Pourquoi assurer ses apports en potassium et vitamine K

Questions santé : Quel est le rôle du potassium dans le fonctionnement du corps ? Quels sont les apports journaliers en potassium conseillés pour chaque individus? À quoi s'expose-t-on lors d'une surdosage ou carence en potassium ? Quels sont les aliments riches en potassium ?

Mis à jour le : 6 décembre 2019

Pourquoi est-ce si important de maintenir ses apports en potassium ?

Un taux anormalement élevé ou bas de potassium ou de vitamine K est à l’origine de différentes maladies (maladies cardiovasculaires, rénales…). C’est pourquoi il est nécessaire d’assurer ses apports journaliers, que ce soit à travers l’alimentation, ou la supplémentation surveillée par un professionnel de santé.

Rôle du potassium dans le fonctionnement du corps

Le potassium fait partie des macroéléments majeurs stockés à l’intérieur des cellules. Son taux varie d’un tissu à un autre, mais en général, celui-ci est élevé dans les muscles et plus faible au niveau des os et du plasma.

Les réserves de potassium sont de l’ordre de 150 g chez les hommes et 100 g chez les femmes. Cet électrolyte a pour rôle de réduire les risques d’accidents vasculaires cérébraux, de maladies cardiovasculaires, de calculs rénaux et d’ostéoporose.

Ce minéral permet également de prévenir l’hypokaliémie qui se manifeste suite à une excrétion importante en vitamine K, d’où la nécessité de maintenir ses apports journaliers en potassium et en vitamine K.

Les suppléments de potassium s’utilisent également dans le cadre du traitement de l’hypertension. Néanmoins, il est possible de réguler l’équilibre hydroélectrolytique à partir des sources alimentaires.

Apports journaliers conseillés en potassium

L’apport en potassium a été réévalué maintes fois ces dernières années au point d’être fixé à 3500 mg par jour. Cependant, les valeurs de référence conseillées varient en fonction de l’âge et d’autres situations (période de croissance, allaitement).

GroupeValeurs de référence par jour
Hommes et femmes3500 mg
Femmes allaitantes4000 mg
Adolescents de 11 à 14 ans2700 mg
Adolescents de plus de 15 ans3500 mg
Nourrissons de 7 à 11 mois750 mg
Enfants de 1 à 3 ans800 mg
Enfants de 4 à 6 ans1 100 mg
Enfants de 7 à 10 ans1 800 mg

Surdosage et carence en potassium

En tant que électrolyte, le potassium conduit les signaux électriques de façon à fournir une meilleure contraction musculaire. Une solution hypertonique (chlorure de potassium) est souvent préconisée pour traiter une carence en potassium, mais attention, la dose fait le poison !

Risque de surdosage

L’hyperkaliémie se développe lorsque le taux sanguin de potassium est anormalement élevé. Celui-ci est parfois dérégulé par la néphropathie (maladie rénale), ce qui conduit à des conséquences graves, à ne citer que l’insuffisance rénale ou encore l’arrêt cardiaque.

Les sportifs sont souvent sujets à l’hyperkaliémie, notamment ceux qui adoptent un régime alimentaire riche en potassium. Il en est de même pour les patients qui souffrent de maladies cardiovasculaires.

Risque de carence

Les médicaments utilisant des récepteurs de l’angiotensine II (irbésartan, valsartan, losartan, telmisartan) réduisent la quantité de potassium dans le sang. Il s’agit des formules préconisées en cas d’hypertension artérielle.

Une hypokaliémie (carence en potassium) se manifeste également à cause d’un faible apport en vitamine K. Les pertes de K sont souvent de nature gastro-intestinale. Elles peuvent survenir suite à des abus de laxatifs ou à un adénome villeux du côlon, du moins rarement.

Indications médicales

Les suppléments de potassium peuvent être administrés par voie parentérale (en perfusion) ou tout simplement ingérer par voie orale.

Interactions médicales

Au même titre que la prise de épargneurs de potassium, le traitement à travers des diurétiques hypokaliémiants impose une surveillance biologique régulière de la kaliémie (taux de potassium dans le sang).

Les suppléments de potassium ne doivent pas être pris avec certains médicaments prescrits en cas d’hypertension artérielle (les récepteurs de l’angiotensine II).
Cet électrolyte ne doit pas non plus être associé à un inhibiteur de l’enzyme de conversion ni à la ciclosporine.

