Tout savoir sur l’origine et la pratique du Sushruta Samhita

Sushruta (VIIe ou VIe siècle av. J.-C.) était médecin dans l’Inde ancienne, connue aujourd’hui sous le nom de « père de la médecine indienne » et « père de la chirurgie plastique » pour avoir inventé et développé des procédures chirurgicales. Son travail sur le sujet, le Sushruta Samhita (Sushruta’s Compendium) est considéré comme le plus ancien texte au monde sur la chirurgie plastique. Ce recueil  est hautement considéré comme l’une des grandes trilogies de la médecine ayurvédique ; les deux autres étant le Charaka Samhita, qui le précède, et le Astanga Hridaya, qui le suit.

La médecine ayurvédique est l’un des plus anciens systèmes médicaux au monde, remontant à la période védique de l’Inde (vers 5000 avant notre ère). Le terme Ayurveda se traduit par « connaissance de la vie » ou « science de la vie ». Elle est la pratique de la guérison holistique qui incorpore la connaissance médicale « standard » aux concepts spirituels et aux remèdes à base de plantes dans le traitement ainsi que la prévention des maladies. Il a été pratiqué en Inde pendant des siècles avant que le médecin grec Hippocrate (c. 460 – c. 379 avant notre ère), connu sous le nom de Père de la médecine, ne soit même né.

médecine indienne, chirurgie plastique
Sushruta Samhita : Père de la médecine indienne et de la chirurgie plastique

 

La grande trilogie de la médecine ayurvédique décrit les procédures chirurgicales, les techniques de diagnostic et les traitements pour diverses maladies et blessures. Elle  fournit même des instructions pour les médecins sur la façon de déterminer combien de temps un patient vivra (dans le Charaka Samhita).

Le travail de Sushruta a permis d’uniformiser et d’établir des connaissances antérieures grâce à des descriptions minutieuses de la façon dont un médecin devrait pratiquer l’art ainsi que des procédures spécifiques, y compris l’exécution de reconstructions en chirurgie plastique et l’enlèvement des cataractes.

L’Astanga Hridaya combine les travaux de Charaka (VIIe ou VIe siècle avant notre ère) et de Sushruta, présentant un texte complet sur les approches chirurgicales et médicales du traitement, tout en offrant sa propre perspective unique.

Le travail de Sushruta, cependant, offre la plus grande perspicacité dans les arts médicaux des trois en raison du commentaire qu’il fournit entre les trois ou inclus dans les discussions de divers maux et le traitement.

Sushruta le médecin

On sait peu de choses de la vie de Sushruta, car son travail se concentre sur l’application des techniques médicales et n’inclut aucun détail sur qui il était ou d’où il venait. Même son nom de naissance est inconnu car « Sushruta » est une épithète qui signifie « renommé ». Il est généralement daté du VIIe ou VIe siècle avant notre ère, mais il aurait pu vivre et travailler dès l’an 1000 avant notre ère, bien que cela semble peu probable car Charaka a vécu peu avant lui ou était un contemporain. Il a été associé à la Sushruta mentionnée dans le Mahabharata, le fils du sage Visvamitra, mais cette affirmation n’est pas acceptée par la plupart des chercheurs.

 

« SUSHRUTA A CONSIDÉRABLEMENT DÉVELOPPÉ DIFFÉRENTES TECHNIQUES CHIRURGICALES ET A INVENTÉ LA PRATIQUE DE LA CHIRURGIE ESTHÉTIQUE. »

Shushruta le médecin
Sushruta le médecin

Tout ce que l’on sait de lui, c’est qu’il pratiquait la médecine dans le nord de l’Inde autour de l’actuelle région de Varanasi (Bénarès), sur les rives du fleuve Gange. Il était considéré comme un grand guérisseur et un sage dont les dons étaient considérés comme ayant été donnés par les dieux. Selon la légende, les dieux ont transmis leurs connaissances médicales au sage Dhanvantari qui les a enseignées à son disciple Divodasa, qui a ensuite instruit Sushruta.

La pratique de la chirurgie était déjà établie depuis longtemps en Inde à l’époque de Sushruta, mais sous une forme moins avancée que celle qu’il pratiquait. Il a considérablement développé différentes techniques chirurgicales (comme l’utilisation de la tête d’une fourmi pour coudre des points de suture) et, plus particulièrement, a inventé la pratique de la chirurgie esthétique. Sa spécialité était la rhinoplastie, la reconstruction du nez, et son livre explique aux autres comment un chirurgien doit procéder.

