul de l’IMC est plus exact chez les femmes que chez les hommes. Une femme dont l’indice est de 30 est par exemple visuellement obèse. Mais la réponse peut être négative pour la situation d’un homme. Cela dit, que le résultat est plus proche de la réalité, c’est-à-dire de l’image que renvoie le miroir.

Pour vous aider à bien calculer votre IMC, nous allons vous donner un exemple de cas. Mais avant cela sélectionner la formule Masse/ taille2, non pas pour faire simple, mais pour avoir la totale assurance de ne pas se tromper dans ses décisions à venir.

À présent, faites l’opération de la même façon que cette femme de 1m55 qui pèse 53 kg. Elle a quantifié comme suit : 53 ÷ 1,55² = 22,06 kg/m². Pour mieux vous éclairer, voici une autre illustration : une femme de 1m70 pesant 78 kg calcule son IMC comme tel 78 ÷ 1,70² = 26,99 kg/m².

Maintenant que vous savez comment mesurer l’indice de masse corporelle, il ne vous reste plus qu’à identifier le vôtre. Il n’y a rien de complexe, à moins que vous préfériez utiliser un calculateur en ligne, cet outil reste disponible. En tout cas, souvenez-vous : on n’est jamais mieux servi que par soi-même !

Calculer IMC chez les femmes
Crédit photo :
© www.pixabay.com

Calcul IMC Homme

Lorsqu’on parle d’IMC, on fait toujours référence à celui d’une femme, parce que sa gent a tendance à accorder plus d’attention au poids corporel. Les hommes quant à eux s’estiment moins concernés par ce genre de problème. Or, cet indicateur a plus d’influence sur leur santé.

Un homme dont l’indice de masse corporelle est compris entre 18,5 et 25 est de poids normal. Par ailleurs, si son IMC s’élève à 25 ou plus, il est en surpoids. En dessous de 18, il est considéré maigre. Et, dans le cas où le résultat atteint les 40 ou plus, il indique un état d’obésité morbide.

L’homme peut également découvrir le degré d’embonpoint par son tour de taille. Si celui-ci est de plus de 102 cm, il est considéré en surpoids.

Cependant, il faut vous prévenir à l’avance de certains points. Messieurs, l’IMC ne s’adresse pas toujours à vous, surtout si vous êtes un grand sportif ! Vous pourrez bien évidemment utiliser la même formule utilisée par les dames : Masse/ taille, pour voir si vos mensurations sont normales, mais la réponse peut vous surprendre.

Si Tony Parker teste par exemple son IMC, en mesurant 188 cm pour 89 kilos, il obtiendra comme résultat un IMC de 25,18. En règle générale, ce joueur français de basket-ball est en surpoids si l’on tient compte de cet indice. Pourtant, on sait tous que cela est loin d’être la réalité.

Teddy Riner est même catégorisé en état d’obésité modérée en ayant un IMC de 31,48. Ce judoka avec son poids important de 131 kg et sa grande taille de 2,04 m ne peut pas échapper à ce classement.

Toutes ces illustrations pour vous dire que si vous êtes un grand musclé, il vaut mieux vous abstenir et chercher à savoir le poids idéal autrement qu’avec le calcul de Quetelet. En revanche, si vous ne vous dépensez à la manière de ces sportifs, votre IMC sera crédible.

Voici des techniques pouvant remplacer le fameux indice de masse corporelle chez les hommes. Ces formules présentent elles aussi quelques inconvénients non négligeables, mais on ne va pas s’étaler là-dessus.  Il s’agit de :

  • l’Indice de volume corporel (IVC)
  • Formule de Broca
  • Méthode de Lorentz
  • IMG de Deurenber
Calculer IMC chez l'homme
Crédit photo :
© www.pixabay.com

Calcul IMC Enfant

Chez les jeunes enfants, les problèmes de poids sont assez négligés. Les parents ont tendance à se fier à l’apparence de leur chéri pour estimer sa corpulence. Pourtant, il existe des outils pouvant représenter cela de manière rationnelle. Il y a la courbe et l’IMC qui informent sur les risques de santé d’un enfant, qu’il soit fille ou garçon.

L’Indice de masse corporelle chez les petits se calcule de la même façon que l’IMC des adultes. La formule à utiliser reste la même : IMC= poids / (taille)2.

Toutefois, taille ici est exprimée en mètres et non en centimètres. Si votre bout de chou mesure par exemple 65 cm, vous devrez indiquer 0,65 m au calculateur.

Bien que le même calcul soit employé, l’interprétation du résultat n’est pas pareille pour les petits et les grands.  Chez l’enfant, l’âge et le sexe sont pris en compte. Il suffit de se référer à la courbe de corpulence destinée aux filles ou garçons pour connaître les éventuels risques. Avec un IMC au-delà de 97ème percentile, le sujet est classé parmi les obèses. Par ailleurs, si l’indice est en dessous de troisième percentile, celui-ci est en insuffisance pondérale. Votre loulou se situe dans une zone normale si son point  reporté sur le graphique est compris entre le 3ème et 90ème percentile.

Si l’IMC de l’enfant n’est pas normal

Si la courbe de corpulence indique que votre enfant est obèse ou maigre, il vous est conseillé d’en parler à votre médecin traitant ou au pédiatre. Comme l’indice de masse corporelle ne peut pas être stable aussi bien à l’enfance qu’à l’adolescence, il convient de faire le suivi de son IMC régulièrement afin de déceler les risques  relatifs à sa santé.

Ce contrôle facilite la prise en charge de la progéniture. Il n’y a que le professionnel de santé qui puisse indiquer la marche à suivre en cas de surpoids ou d’obésité. Il est proscrit de laisser son enfant pratiquer un régime alimentaire sans avis médical.

Interprétation de l’IMC chez l’enfant

Il se peut que votre enfant ait un IMC qui n’est pas normal, mais qui n’a aucun impact sur sa santé. Si la différence est insignifiante, les mesures à prendre ne sont pas les mêmes que celles que devrait prendre quelqu’un en réel surpoids. L’avis du médecin entre ainsi en ligne de compte.

Comme l’indice de masse corporelle est un outil typiquement théorique, faire examiner ses résultats par un praticien vous libérera de vos doutes. D’ailleurs, ce chiffre n’est pas le seul à être pris en compte. Il y a aussi d’autres mobiles qui expliquent la hausse de poids sans parler du contexte ethnique et génétique.

Pour inverser la tendance devant le déséquilibre, il n’y a rien de tel que l’adoption de nouvelles habitudes alimentaires. On peut aller jusqu’à encourager l’enfant à se libérer de la sédentarité. Cependant, chaque professionnel a sa manière d’accompagner son patient dans ce genre de situation. Aussi chaque cas se traite différemment. Mais quel qu’il soit, le soutien des parents est toujours essentiel.

Santé et IMC chez l'enfant
Crédit photo :
© www.pixabay.com

Calcul IMC chez les personnes âgées

À partir de 60 ans, le calcul de l’IMC n’est plus nécessaire. Beaucoup d’études ont rapporté que cet indice n’est pas approprié aux personnes âgées. Il convient plutôt de déterminer les risques d’obésité ou de surpoids au moyen de la mesure du tour de taille.

  • Une femme, pour être à l’abri des maladies liées à l’âge, devrait avoir un tour de taille compris entre 80 et 88 cm.
  • Un homme pour rester en bonne santé devrait considérer la marge de 92 à 102 cm.

Il est possible d’utiliser la formule en divisant  la mesure (tour de taille) en centimètres par le tour de hanche en centimètres.  Si le résultat est en dessous de 0,85 chez les femmes, le poids est forcément adapté à la taille. Et s’il est inférieur à 0,90 chez les hommes, cela traduit la même chose.

L’indice de masse corporelle reste conseillé aux individus de moins de 60 ans. S’il se situe entre 25 et 35, il indique l’obésité ou le surpoids. Par contre en étant inférieur à 25, il dénote moins de risque pour la santé chez les séniors. Mais attention, dans cette circonstance, l’outil peut induire des faux positifs.

