Le régime seignalet : quelle sont les bases de cette méthode ?

Questions santé : À quels autres régimes auto-immuns ce régime est-il semblable ? Ce régime nécessitera-t-il des achats dans une épicerie spécialisée ou biologique ? Quelles sont les meilleures conditions pour ce régime ?

Mis à jour le : 25 septembre 2019

Après des années d’observation, le Dr Jean Seignalet a mis au point le régime seignalet qu’il a appelé « ancestral », dont l’objectif principal est de restaurer la muqueuse intestinale devenue trop perméable du fait de facteurs génétiques (enzymes) et environnementaux (microbes, médicaments, gluten, protéines laitières, cuisson haute température).

Cette augmentation de la perméabilité de l’intestin grêle a été prouvée dans de nombreuses maladies.

Ce régime peut être adopté par toute personne souffrant de pathologies dégénératives ou inflammatoires chroniques afin d’améliorer son état de santé général.

Les six grands principes du régime seignalet

Pas de lait d’origine animal et ses dérivés

Exclut le lait d’origine animale (vache, chèvre, brebis, jument) et leurs dérivés (beurre, crème, fromage, glace) du régime seignalet.

Ils contiennent des protéines allergisantes et de nombreuses hormones de croissance ; de nombreux adultes ne produisent pas de lactase, une enzyme vitale pour leur digestion.

Pas de céréales

Exclure les céréales « modernes » : blé, seigle, orge, kamut, épeautre et même maïs.
Toutes les céréales obtenues par modification ou sélection génétique sont difficiles à digérer et surtout celles qui contiennent du gluten qui peut provoquer une intolérance. Le riz, le sarrasin et le quinoa sont acceptables dans le régime seignalet.

Pas de produit cuit à une température supérieur à 110 degré dans le régime seignalet

Exclut les produits cuits à une température supérieure à 110 °C. La cuisson à haute température dénature les aliments et leurs nutriments tels que les vitamines, les antioxydants et les acides gras essentiels ; des composants chimiques difficiles à assimiler, voire toxiques, peuvent apparaître à haute température.
Méthodes de cuisson à privilégier : à la vapeur ou à ébullition douce.

Pas d’huile cuites avec le régime seignalet

Exclure les huiles pressées à chaud ou cuites. Les procédés industriels de production des huiles et margarines – solvants, raffinage, décoloration, désodorisation – dénaturent les acides gras.
Privilégiez les huiles de première pression à froid issues de l’agriculture biologique : privilégiez les huiles de colza, de noix et de noisette et mangez régulièrement de petits poissons gras (sardines, anchois, maquereau, etc.) pour leur haute teneur en acides gras oméga 3 (EPA et DHA).

Eviter les produits non biologiques avec le régime seignalet

Éviter autant que possible les produits pollués, avec le régime seignalet ce qui signifie favoriser les aliments issus de l’agriculture biologique.

Prendre des vitamines et minéraux avec le régime seignalet

Prenez un supplément de vitamines et de minéraux. Les suppléments de vitamines, sels minéraux et oligo-éléments font partie intégrante du programme nutritionnel du Dr Seignalet. Pour restaurer l’intestin, il recommande de consommer quotidiennement des ferments lactiques au bénéfice de la flore intestinale.

Les aliments interdits

Le blé et ses dérivés : pain, pâtes alimentaires, pizza, semoule, farine, croissants, gâteaux, biscuits, pains croquants, etc.

Autres céréales : seigle, orge, maïs et ses dérivés (corn flakes, farine de maïs, etc.), avoine… sauf riz, sarrasin et petit épeautre.

Tout le lait animal et ses dérivés : beurre, fromage, crème, yaourt, crème glacée.

Sel blanc raffiné, huiles raffinées

Sucre blanc raffiné, conserves, margarines, bière (contient de l’orge)

Les aliments à éviter

Tous les aliments cuits en particulier.