Le vin était utilisé comme anesthésique et les patients étaient encouragés à boire beaucoup avant une intervention. Lorsque le patient était ivre à un point d’insensibilité, il était attaché à une table basse en bois pour empêcher tout mouvement et l’opération commençait avec le chirurgien assis sur un tabouret et des outils sur une table proche. L’utilisation du vin a conduit au développement d’un anesthésique à base d’alcool et d’encens de cannabis pour endormir les sens lors d’interventions comme la rhinoplastie.

pratique sur des cadavres
Sushruta : expérimentations et pratiques sur des cadavres

La rhinoplastie a été un développement particulièrement important en Inde en raison de la longue tradition de rhinotomie (amputation du nez) comme forme de punition. Les criminels condamnés se font souvent amputer le nez pour les marquer comme non dignes de confiance. Mais l’amputation est aussi fréquemment pratiquée sur les femmes accusées d’adultère – même si elles ne sont pas reconnues coupables. Une fois marqué de cette façon, un individu devait vivre avec le stigmate pour le reste de sa vie. La chirurgie reconstructive offrait donc un espoir de rédemption et de normalité.

Sushruta et ses disciples

Sushruta attira un certain nombre de disciples connus sous le nom de Saushrutas et qui devaient étudier pendant six ans avant même de commencer leur formation pratique en chirurgie. Ils ont commencé leurs études en prêtant serment de se consacrer à la guérison et de ne pas faire de mal aux autres, tout comme plus tard le serment d’Hippocrate de Grèce, qui est encore récité par les médecins à l’heure actuelle.

Une fois les étudiants acceptés par Sushruta, il les instruisait sur les procédures chirurgicales en leur demandant de s’entraîner à couper sur des légumes ou des animaux morts pour perfectionner la longueur et la profondeur de l’incision. Une fois que les élèves avaient prouvé qu’ils étaient capables de manipuler ces cobayes, des cadavres d’animaux ou du bois mou ou en décomposition – et qu’ils avaient observé attentivement les procédures réelles sur les patients – ils étaient alors autorisés à pratiquer leurs propres interventions chirurgicales.

disciples Sushruta

Ces étudiants ont été formés par leur maître dans tous les aspects des arts médicaux, y compris l’anatomie. Comme il n’y avait pas d’interdiction de dissection des cadavres, comme il y en a eu en Europe pendant des siècles, les médecins pouvaient travailler sur les morts afin de mieux comprendre comment aider les vivants. Sushruta suggère de placer le cadavre dans une cage (pour le protéger des animaux) et de l’immerger dans de l’eau froide, comme une rivière ou un ruisseau, puis de vérifier sa décomposition afin d’étudier les couches de la peau, les muscles, et enfin la disposition des organes internes et du squelette. Au fur et à mesure que le corps se décomposait et devenait mou, le médecin pouvait apprendre beaucoup de choses sur le fonctionnement de chaque aspect et sur la façon dont on pouvait aider un patient à mener une vie plus saine.

Sushruta sur la médecine et les médecins

Sushruta a écrit le Sushruta Samhita comme un manuel d’instructions pour les médecins pour traiter leurs patients de manière holistique. Selon lui, la maladie (selon les préceptes de Charaka) était causée par un déséquilibre dans le corps, et il était du devoir du médecin d’aider les autres à maintenir l’équilibre ou de le rétablir s’il avait été perdu. À cette fin, toute personne engagée dans la pratique de la médecine devait être équilibrée elle-même. Sushruta décrit ainsi le praticien médical idéal, se concentrant sur une infirmière.

Pour Sushruta, la pratique de la médecine était un voyage de compréhension pour lequel un médecin avait besoin d’une intelligence fine afin de reconnaître ce qui était nécessaire à une bonne santé et comment appliquer ces connaissances dans n’importe quelle situation donnée. Dans un passage, il énonce clairement son but – ou l’un de ses buts – par écrit dans son recueil :

« La science médicale est aussi incompréhensible que l’océan. Il ne peut pas être entièrement décrit même dans des centaines et des milliers de versets.

sushruta samhita
Sushruta Samhita

Charaka avait déjà souligné l’importance de comprendre l’environnement et les marqueurs génétiques d’un patient afin de traiter la maladie et Sushruta s’en est inspiré pour encourager ses étudiants à poser des questions au patient et à encourager des réponses honnêtes. Si un médecin pouvait écarter les facteurs environnementaux ou les choix de mode de vie liés à la maladie d’un patient, la génétique pourrait alors être envisagée. Sushruta, comme Charaka, a compris qu’une maladie transmise génétiquement pouvait n’avoir rien à voir avec la santé des parents d’un patient, mais peut-être avec l’un de ses grands-parents ou les deux.

 » IL FALLAIT ÊTRE LARGEMENT LU, INTELLIGENT ET RATIONNEL POUR PRATIQUER LA MÉDECINE, MAIS AUSSI POUR RECONNAÎTRE LES DIVERSES INFLUENCES QUI POUVAIENT AVOIR UNE INCIDENCE SUR LA SANTÉ D’UNE PERSONNE. »

Si la maladie n’était pas génétique et n’avait rien à voir avec l’environnement du patient, elle était très probablement causée par son mode de vie, qui avait créé un déséquilibre des dosha (humeurs) de la bile, des mucosités et de l’air. Dosha ont été produits lorsque le corps a agi sur la nourriture qui a été mangée. L‘alimentation d’une personne est donc considérée comme d’une importance vitale pour le maintien de la santé, et l’on encourage une alimentation végétarienne. Sushruta suggère de poser au patient des questions diététiques ainsi que d’autres questions relatives à l’exercice et même à ses pensées et attitudes, car elles peuvent également affecter sa santé.

 

Sushruta a reconnu que la santé optimale ne pouvait être atteinte que par une harmonie de l’esprit et du corps. Cet état pourrait être maintenu grâce à une bonne nutrition, à l’exercice et à une pensée rationnelle et édifiante. Dans certains cas, cependant, lorsque le déséquilibre du patient était grave, la chirurgie était considérée comme la meilleure solution. Pour Sushruta, en fait, la chirurgie était le plus grand bien de la médecine parce qu’elle pouvait produire les résultats les plus positifs plus rapidement que les autres méthodes de traitement.

La Sushruta Samhita

La Sushruta Samhita consacre chapitre après chapitre aux techniques chirurgicales, énumérant

  • plus de 300 interventions chirurgicales et
  • 120 instruments chirurgicaux
  • 1 120 maladies, blessures, conditions et leurs traitements,
  • plus de 700 herbes médicinales et leur application, goût et efficacité, qui sont également traités en détail.

Certains chercheurs (comme Vigliani et Eaton) ont prétendu que la chirurgie n’était qu’un dernier recours dans le traitement, car les anciens essayaient d’éviter de couper dans le corps humain et exploraient beaucoup plus souvent d’autres méthodes de guérison. Bien qu’il y ait une part de vérité dans certaines parties de leur affirmation, elle ne s’applique pas à Sushruta. La chirurgie n’était pas considérée par Sushruta comme un dernier recours, mais comme le meilleur moyen de soulager la souffrance dans certaines conditions.

Sangah

Dans un certain nombre de chapitres du livre, un état est décrit et un traitement est suggéré qui inclut des détails sur la façon dont un médecin devrait effectuer une certaine chirurgie du début à la fin. Ces détails, en fait, sont ce qui distingue la Sushruta Samhita de l’ancienne Charaka Samhita : Charaka a établi la connaissance et la pratique médicales tandis que Sushruta a développé des techniques chirurgicales et a ainsi fondé la pratique connue sous le nom de Salya-tantra ou « science chirurgicale ».

ODST.

Ecrit par : Véronique
Mis à jour le jeudi 11 juillet 2019


Journaliste - Culture & Lifestyle Véro (pour les intimes) s’est longtemps penchée sur la question de l'alimentation. Sur OSDT, elle nous présente des régimes qui marchent Montignac, Cohen, Citron, etc. Mais nous dévoilent aussi des conseils précieux côté coeur. L’amour dans un couple est à l’origine de beaucoup de tracas quotidiens, mais c'est aussi des moments de bonheur qu'il faut savoir cultiver. Bref ! Notre journaliste apporte toutes les solutions pour une vie facile et harmonieuse.

On se dit tout ! Racontez votre histoire

Notre vécu a une richesse inestimable.

Il permet de prendre du recul sur notre vie et de comprendre là où l’on souhaite aller.

Il peut inspirer aussi d’autres personnes, inquiètes, en questionnement, à la recherche de sens…

OSDT c’est plus qu’un magazine, c’est un lieu pour partager nos histoires de vie.

On se dit tout sur les réseaux sociaux