Tags : Quelle est la saison des chataignes ? - Quels sont les apports en vitamines de la châtaigne ? - Quels sont les différents types de la châtaigne ? -

La châtaigne est le fruit du châtaignier. Il est considéré depuis longtemps comme un arbre nourricier. Aujourd’hui, il est très populaire et peuple bien des forêts françaises. C’est aussi un fruit gourmand qui renferme des nutriments et minéraux importants pour le bien-être.

Présentation de la châtaigne

Sur la balance, le poids de la châtaigne varie selon sa variété, elle pèse environ de 10 à 25g. Son enveloppe, dotée d’une couleur brune très brillante, est caractérisée par une chair douce et farineuse. Très calorique, ce fruit est non seulement riche en glucides mais donne également les fibres et vitamines nécessaires aux muscles et au bien-être.

Informations nutritionnelles sur la châtaigne

La châtaigne est un des fruits qui nous réchauffent pendant la saison hivernale du fait de sa richesse en amidon et en glucides.

Pour 1kg de châtaigne on a :

Calories 1900 kcal
Protéines 18.1g
Glucides 364g
Lipides 23.5g
Vitamine B9 9.4 µg
Potassium 5500 mg
Magnésium 345 mg
Fer 9.4 mg

Quand consommer de la châtaigne ?

La châtaigne est disponible sur les étals entre le mois de septembre et février. La pleine saison de consommation  est de novembre en décembre.

Idées de recettes : comment consommer la châtaigne ?

La châtaigne peut bien se marier aussi bien avec des plats sucrés que salés. C’est selon les goûts de chacun.
Avec sa saveur douce et subtile, elle accompagne bien les desserts mais aussi divers autres mets salés. Elle est notamment la star d’un plat cuisiner avec de la volaille qui est dégusté pendant les repas de famille de fin d’année.

On peut aussi ajouter une touche de délice en accompagnant la châtaigne de foie gras, de fromage, de volaille, de crème de vanille ou de chocolat et même de pomme compotée.

Les différentes variétés de la châtaigne

On compte plusieurs sortes de châtaigniers dans les forêts françaises, mais les plus consommées sont : la comballe, la marigoule, la bourrue, La précoce ronde des vans, la bouche rouge, la sardonne et la bouche de Bétizac.

Les variétés précoces

La Marigoule

Sa peau est de couleur brun-rouge, brillante avec une cicatrice recouvrant le fruit. C’est la seconde variété récoltée en France. Avec une chair ferme et très peu sucrée, elle se conserve bien.

La précoce ronde des vans

Sa peau est de couleur marron, c’est un fruit de petit calibre, très brillant et succulent en bouche. Cette variété est produite dans les territoires du Gard et de la Lozère. Niveau goût, elle est succulente et est très appréciée dans différentes recettes de cuisine.

La bouche de Bétizac

Son calibre est plus gros comparé aux autres. Sa peau est de couleur rouge clair, mais peut se transformer en brun foncé. Niveau goût, sa chair est fine en bouche.

Les variétés de la pleine saison

La bourrue

Sa robe est de couleur marron brillant. Elle vient du Limousin. Elle adopte une saveur douce qui réveille les papilles.

La montagne

C’est fruit de couleur brun et très brillant. Elle est aussi appelée Marron de Périgord et est cultivée en Dordogne. Avec un goût sucré très doux, les consommateurs l’apprécient beaucoup.

La sardonne

C’est un fruit de calibre moyen avec une robe de couleur châtain clair. On cultive principalement cette variété en Ardèche, en Lozère, dans l’Hérault et le Var. Côté goût, elle renferme une excellente qualité gustative.

Les variétés tardives

La bouche rouge

C’est un fruit de gros calibre. Il est de couleur rouge mais peut virer rapidement au brun foncé. Elle est produite en Ardèche, en Lozère et dans le Gard. Ce fruit se conserve et s’épluche très facilement et se marie également avec plusieurs plats, d’où sa popularité en cuisine.

La comballe

C’est un fruit avec une couleur châtain très brillant et strié. Sa chair est fine et diffuse un parfum qui lui attribue une grande qualité en bouche.

Grande et petites histoires de la châtaigne

Le châtaignier a traversé l’histoire des hommes. Il fut un temps où il a presque disparu mais les hommes l’ont replanté. Considéré comme un arbre nourricier, son fruit était une source d’alimentation et son bois était destiné à l’ameublement pendant l’hiver. Il est principalement cultivé dans les montagnes où les plantations des céréales ne sont pas envisageables. Autrefois, on l’appelle « viande des pauvres » car il était la base des plats des pauvres. Cela est maintenant ironique vu que ce fruit accompagne un repas traditionnel de fête.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *