Nickel, l’oligo-élément qui participe à la dissolution et au métabolisme du fer

Questions santé : Quels sont les vertus du nickel ? Quels sont les apports nutritionnels du nickel ? Quels sont les aliments qui contient le plus de nickel ?

Mis à jour le : 25 octobre 2019

Le nickel est un oligo-élément que l’on ne retrouve pas en grande quantité dans notre organisme. Cependant, il participe à plusieurs réactions chimiques essentiellement situées dans les poumons.

Quelles sont les caractéristiques du nickel?

Il est connu sous le symbole Ni dans le tableau périodique des éléments. C’est un oligo-élément qui à son importance pour le corps humain, même si celle-ci n’est pas encore démontrée. Selon les études réalisées, une personne adulte à environ 500 µg de cet oligo-élément dans le corps, principalement situé dans les poumons, dans la glande thyroïde, dans les reins, ainsi que dans les glandes surrénales.

Les vertus de cet oligo-élément dans notre organisme

Il participe à la dissolution et au métabolisme du fer. Il s’avère avoir un rôle important dans l’action de très nombreuses enzymes.

On a identifié que chez l’animal, il joue un rôle dans le métabolisme de la méthionine, un acide aminé. On pourrait également dire que c’est la même chose chez l’homme puisque le nickel il pourrait interagir avec les vitamines B9 et B12.

Les apports nutritionnels du Nickel

Les chercheurs de L’Afssa ou Agence française de sécurité sanitaire de l’alimentation ont proposé en 2000 un apport minimum quotidien de 75 µg pour une personne adulte.

Cependant, ils n’ont pas donné la dose pour un apport optimal.

En 2001, les chercheurs de L’IOM ou l’Institut de médecine Nord-américain n’étaient pas capables d’estimer un apport nutritionnel conseillé par manque de données. En 2005, les scientifiques de l’Efsa ou Autorité européenne de sécurité des aliments n’ont également pas pu évaluer de références nutritionnelles pour cet oligo-élément.

Quels sont les aliments contenant le plus de nickel?

Soja : riche en Nickel
Soja : riche en Nickel
Crédit photo : © Pixabay

Le cacao, le soja et les fruits à coque sont les aliments les plus abondant en cet élément. On le retrouve aussi dans les eaux de boissons dont la teneur est limitée à 20µg/litre.

Il est aussi contenu dans certain robinet ou tuyaux peut faire augmenter son quota dans l’eau du robinet. Il se peut également que certains ustensiles en acier inoxydable transmettent du nickel dans les aliments au cours de leur cuisson.

Quels sont les risques encourus en cas de traitement non équilibré?

En cas de déficience

Chez l’animal comme le rat, le manque de cet oligo-élément provoque un ralentissement de leur croissance.

Par contre chez l’homme, les symptômes que pourraient provoquer une carence en nickel ne sont pas clairement définit.

En cas de surdosage

D’après l’Anses ou Agence nationale de sécurité de l’alimentation, de l’environnement et du
travail, la consommation quotidienne en nickel dans nos denrées alimentaires, boissons comprises, est estimée à 94 µg pour une personne adulte. Pour les plus gros consommateurs, on estime leur consommation journalière à environ 166 µg, mais cela ne fait pas encourir un risque de surdosage.

On retrouve du nickel dans les bijoux fantaisies, les fermetures éclairs et aussi les pièces de
monnaie, des personnes sont sujettes à des réactions allergiques qui peuvent se caractériser par une dermatite.

Selon les statistiques, on comptabilise en moyenne entre 8 et 14.5% des femmes et 1% des hommes sujets à des allergies au contact du nickel. Chez ces personnes, une consommation d’origine alimentaire du nickel supérieur à 490 µg peut favoriser l’apparition d’un eczéma. D’autre part, les personnes allergiques au nickel ne doivent pas boire l’eau du robinet d’un premier jet car il est plus susceptible de contenir un taux élevé de nickel, de plomb ou même de cuivre.

Les travailleurs des industries d’ouvrage métallique, de fabrication de composant électrique sont susceptibles de respirer du nickel. Ils sont donc plus ou moins sujets à un risque de cancer des poumons ou du nez. Cependant, aucune recherche ne prouve qu’un tel risque existe pour le nickel ingéré par les denrées alimentaires.

L’Efsa n’a pas recommandé de limite raisonnable d’apport quotidien en nickel pour une personne adulte. Par contre l’institut de médecine Nord-américain ou IOM a recommandé une prise maximum de 22µg/kg/jour. A titre d’exemple, la dose pour un adulte pesant 60 kilos est de 1320 µg par jour.

Les interférences avec la prise de nickel

Consommer en même temps du fer, du cuivre ou du zinc baisse l’assimilation du nickel.

Son absorption est réduite par le fait de boire du lait, du café, du jus d’orange, du thé et de la vitamine C.

OSDT.

Ecrit par : Diana
Publié le mardi 25 juin 2019


Nutritionniste et grande lectrice de contenus sur la santé et le bien-être à ses heures, Diana nous livre ses conseils en matière d'alimentation et nous dévoile la face cachée de certains aliments et nutriments. Retrouvez-la sur OSDT pour parler fruit, légume, matière grasse, vitamine, complément alimentaire et bien plus encore. Diana vous fera découvrir les bienfaits de nombreuses denrées alimentaires que vous pouvez consommer au quotidien. De nombreuses recettes vous attendent également, n’hésitez pas à en profiter !

Découvrez nos rédacteurs professionnels de santé

En savoir plus sur nos rédacteurs nutritionnistes, professionnels de santé

Suivez-nous

Gardons le contact

Vous aimez OSDT ?

Restez informé de toutes les actualités Santé, en recevant une notification directement dans votre boîte e-mail.



On Se Dit Tout ! Racontez votre histoire

Notre vécu a une richesse inestimable. Il peut inspirer aussi d’autres personnes, inquiètes, en questionnement, à la recherche de sens…

OSDT c’est plus qu’un magazine, c’est un lieu pour partager nos histoires de vie.


Informations importantes pour le lecteur

Santépratique.fr a pour vocation d'informer, sensibiliser et divertir ses lecteurs autour des domaines de la santé, de la psychologie, de la nutrition et du bien être. Notre volonté, insufflée dans notre ligne éditoriale, est de donner de l’autonomie à nos lecteurs, prendre en main leur santé, leur bien être physique et psychique. Cette prise d’autonomie passe par la responsabilité de soi et de ses actes.
Nous nous efforçons de fournir un contenu de qualité et vérifié, mais il ne remplace aucunement l'avis du professionnel de santé compétant pour répondre à vos questions et pour fournir des solutions préventives ou curatives à vos besoins.
Les informations du site santepratique.fr ne constituent, en aucun cas, une consultation d’ordre médical et/ou un quelconque diagnostic et/ou une promotion pour des médicaments, dispositifs médicaux ou traitement. Il en est de même pour tout contenu certifié par l'un de nos professionnels de santé publiant un article sur santepratique.fr.
Il appartient à tout utilisateur de vérifier nos informations, de recouper des avis, et surtout de consulter un professionnel de santé compétent (médecin généraliste ou spécialisé, nutritionniste, gynécologue, sage-femme, kinésithérapeute, etc ) pour tout besoin rencontré.
Si vous constatez une erreur dans nos articles, nous vous encourageons à nous contacter et à nous les signaler. Cela nous permettra d’améliorer la fiabilité et la qualité de notre engagement à vos cotés ! Contactez-nous via ce formulaire.

Editeur

Science & Bien-être logo
Santé Pratique est édité par Science & Bien-être, de la société Les Editions De La Main Bleue.