Produits de charcuterie cuits (pâté, saucisse, jambon…)
Viandes trop cuites, foie, rognons, oeufs trop cuits, poisson trop cuit, huiles cuites, graines oléagineuses grillées ou cuites.
Aliments préférés

Viande crue ou peu cuite (bleue)
Viandes crues de type charcuterie (jambon cru, saucisse séchée, salami, chorizo, etc.)
Oeufs à la coque, omelette liquide
Poisson cru (carpaccio) ou cuit à la vapeur si nécessaire
Mollusques et crustacés, fruits de mer
Légumes verts ou légumes secs cuits à la vapeur, légumes crus
Fruits frais, fruits secs et graines oléagineuses brutes, miel
Soja (lait, yaourt), sel entier, sucre entier
Huiles de première pression à froid.
Riz, sarrasin, petit épeautre
Chocolat noir
Graines germées de céréales et légumineuses autorisées
Les aliments fumés (viande, poisson) avec modération
Toutes les boissons non alcoolisées avec thé et café avec modération
Toutes les boissons alcoolisées sauf la bière. L’abus d’alcool est dangereux pour la santé

Recommandations supplémentaires

Les aliments congelés compatibles avec ce régime peuvent être consommés. Les aliments surgelés ne présentent aucun danger, selon le Dr SEIGNALET.

Favorisez les aliments biologiques et portez toujours une attention particulière au contenu réel des denrées alimentaires. Par exemple, il existe des gâteaux de riz contenant seulement 11 % de riz et 50 % de blé.

Quelles sont les meilleures conditions pour ce régime ?

Selon, le Dr Seignalet, il a initialement développé le régime pour la polyarthrite rhumatoïde, la spondylarthrite ankylosante et la maladie de Behcet. Les bons résultats de l’alimentation l’ont poussé à s’étendre éventuellement au traitement de toutes les maladies auto-immunes et même d’autres maladies de cause inconnue.

Ce régime nécessitera-t-il des achats dans une épicerie spécialisée ou biologique ?

Bien sûr, ce régime nécessitera des achats dans une épicerie spécialisée ou biologique. Les aliments génétiquement modifiés ne sont pas recommandés, donc les aliments biologiques seraient le choix évident. De plus, comme le quinoa, le riz et le sarrasin sont les seuls grains recommandés, on peut trouver des farines faites à partir de ces grains pour la cuisson, ainsi que des farines de noix, de haricots et de banane/plantain. Tout cela nécessitera des achats spécialisés. Il n’y a pas d’aliments diététiques préemballés associés à ce régime. Ce régime peut être coûteux, bien qu’une planification minutieuse des repas et la minimisation des repas au restaurant (ce qui est implicite) puissent aider à compenser les coûts.

À quels autres régimes auto-immuns ce régime est-il semblable ?

Ce régime est semblable à la plupart des régimes auto-immuns en ce sens que les aliments biologiques et non transformés sont fortement recommandés. Elle est également similaire aux régimes d’élimination pour l’auto-immunité, puisque les produits laitiers, le gluten, les additifs/préservatifs sont exclus. Ce régime est unique à d’autres régimes auto-immuns avec sa recommandation pour la plupart des aliments crus, y compris la viande, le poisson et les œufs. L’examinateur note toutefois que le concept de consommer principalement de la viande ou des aliments crus ou légèrement cuits n’est pas nouveau ou unique à ce régime. L’idée de protéger la structure des protéines et des graisses est une idée qui, de l’avis de l’examinateur, vaut la peine d’être envisagée pour une santé et un bien-être optimaux. Chaque fois que de la viande crue est consommée, il faut s’assurer que la viande a été manipulée de façon appropriée avant la consommation.

régime seignalet alimentation saine
Crédit photo :
© www.pixabay.com

Pathogenèse alimentaire selon seignalet

Une alimentation moderne inadéquate

Pour Seignalet, le patrimoine génétique des chasseurs-cueilleurs paléolithiques n’a pas eu le temps de s’adapter à l’alimentation moderne, cette inadéquation est la clé pour comprendre certaines maladies.

