Pourquoi avoir le chlore et la vitamine D dans le sang

À quoi bon surveiller le taux de chlore dans le sang ?

Les pathologies rénales résultent parfois d’un taux anormalement élevé ou bas de la vitamine D et du chlore dans le sang. C’est pourquoi il faut absolument explorer les ions les plus importants, notamment le Chlore (Cl-) par l’ionogramme. Les maladies en question altèrent de manière irréversible la capacité des reins à évacuer les hormones et à filtrer le sang, ce qui constitue un véritable danger. Il est possible de les prévenir en s’imposant une alimentation équilibrée dont l’apport journalier en chlore demeure suffisant et sans excédent.

Rôle du chlore dans le fonctionnement du corps

À l’état naturel, le chlore est un gaz, mais qui figure parmi les minéraux essentiels sous forme de sel. On parle alors de chlorure, un oligo-élément présent aussi bien dans l’organisme que dans certains aliments.

Ce minéral est disponible en faible concentration dans les cellules, mais en abondance dans les liquides extracellulaires. Or, il conditionne l’équilibre de la quantité d’eau, notamment dans les interstices des tissus (à l’extérieur des cellules). En outre, le chlorure intervient dans la régulation du niveau d’acidité du sang ou du pH.

Entre temps, il est impliqué dans la production d’acide chlorhydrique. Il contribue dans ce cas au processus d’absorption des nutriments vu que le HCL (chlorure d’hydrogène) s’associe au suc gastrique pour initier la digestion, principalement des protéines.

Le chlore (CI-) est pour ainsi dire un ion essentiel à l’équilibre acido-basique et au bon fonctionnement des reins, autant que la vitamine D qui à faible quantité, entraîne une insuffisance rénale. C’est l’une des raisons pour laquelle, il faut surveiller le niveau de chlorure dans le sang, et par la même occasion le taux de calcium.

En repérant un défaut d’absorption de calcium, une carence en vitamine D s’en déduit. Ainsi, les troubles rénaux pourront être mieux traités et à temps.

Chlore, minéraux
Olives, aliment riche en chlore Crédit photo : © pixabay

Apports journaliers conseillés en chlore

Il se trouve que le chlorure de sodium est présent dans de nombreux aliments qu’il n’est pas toujours évident de savoir à quel moment il faut s’en priver. Pour s’assurer que votre organisme n’accumule pas trop de ce sel, ou au contraire, qu’il en est pourvu, mais à quantité suffisante, soyez informé de l’AJR ou de l’apport journalier recommandé. Ce tableau en dira long.

Groupe Valeurs nutritionnelles recommandées (par jour)
Hommes et femmes de 51 à 70 ans 2000 mg
Hommes et femmes de plus de 70 ans 1800 mg
Femmes enceintes 2300 mg
Femmes allaitantes 2300 mg
Adultes de moins de 50 ans 2300 mg
Enfants de 9 à 11 ans 2300 mg
Adolescents de 12 à 19 ans 2300 mg
Enfants de 4 à 8 ans 1900 mg
Enfants de 1 à 3 ans 1500 mg
Bébés de 7 à 12 mois 570 mg
Bébés de 0 à 6 mois 180 mg

Surdosage et carence en chlore

Le chlore à proprement parler, c’est-à-dire, sous forme de gaz peut être très irritant et toxique. En revanche en tant que sel, l’oligo-élément est loin d’être cancérigène, dans la limite d’un apport de 2300 mg par jour, selon l’âge.

Risque de surdosage

Apporté démesurément sous forme de sel, le chlorure avec le sodium favorise l’élévation de la tension artérielle. Par ailleurs, en étant présent dans le bicarbonate de sodium, cet oligo-élément ne développe pas l’hypertension. Il en est de même s’il est absorbé avec du potassium. Cependant, tout dépend de la sensibilité du sujet. Les diabétiques et les personnes âgées sont plus vulnérables à l’apport excessif en chlorure de sodium.

L’absorption en grande quantité de chlorure de potassium est associée à des symptômes pathologiques, allant d’un simple inconfort à une altération de la muqueuse digestive.