Autrement dit, une personne peut avoir moins de poids, mais avec une bonne quantité de graisse abdominale. Sa musculature est très faible, c’est pourquoi son IMC  affiche la norme (20 à 25). Or dans la réalité, le sujet s’expose à d’éventuels risques cardiaques.

Pour diagnostiquer efficacement l’état de santé avec l’IMC à un certain âge, il faut avant tout être conscient de ses limites. Confirmez la véracité du résultat par la méthode de tour de taille.

Calculer IMC personnes âgées
Crédit photo :
© www.pixabay.com

L’IMC, un indicateur de votre santé physique et psychique

L’IMC dévoile l’état de santé physique et psychique comme quoi une personne peut souffrir de troubles de comportement alimentaire en ayant un indice très bas.  Il traduit particulièrement la maigreur, le poids idéal, le surpoids ou l’obésité. Dans quelle catégorie appartenez-vous ?

Maigreur

Les femmes souhaitant prendre du poids s’exposent souvent à l’incompréhension de leur entourage. En effet, la plupart des autres femmes tentent à tout prix de mincir, en croyant fortement que c’est le bonheur. Mais les femmes concernées savent que la maigreur est un combat de tous les jours, surtout si c’est naturel, c’est-à-dire, génétiquement programmé.

Lorsque votre indice de masse corporelle est inférieur à 18,5, vous êtes considéré en tant que maigre. L’amaigrissement peut faire suite à une dépression, à une pathologie ou bien à une maladie aussi grave que le cancer. Mais il est difficile de lutter contre, notamment s’il est de caractère constitutionnel ou héréditaire.

Les personnes qui en souffrent, qu’elles soient hommes ou femmes, depuis leur naissance se positionnent à 2 à 3 déviations standards inférieurement à la courbe de corpulence normale.  Quoiqu’elles mangent, elles ont une grande difficulté à prendre du poids.

Voici d’autres causes de sous-poids pouvant expliquer un IMC aussi bas :

  • Anorexie mentale
  • Maladies digestives
  • Dérèglement de la thyroïde
  • Troubles de croissance

L’énigme de la résistance à la prise de poids n’est pas pleinement résolue, mais si la maigreur ne provient pas de la loterie génétique, il est plus facile de la contourner. Impossible de ne pas gagner un seul gramme en mangeant du chocolat, des pâtes et des viennoiseries tous les jours, sauf en cas de maladie. À ce moment-là, il faut tenir compte des indications du médecin. Il peut par exemple prescrire une supplémentation de vitamines et minéraux.

En revanche, s’il s’agit d’une maigreur constitutionnelle, les étapes suivantes sont essentielles afin de bien gérer la situation. Bien entendu, il faut consulter un spécialiste. Ce dernier va poser un diagnostic à commencer par :

  • Identifier l’IMC (inférieur à 18,5 correspond à la maigreur)
  • Effectuer une densitométrie pour déterminer la densité osseuse et le taux de masse grasse
  • Réaliser la balance énergétique pour évaluer les apports alimentaires et la libération quotidienne de calories
  • Examiner le volume d’oxygène inhalé et de gaz carbonique rejeté
  • Mesurer l’émission de chaleur par une caméra thermique afin de confirmer qu’il s’agit bien d’une maigreur naturelle.
Maigreur IMC
Crédit photo :
© www.pixabay.com

Poids de forme

Le poids de forme est le poids avec lequel on se sent à l’aise physiquement et psychologiquement. Il n’est pas forcément meilleur pour la santé en étant totalement subjectif. Aucune formule n’a été mise au point pour le définir.

Chez les sportifs, c’est l’entraîneur ou l’individu concerné lui-même qui le fixe comme un objectif à atteindre. Un conseil, si vous en faites partie, inscrivez dans un carnet vos performances et le poids de votre rêve. Au fur et à mesure, vous allez découvrir les mensurations qui vous correspondent le mieux.

Mais retrouver l’équilibre, cela peut se faire en tenant compte de l’IMC. Si vous avez par exemple un IMC de 30, soit 80 kg pour 165 cm, ce sera trop irréaliste de viser un indice de 20. Il n’est pas question d’espérer un poids plume si le métabolisme lui-même a du mal à renforcer la libération d’énergie. Une personne qui souhaite devenir filiforme se crée une illusion si son ossature est naturellement épaisse, à moins de recourir à la chirurgie esthétique.

Sachez aussi que le poids de forme évolue avec l’âge. Même si certaines personnes gardent les mêmes kilos toute leur vie, la répartition des masses grasses et musculaires n’est pas pareille qu’il y a une vingtaine d’années passées.  Le métabolisme de toutes personnes se modifie tous les 7 ans à partir de 21 ans (après la croissance).  L’important est dès lors de trouver la silhouette qui convient à chaque changement bien visible, et c’est justement ce qu’est un poids de forme. Ce dernier ne dépend pas forcément du chiffre affiché par la balance.

Il tient compte de plusieurs facteurs : l’âge, le métabolisme, l’activité physique, la morphologie… C’est de cette manière qu’il se détermine. Mais bien sûr, vous pouvez toujours vous inspirer de l’IMC.

Poids de rêve ou poids de forme
Crédit photo : © www.pixabay.com

Poids idéal

Qui dit poids idéal, ne dit pas « perfection » du côté de l’apparence. Il ne reflète pas l’image qui nous vienne forcément en tête, celle des mannequins très affinés des magazines.

Le poids idéal est en quelque sorte le poids santé. Il se définit par la corrélation entre le poids et la taille. En clair, pour savoir à quel niveau vous devrez l’atteindre, vous allez devoir calculer votre indice de masse corporelle.

Avec les obsessions relatives à l’aboutissement à ce « corps parfait », la formule de l’IMC s’appliquait depuis très longtemps. Cependant, souvenez-vous que ce calcul est mis en place dans un souci plus sanitaire qu’esthétique, d’où la nuance entre poids santé et poids de rêve.

Le poids idéal peut parfois être confondu par le poids de forme. Toutefois, à la différence de ce modèle subjectif, il est rattaché à des normes. À partir de l’approche médicale, il se définit selon les données épidémiologiques. En le maintenant, vous profiterez d’une meilleure santé et une plus longue durée de vie.

Selon l’OMS, si vous avez un IMC compris entre 18,5 et 25, vous êtes sur la bonne voie. Vous n’avez pas besoin de grossir encore moins de mincir. Néanmoins, vous devrez maintenir l’équilibre dans votre alimentation, en vous assurant tous les jours qu’elle soit saine et variée. Cette fourchette de valeur donne une idée approximative du poids santé.

Poids santé IMC
Crédit photo : © www.pixabay.com

Surpoids

Le surpoids chez les femmes et hommes est caractérisé par un IMC compris entre 25 et 29,9. Chez les enfants, il se définit par un indice situé au-delà de la courbe du 97ème percentile. S’il se trouve vérifié que vous avez un excédent de poids, vous courez des risques de développer différentes maladies.

Vos kilos en trop peuvent par exemple perturber votre tension artérielle en l’élevant. L’hypertension augmente en même temps la probabilité d’apparition d’accidents vasculaires. Si la graisse se concentre au niveau du ventre, on peut observer chez les personnes en surpoids une hypercholestérolémie qui se présente par un excès du taux sanguin de lipides.

En outre, un problème de poids entraîne souvent le diabète de type 2. En effet, plus vous accumulez dans votre corps une bonne masse grasse, plus celui-ci a besoin d’insuline. Et parfois l’organisme ne parvient plus à en produire faute de dysfonctionnement de pancréas.

Il y a aussi les troubles circulatoires qui se manifestent par des jambes lourdes, œdèmes, phlébites et varices. Il existe encore une longe liste d’affections prévisibles. Mais à présent, ce qui nous intéresse est comment les éviter tant que cela est encore possible ?

Sachez qu’un minium d’efforts permet de rétablir plus sainement son assiette. Il s’agit de la meilleure façon de renouer avec sa balance et de prévenir les maladies susmentionnées. C’est pas peine perdue d’adopter par exemple un régime alcalin, lorsque l’on ressent réellement l’envie de mincir. Cette diète s’avère efficace pour s’affiner de partout.

Surpoids et IMC
Crédit photo :
© www.pixabay.com

Obésité modérée

Les maladies cardiovasculaires, diabètes, l’hypertension… sont des risques importants chez les personnes dont l’IMC est supérieur ou égal à 30. En effet, la plupart des personnes atteintes d’obésité souffrent de pas mal de maux. A titre d’exemple, un excès de poids significatif peut mener à un cancer de la prostate chez l’homme et du sein ou de l’utérus chez la femme.

Il y encore d’autres atteintes possibles si l’IMC est trop élevé. Voici quelques exemples supplémentaires :

  • Problèmes musculosquelettiques
  • Troubles respiratoires (apnée du sommeil ou asthme)
  • Dépression
  • Troubles de la vésicule biliaire ou du foie
  • Problème de fertilité ou de production d’hormones sexuelles
  • Reflux gastro-œsophagien ou RGO
  • Diabète de type 2
  • Excès de cholestérol LDL
  • Troubles circulatoires
  • Douleurs articulaires

Chez les enfants, l’obésité peut être causée par un déséquilibre entre les apports alimentaires et les dépenses d’énergies. La sédentarité peut expliquer ce manque d’activité physique à l’origine de la prise de poids. Les adolescents préfèrent parfois rester chez eux au lieu de sortir rien que pour faire une marche de 30 minutes en raison de leur addiction pour les jeux vidéo et Internet.

En plus de grignotages, les repas trop riches en gras, en isoglucose (aliments transformés) et en sel rendent accrus les risques d’obésité morbide à l’enfance. Il y aussi l’influence du comportement alimentaire véhiculé par les publicités, les réseaux sociaux, qui touche particulièrement les ados. On parle notamment d’anorexie et de boulimie.

L’obésité infantile n’entraîne que des risques somatiques rares qui  sont valables à court terme. Il s’agit de :

  • Problèmes articulaires
  • Ostéonécrose de la tête fémur
  • Diabète non insulinodépendant
  • Augmentation des graisses dans le sang (triglycérides)
  • Hypertension artérielle

Obésité morbide

Chez l’enfant, si l’obésité est traitée à temps, c’est-à-dire avant la puberté, les risques de rester obèse jusqu’à l’âge adulte diminuent de manière significative. Cette prise en charge exclut au fur et à mesure les facteurs de morbidité.

Par contre, il est plus difficile de lutter contre l’obésité morbide à un certain âge.  Lorsqu’on grandit, le métabolisme change et devient de plus en plus insaisissable, voire incontrôlable.

Si votre IMC excède les 40, vous êtes en train de vous situer dans un état d’obésité massive de classe III. Certains spécialistes observent même un niveau supérieur lorsque l’indice passe au-delà de 50. On ne va pas se mentir, cette situation est de plus en plus inquiétante. En seulement 5 ans, le nombre de cas d’obésité morbide a doublé. Aujourd’hui, 0,6 % de la population française est touché par différents types de complications liées à l’excès de masse grasse.

Ce problème de poids s’accompagne de dysfonctionnements organiques tels que :

  • Hyperlipidémies
  • Myxoedème de l’hypothyroïdie
  • Syndrome de Prader-Willi
  • Diabète de type 2
  • Maladie de Cushing
  • Pseudohypoparathyroïdies

La relation entre poids, métabolisme, et indice de masse corporelle

Le métabolisme détermine les dépenses énergétiques ou les calories brûlées chaque jour. Il ralentit avec l’âge, ce qui cause la difficulté à perdre du poids en vieillissant. L’organisme doit pouvoir digérer ce qu’il absorbe en les transformant en énergie ou en nutriment.