Le rôle de l’intestin grêle

Sous l’influence de divers facteurs (carences enzymatiques génétiques, terrain prédisposant, allergies) et de facteurs environnementaux tels que l’alimentation moderne (y compris, gluten, protéines de lait et produits de cuisson à haute température) ou la consommation fréquente de produits chimiques tels que les antibiotiques, les muqueuses intestinales être attaqué, sapé et rendu trop poreux, permettant un passage facile dans le sang de macromolécules et des bactéries alimentaires.

Selon la théorie proposée par Seignalet dans cet état caractéristique de la perméabilité hyper-intestinale (syndrome de l’intestin qui fuit (in)), le passage de molécules exogènes provoque un processus inflammatoire chronique et la réponse immunitaire, selon le terrain conduirait au développement de maladies auto-immunes, une maladie connue pour l’obstruction ou l’élimination des maladies connues.

Théorie de l’élimination

Les résidus alimentaires ou les bactéries seraient capturés par le système immunitaire, puis dirigés vers l’excrétion naturelle, provoquant une inflammation de l’organe cible.

Théorie de l’encrassement cellulaire

Lorsque l’organisme dispose d’une capacité excédentaire d’élimination des déchets alimentaires, ils s’accumulent dans l’environnement extracellulaire, provoquant de la fatigue et certaines molécules du système immunitaire, structures similaires à celles de l’hôte, pénètrent dans les cellules d’un organe particulier et modifient l’opération ou mettent en danger la survie à long terme.

Auto-immune

Un certain nombre de maladies auto-immunes impliquent une alimentation et une hyper-perméabilité de l’intestin grêle dans sa pathogenèse, par exemple en induisant des réponses immunitaires contre les bactéries intestinales qui traversent les cellules sanguines et contre le corps, ou contre les cellules du corps contaminées par des polluants (maladies hétéroimmunes).
Avec un régime hypotoxique, Seignalet a proposé un retour à un régime plus proche de ce qu’il était probablement il y a 5.000 ou 10.000 ans. Il recommande de supprimer les aliments et les méthodes de préparation considérés comme potentiellement dangereux ou inappropriés pour le corps humain.

Enlever les produits laitiers

Juger le lait inadapté à l’homme adulte Seignalet préconise un régime sans aucun produit laitier.lait pasteurisé, lait UHT, yaourt, fromage, beurre et tous les produits qui entrent dans la composition du lait en poudre.

Élimination du gluten et des grains mutés

Seignalet croit que les enzymes et la mucine chez l’homme ne s’adaptent pas à la structure de certaines protéines du blé et du maïs, surtout lorsqu’elles sont transformées par cuisson.
Il préconise l’élimination de toutes les céréales contenant du gluten, et de tous les aliments dérivés : pain, pâtes, pizza, gâteau… Sont autorisés par le régime de riz et autres céréales peuvent remplacer les céréales : sarrasin, sésame, châtaignes et peut-être quinoa et millet.

Utilisation d’huiles non raffinées et d’aliments biologiques

Pour Seignalet, le mode de fabrication industrielle des huiles alimentaires et de la margarine pose problème. C’est parce que les techniques utilisées pour augmenter les rendements d’extraction induisent des changements néfastes. Le chauffage à la vapeur d’eau entre 160°C et 200°C, principalement utilisé au milieu du XXème siècle, résulte des acides gras trans insaturés. Les procédés actuels : extraction à froid avec solvants, raffinage, blanchiment, désodorisation, hydrogénation éventuellement peuvent dénaturer le produit et des solvants plus ou moins dangereux.

Les huiles vierges en exclusivité

Suivre les règles hypotoxiques implique l’utilisation exclusive d’huile vierge (élimination mécanique, traitement chimique, pas de raffinage, absence d’insecticides et de pesticides), consommée crue : huile d’olive vierge, huile de canola, huile de noix, huile de noisette… le tout par pression à froid, sont interdites les margarines et huiles raffinées.

Consommer des poissons des mers

Il conseille également la consommation régulière de poissons des mers froides pour leur apport en oméga-3, en particulier : EPA et DHA, et en général les aliments issus de l’agriculture biologique pour leur qualité nutritionnelle et sans pesticides chimiques.