Risque de carence

Le risque de carence en chlorure est relativement faible, car l’absorption de ce sel dépasse généralement les besoins. Néanmoins, une déperdition en HCL (chlorure d’hydrogène) peut s’imposer en cas de vomissements, de transpirations ou de diarrhées prolongées, avec pour conséquences une perte urinaire de potassium.

Ce déficit entraîne également une alcalose métabolique ou un déséquilibre acido-basique dans le liquide interstitiel. Les nourrissons sont souvent sujets à ce trouble lié à la hausse du pH. Ils peuvent ressentir des spasmes musculaires, des fourmillements non douloureux qui disparaissent dès l’administration du chlorure.

Indications médicales

La déshydratation chez les nourrissons est traitée à partir des solutés renfermant du chlorure de sodium, du potassium, du glucose et du bicarbonate. Cette solution est administrée par voie orale.

Par ailleurs, chez les adultes, le chlorure de sodium d’usage oral ou sous forme de perfusion est indiqué selon la gravité des troubles de l’hydratation.

Interactions médicales

  • Un régime sans sel (sans chlorure de sodium) limite l’excrétion urinaire du lithium.
  • A l’inverse, un taux anormalement élevé du chlorure de sodium favorise l’élimination rénale excessive de lithium

Aliments riches en chlorure

Découvrez les principales sources alimentaires de chlorure :

  • Olives
  • Seigle
  • Viande des Grisons
  • Laitue
  • Tomates
  • Sel de table
  • Ketchup
  • Algues
  • Roquefort
  • Saucisson sec

Recette de cuisine riche en chlore

Comme recette, nous vous proposons les bouchées au jambon cru, facile à apprêter.

Ingrédients nécessaires :

  • 2 feuilles de brick
  • 4 jambons crus
  • 3 bouquets de céleri
  • 1 cs de crème fraîche
  • 1 cs de Comté râpé
  • 50 gr de beurre
  • sel
  • poivre

Préparation :

  • Épluchez les tiges de céleri et divisez-les en plusieurs tronçons de 5 cm. Il faut ensuite les imprégner d’eau bouillante pendant 5 minutes. Égouttez-les en veillant à bien extraire les fluides.
  • Mélangez le céleri avec le fromage, la crème, puis poivrez l’ensemble.
  • Coupez en tranche les jambons crus et enduisez-les de la crème au comté.
  • Enroulez chaque tige de céleri dans un morceau de jambon avec une feuille de brick.
  • Déposez les bouchées sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé
  • Laissez la préparation au four préchauffé à 200 °C après l’avoir badigeonnée avec du beurre fondu.

Sources

  • www.vidya-ayurveda.org
  • www.doctissimo.fr
  • www.lanutrition.fr

Ecrit par : Edeline

Difficile pour Edeline de ne pas craquer pour une sucrerie jusqu’au jour où elle a décidé qu’il été temps de grignoter malin en excluant l’isoglucose et en privilégiant les sucres bio. Psychologue et journaliste santé, suivez les explications de cette rédactrice passionnée par tout ce qui touche de près ou de loin à la médecine et la psychologie. Edeline partage notamment sur OSDT tout ce qu'il faut retenir des bienfaits des nutriments tels que les minéraux ou les oligo-éléments. Et inversement, les effets délétères d'autres ingrédients sur la santé comme les édulcorants. Elle vous livre aussi le fruit de ses recherches sur l’IMC (Indice de Masse Corporelle) et vous informe sur différentes maladies comme celles qui sont liées à l’obésité et à l’inactivité physique tel que la lithiase vésiculaire.

Mis à jour le lundi 15 juillet 2019

Commentez

Il n'y a pas de commentaire sur cet article

On se dit tout ! Racontez votre histoire

Notre vécu a une richesse inestimable.

Il permet de prendre du recul sur notre vie et de comprendre là où l’on souhaite aller.

Il peut inspirer aussi d’autres personnes, inquiètes, en questionnement, à la recherche de sens…

OSDT c’est plus qu’un magazine, c’est un lieu pour partager nos histoires de vie.

On se dit tout sur les réseaux sociaux