Cependant, l’assimilation du corps ne se fait pas comme par magie. Sans activité physique, les lignes métaboliques ne vont pas bouger d’un pouce.  Il est possible de calculer son métabolisme de base (MB), en fonction de sa taille en cm, son poids, son âge et son sexe.

Cette opération vous permet d’avoir conscience des besoins à couvrir en termes de calories.  Elle complète la formule d’indice de masse corporelle, au moyen de laquelle se fixe le poids idéal théorique.

Avant d’entamer un régime, il est nécessaire de connaître son MB et son IMC afin de mieux contrôler son poids en fonction des dépenses énergétiques recommandées.

Comment perdre du poids ? Je n’y ’arrive pas !

Vous avez beau vous dépenser, manger moins, mais tout cela n’a aucun effet sur votre poids ? Pour qu’un régime marche, il faut réactiver le métabolisme qui est certainement au ralenti. C’est le responsable de ce blocage qui depuis des années vous a fait presque perdre le goût de vous mettre en beauté. Vous vous êtes demandé pourquoi vous avez toujours ce bourrelet gênant alors que vous suivez un régime peu calorique, parfois même, vous sautez le déjeuner, mais en vain.

Essayez de mettre en place des routines simples qui vont surprendre votre métabolisme. Mais commencez par identifier votre MB et IMC. Le MB vous permet de limiter le nombre de calories que vous devrez absorber tous les jours en vue d’éviter le stockage de surplus. C’est l’excédent qui se transforme en graisse.  Vous trouverez le bon équilibre de cette manière.

Il est aussi conseillé d’augmenter le métabolisme naturellement par le sport.  Pour résumer, faites ceci :

  • Changer les habitudes alimentaires
  • Pratiquer une activité physique adaptée
  • Respecter l’équilibre des apports en glucides (55%), protéines (15%), lipides (30%)

N’oubliez pas, pour réussir son régime amaigrissant, il n’est pas question de s’infliger une diète trop restrictive, mais  au contraire de manger avec plaisir en privilégiant les meilleurs aliments.  À moins d’être végan ou végétarien, ce serait aussi bon et efficace de recourir à un régime paléo incluant principalement les fruits et légumes.

Réussir à lutter contre surpoids
Crédit photo :
© www.pixabay.com

Comment prendre du poids ? Je n’y ’arrive pas !

Comme on l’a dit plus haut, la maigreur constitutionnelle est une lutte de tous les jours chez les personnes concernées. Quoi qu’elles fassent, elles ne gagnent pas plus de 1 kg tous les ans et peuvent même garder le même poids toute leur vie. On peut lutter contre ce défaut de la nature en s’assurant de mener un mode de vie équilibré.

  • 3 à 4 produits laitiers font augmenter le poids si on les consomme quotidiennement avec au moins 5 fruits ou légumes. Privilégiez en même temps, la viande, le poisson et les œufs.
  • Multiplier les collations en optant par exemple pour du pain au fromage, à ingérer avec un bol de lait écrémé.
  • Freinez la consommation de tabac, d’alcool et de café.
  • Faites du sport afin d’activer en permanence le métabolisme (musculation en salle, gym avec des élastiques ou haltères).
  • Cuisinez avec de l’huile de colza ou de l’huile de noix.
Yaourt pour prendre du poids
Crédit photo :
© www.pixabay.com

L’effet yoyo

À présent, nous sommes arrivés au point crucial. Comme promis, nous allons vous délivrer les secrets de ces femmes et de ces hommes qui n’ont pas connu l’effet yoyo suite à leur diète.  Certains d’entre eux ont choisi le régime alcalin parce que celui-ci ne brusque pas les changements à la manière des autres programmes drastiques. C’est pourquoi ils s’adaptent très vite à de nouvelles habitudes alimentaires et vont même jusqu’à les adopter à vie.

Si l’on reprend l’ancien style de vie qui a favorisé la prise de poids, gare au déterminisme ! La même cause produit le même effet comme on dit, du coup, ça ne valait pas la peine de sacrifier du temps et tant d’efforts pour revenir au point de départ.