Il convient de noter que les homologues supérieurs des acides gras essentiels, tels que ceux produits par les animaux, contournent le système d’équilibrage des prostaglandines de paix (PG E2) et de guerre (PG E1). La forme des oméga-3  est présente dans les huiles de noix, de soja, de canola, de germe de blé et de lin.

Procédé de préparation d’aliments de régime seignalet

dans ce régime, on conseille de ne pas cuire les aliments à des températures supérieures à 110°C. A cette température, la dénaturation des protéines, des glucides, des huiles et des nutriments est limitée. De plus, sous l’effet de la chaleur, les composés chimiques ne semblent pas présents dans la nature. Pas nécessairement que le corps peut absorber, car leur structure spatiale ou leur complexité. Ce qui est agréable pour nos sens ne convient pas nécessairement à nos enzymes.

Par conséquent :

  •  préféré cru,
  • cuisiner avec modération.bain-marie bouillant, jusqu’au sucré étuvé, cuit à la vapeur.
  • supprimer la cuisson au micro-ondes (il chauffe les aliments en induisant un mouvement thermique localement extrême).

Le manque de cuisson préserve les vitamines, les oméga-3 et les molécules les plus antioxydantes.

Les compléments alimentaires

Dans les maladies inflammatoires chroniques, il existe souvent un domaine de carence en nutriments non énergétiques. Les vitamines, minéraux et oligo-éléments, et les besoins d’un organisme malade sont plus élevés que ceux d’individus en bonne santé. Cependant, l’alimentation moderne est déficiente.
Seignalet propose dans son approche nutritionnelle d’ajouter aux doses physiologiques de ces nutriments : vitamines, minéraux et oligo-éléments.

La supplémentation fait partie intégrante de la nutrition Seignalet, il est essentiel de continuer tout au long de la période de changement diététique.

Seignalet recommande également l’utilisation quotidienne de probiotiques, car ces bactéries ont un rôle intéressant à plusieurs niveaux.

  • la production d’acide lactique inhibe la croissance des entérobactéries pathogènes,
  • l’effet bénéfique sur les entérocytes.

Les résultats du régime seignalet parlent

Seignalet présente les résultats (succès et échecs) obtenus par le changement nutritionnel d’une centaine de maladies dans 2.500 patients à l’époque.

Selon l’auteur, les patients traités par la nutrition ont strictement appliqué les règles hypotoxiques et les effets ont été perceptibles après une période variant de quelques mois à plusieurs années lorsque l’alimentation a été appliquée assez tôt.

Quand pratiquer le régime seignalet ?

Seignalet recommande cependant d’appliquer ce système en remplacement d’un traitement médical ; il s’agit plutôt d’adopter un mode de vie pour prévenir la maladie ou améliorer la tolérance du patient au traitement qui peut être très lourd, comme la chimiothérapie ou la radiothérapie ; Seignalet souligne que le régime ne guérit pas les maladies : au maximum, il induit une rémission, l’abandon du régime entraîne de rechute.

OSDT.

Ecrit par : Dorothée
Publié le jeudi 4 juillet 2019


Journaliste bien-être spécialisée en micro-nutrition, Dorothée partage ici ses réflexions et sa passion autour des piliers fondamentaux de la santé et du bien-être. Sur OSDT, elle partage notamment ses conseils en matière d'alimentation, régime, beauté, famille, thérapie et vous conseillera sur comment vous garder en bonne santé tous les jours.

Découvrez nos rédacteurs professionnels de santé

En savoir plus sur nos rédacteurs nutritionnistes, professionnels de santé

Suivez-nous

Gardons le contact

Vous aimez OSDT ?

Restez informé de toutes les actualités Santé, en recevant une notification directement dans votre boîte e-mail.



On Se Dit Tout ! Racontez votre histoire

Notre vécu a une richesse inestimable. Il peut inspirer aussi d’autres personnes, inquiètes, en questionnement, à la recherche de sens…

OSDT c’est plus qu’un magazine, c’est un lieu pour partager nos histoires de vie.