Aliments riches en potassium

Le potassium est présent dans beaucoup d’aliments. Mais assurez surtout la subsistance de votre famille au moyen des sources alimentaires suivantes :

Pourquoi assurer ses apports en potassium et vitamine K
Pourquoi assurer ses apports en potassium et vitamine K
Crédit photo :
pixabay

Recettes de cuisine riche en potassium

Les tomates et haricots blancs sont d’excellentes sources de potassium, c’est pourquoi nous vous suggérons cette recette facile à réaliser. Vous aurez effectivement besoin de haricots blancs secs de 250 g et ½ boîte de tomates concassées. À part cela, il vous faudra :

  • 1 gousse d’ail
  • 1 cs de laurier
  • ½ cc de thym
  • Sel
  • Poivre

À la veille de la préparation, imprégnez d’eau les haricots blancs en utilisant par exemple une casserole. Le lendemain, faites les cuire dans un faitout pendant 40 à 45 minutes. Entre temps, vous allez mijoter la sauce tomate qui comprend l’ail écrasé, le thym, le laurier, quelques pincées de sel et de poivre. Lorsque les haricots sont bien tendres, mélangez-les délicatement avec la sauce.

Comme dessert, nous vous proposons la glace à l’avocat. Pour la préparer, on vous invite à acheter :

  • 2 avocats parfaitement mûrs
  • 50 cl de lait
  • Du citron
  • 175 g de sucre en poudre
  • 12 g de maïzena

Une fois les ingrédients réunis, prenez un bol et un fouet qui vous serviront à mélanger la maïzena et le lait. Utilisez seulement 50 ml de lait, quant au reste, vous allez le verser dans une petite casserole avec le sucre en poudre et la farine diluée.

Faites cuire le tout sur feu doux. Ensuite, prélevez la chair des 2 avocats, mettez-y un peu de jus de citron, du sucre, et mixez-les dans un robot mixeur. Finalement, vous allez pouvoir mélanger les deux préparations jusqu’à l’obtention d’une crème à la texture fine et homogène.

Sources

  • www.vidya-ayurveda.org
  • www.doctissimo.fr
  • www.lanutrition.fr

OSDT.

Ecrit par : Edeline
Publié le mardi 9 juillet 2019


Difficile pour Edeline de ne pas craquer pour une sucrerie jusqu’au jour où elle a décidé qu’il été temps de grignoter malin en excluant l’isoglucose et en privilégiant les sucres bio. Suivez les explications de cette rédactrice passionnée par tout ce qui touche de près ou de loin à la médecine et la psychologie.

Découvrez nos rédacteurs professionnels de santé

En savoir plus sur nos rédacteurs nutritionnistes, professionnels de santé

Suivez-nous

Gardons le contact

Vous aimez OSDT ?

Restez informé de toutes les actualités Santé, en recevant une notification directement dans votre boîte e-mail.



On Se Dit Tout ! Racontez votre histoire

Notre vécu a une richesse inestimable. Il peut inspirer aussi d’autres personnes, inquiètes, en questionnement, à la recherche de sens…

OSDT c’est plus qu’un magazine, c’est un lieu pour partager nos histoires de vie.


Informations importantes pour le lecteur

Santépratique.fr a pour vocation d'informer, sensibiliser et divertir ses lecteurs autour des domaines de la santé, de la psychologie, de la nutrition et du bien être. Notre volonté, insufflée dans notre ligne éditoriale, est de donner de l’autonomie à nos lecteurs, prendre en main leur santé, leur bien être physique et psychique. Cette prise d’autonomie passe par la responsabilité de soi et de ses actes.
Nous nous efforçons de fournir un contenu de qualité et vérifié, mais il ne remplace aucunement l'avis du professionnel de santé compétant pour répondre à vos questions et pour fournir des solutions préventives ou curatives à vos besoins.
Les informations du site santepratique.fr ne constituent, en aucun cas, une consultation d’ordre médical et/ou un quelconque diagnostic et/ou une promotion pour des médicaments, dispositifs médicaux ou traitement. Il en est de même pour tout contenu certifié par l'un de nos professionnels de santé publiant un article sur santepratique.fr.
Il appartient à tout utilisateur de vérifier nos informations, de recouper des avis, et surtout de consulter un professionnel de santé compétent (médecin généraliste ou spécialisé, nutritionniste, gynécologue, sage-femme, kinésithérapeute, etc ) pour tout besoin rencontré.
Si vous constatez une erreur dans nos articles, nous vous encourageons à nous contacter et à nous les signaler. Cela nous permettra d’améliorer la fiabilité et la qualité de notre engagement à vos cotés ! Contactez-nous via ce formulaire.

Editeur

Science & Bien-être logo
Santé Pratique est édité par Science & Bien-être, de la société Les Editions De La Main Bleue.