Acceptez donc de mincir doucement, même si vous espérez vraiment perdre du ventre en 1 semaine. N’entrez pas dans une phase de restriction, mais préférez juste rectifier le tir.  Vous pouvez vous procurer de collations comme à votre habitude, mais de manière plus réfléchie. Optez pour un régime rassasiant et varié durant lequel vous allez limiter vos apports en sucre. On vous conseille d’opter pour  du miel du fait qu’avec cet édulcorant, une petite portion suffira à bien sucrer vos repas. Découvrez les avantages du miel par rapport au sucre.

C’est aussi prouvé que si l’on écoute son envie et qu’on déguste seulement les aliments qu’on apprécie, on mincit.  Trouver cette satisfaction nous permet de manger moins. Au lieu de consommer par exemple du fromage blanc à 0% avec de l’additif, ne vous infligez pas du goût frustrant et confectionnez plutôt de la grillade aux herbes ou de la salade croquante.

Comment mieux manger selon mon IMC ?

Si vous n’êtes pas dans la zone normale d’après votre indice de masse corporelle, vous devrez carrément changer votre mode de vie. Il est nécessaire de retrouver un poids santé afin d’éviter toutes sortes de maladies. Il faudra par exemple envisager une alimentation équilibrée en en discutant avec un médecin ou un diététicien.

Ce régime doit être riche en nutriments essentiels (fibres, vitamines…), mais pauvre en graisses saturées.  Il fera également l’impasse sur les sucreries.  La ration calorique par jour ne peut pas dépasser les 1400 calories, notamment chez la femme. Entre temps, il convient de se dépenser, à raison de 15 à 30 minutes par jour.

Par ailleurs, chez les personnes qui souhaitent garder leur IMC, un régime alimentaire équilibré leur est mieux adapté qu’une diète minceur. Cette dernière est normalement suivie d’une reprise de poids.

On peut également grossir sainement, si notre indice révèle une insuffisance pondérale. Les règles générales ne diffèrent pas pour autant de celles qui s’appliquent chez les individus en surpoids : éviter l’excès de sel, de sucre et  recourir à un régime varié.  Au lieu de manger trop gras ou trop sucré, préférez les aliments riches en protéines (viande, poisson, légumineuses…).  Enrichissez bien vos plats de jambon haché, de la crème et n’oubliez pas les repas légers incluant biscuits et yaourt.

Bien manger selon IMC
Crédit photo :
© www.pixabay.com

Quels sont les meilleurs aliments pour retrouver un poids idéal ?

Effectivement, certains aliments sont à bannir de son alimentation quotidienne et d’autres à privilégier. La liste est longue, cependant, ceux qu’on énumère ci-dessous sont ceux qui sont présents dans les assiettes des personnes avisées. Vous pouvez les consommer sans limites du moment que cela fera votre bonheur ! Cependant, faites régulièrement le calcul IMC afin de vous assurer si vous êtes loin ou non de votre poids santé.

  • Fruits
  • Légumes frais de saison
  • Volailles
  • Boissons saines
  • Produis laitiers écrémés ou demi-écrémés
  • Poissons et fruits de mer
  • Laitue
  • Matières grasses végétales
  • Céréales complètes
  • Morille

Pour garantir l’effet positif des végétaux sur votre ligne, nous vous conseillons de bien tenir compte des calories dans les fruits et légumes.  Cela vous aidera à vous fixer le bon choix alimentaire quotidiennement. Et d’être sur la bonne voie et d’y rester. Bonne chance !

Allez plus loin

Comment calculer son poids idéal et l’atteindre ?

Sources d’informations

 

Tous les articles de IMC

On se dit tout ! Racontez votre histoire

Notre vécu a une richesse inestimable.

Il permet de prendre du recul sur notre vie et de comprendre là où l’on souhaite aller.

Il peut inspirer aussi d’autres personnes, inquiètes, en questionnement, à la recherche de sens…

OSDT c’est plus qu’un magazine, c’est un lieu pour partager nos histoires de vie.

On se dit tout sur les réseaux sociaux