Tags : Comment reconnaitre les premiers signes ? - Comment traiter des troubles bipolaires ? - Qu'est-ce que c'est une personne bipolaire ? -

Le trouble bipolaire, aussi connu sous le nom de maniaco-dépression, est un état de santé psychique qui crée des changements d’humeur extrêmes qui comprennent des hauts (manie ou hypomanie) et des bas (dépression) émotionnels.

État bipolaire : comment reconnaître les premiers signes ?

Si vous êtes déprimé, la tristesse peut vous envahir vous pouvez être désespéré et perdre de l’intérêt ou de la jouissance pour la plupart des activités. Lorsque votre humeur devient maniaque ou hypomaniaque (moins extrême que la manie), vous pouvez vous sentir euphorique, plein d’énergie ou exceptionnellement irritable. Ces changements d’humeur peuvent avoir un effet sur votre sommeil, votre énergie, votre activité, votre jugement, votre comportement et votre capacité de réfléchir clairement.

Les épisodes de changement d’humeur peuvent survenir rarement ou plusieurs fois par année. Bien que la majorité des personnes ressentent des symptômes émotionnels entre les épisodes, certains n’en éprouvent aucun.

Malgré que le trouble bipolaire soit une maladie chronique, il est possible de gérer vos changement d’humeur soudain et autres symptômes en suivant un plan de traitement. Dans la plupart des cas, le trouble bipolaire est traité à l’aide de médicaments et de conseils psychologiques (psychothérapie).

Symptômes de troubles bipolaires

Il existe plusieurs types de troubles bipolaires et de troubles connexes. Ils peuvent comprendre la manie ou l’hypomanie et la dépression. Les symptômes peuvent causer des changements imprévisibles dans l’humeur et le comportement, entraînant une détresse et des difficultés importantes dans la vie.

  • Trouble bipolaire I. Vous avez eu au moins un épisode maniaque qui peut être précédé ou suivi d’épisodes hypomaniaques ou dépressifs majeurs. Dans certains cas, la manie peut déclencher une rupture avec la réalité (psychose).
  • Trouble bipolaire II. Vous avez eu au moins un épisode dépressif majeur et au moins un épisode hypomaniaque, mais vous n’avez jamais eu un épisode maniaque.
  • Trouble cyclothymique. Vous avez eu au moins deux ans – ou un an chez les enfants et les adolescents – de nombreuses périodes de symptômes d’hypomanie et de symptômes dépressifs (quoique moins graves que la dépression majeure).
  • Autres types. Il s’agit, par exemple, des troubles bipolaires et des troubles connexes induits par certaines drogues ou l’alcool ou dus à une condition médicale, comme la maladie de Cushing, la sclérose en plaques ou un accident vasculaire cérébral.

Le trouble bipolaire II n’est pas une forme plus légère du trouble bipolaire I, mais un diagnostic distinct. Bien que les épisodes maniaques du trouble bipolaire I puissent être graves et dangereux, les personnes atteintes du trouble bipolaire II peuvent être déprimées pendant de plus longues périodes, ce qui peut entraîner une déficience importante.

Bien que le trouble bipolaire puisse survenir à tout âge, il est généralement diagnostiqué à l’adolescence ou au début de la vingtaine. Les symptômes peuvent varier d’une personne à l’autre et peuvent varier dans le temps.

Trouble bipolaire
Trouble bipolaire – Crédit photo : © Wikipédia

Manie et hypomanie

La manie et l’hypomanie sont deux types d’épisodes distincts, mais ils présentent les mêmes symptômes. La manie est plus grave que l’hypomanie et cause des problèmes plus visibles au travail, à l’école et dans les activités sociales, ainsi que des difficultés relationnelles. La manie peut aussi déclencher une rupture avec la réalité (psychose) et nécessiter une hospitalisation.

Un épisode maniaque et un épisode hypomaniaque comprennent au moins trois de ces symptômes :

  • Anormalement optimiste, nerveux ou branché
  • Augmentation de l’activité, de l’énergie ou de l’agitation
  • Sentiment exagéré de bien-être et de confiance en soi (euphorie)
  • Diminution du besoin de sommeil
  • Parler de façon inhabituelle
  • Pensées de course
  • Distractivité
  • Mauvaise prise de décision – par exemple, continuer à acheter des virées, prendre des risques sexuels ou faire des investissements insensés.

Épisode dépressif majeur

Un épisode dépressif majeur comprend des symptômes qui sont suffisamment graves pour causer des difficultés perceptibles dans les activités quotidiennes, comme le travail, l’école, les activités sociales ou les relations. Un épisode comprend au moins cinq de ces symptômes :

    • Humeur dépressive, comme la tristesse, le vide, le désespoir ou les larmes (chez les enfants et les adolescents, l’humeur dépressive peut apparaître comme de l’irritabilité).
    • Perte d’intérêt marquée ou absence de plaisir dans toutes – ou presque toutes – les activités.
    • Perte de poids importante lorsqu’on ne suit pas de régime, gain de poids ou diminution ou augmentation de l’appétit (chez les enfants, le fait de ne pas prendre de poids comme prévu peut être un signe de dépression).
    • L’insomnie ou trop de sommeil
    • L’agitation ou le ralentissement du comportement
    • Fatigue ou perte d’énergie
    • Sentiments d’inutilité ou de culpabilité excessive ou inappropriée
    • Diminution de la capacité de penser ou de se concentrer, ou indécision
    • Penser, planifier ou tenter de se suicider
Depression
Dépression – Crédit photo : © Pixabay

Autres caractéristiques du trouble bipolaire

Les signes et symptômes des troubles bipolaires I et II peuvent inclure d’autres caractéristiques, comme la détresse anxieuse, la mélancolie, la psychose ou autres. Le moment où les symptômes se manifestent peut comprendre des étiquettes diagnostiques comme un cycle mixte ou rapide. De plus, des symptômes bipolaires peuvent survenir pendant la grossesse ou changer au fil des saisons.

Symptômes chez les enfants et les adolescents

Les symptômes du trouble bipolaire peuvent être difficiles à identifier chez les enfants et les adolescents. Il est souvent difficile de dire s’il s’agit de hauts et de bas normaux, des résultats du stress ou d’un traumatisme, ou des signes d’un problème de santé mentale autre que le trouble bipolaire.

Les enfants et les adolescents peuvent avoir des épisodes dépressifs majeurs ou des épisodes maniaques ou hypomaniaques distincts, mais le schéma peut différer de celui des adultes atteints du trouble bipolaire. Et les humeurs peuvent changer rapidement au cours des épisodes. Certains enfants peuvent avoir des périodes sans symptômes d’humeur entre les épisodes.Les signes les plus marquants du trouble bipolaire chez les enfants et les adolescents peuvent inclure des sautes d’humeur sévères qui diffèrent de leurs sautes d’humeur habituelles.

Quand consulter un médecin ?

Malgré les extrêmes de l’humeur, les personnes atteintes d’un trouble bipolaire ne se rendent souvent pas compte à quel point leur instabilité émotionnelle perturbe leur vie et celle de leurs proches et ne reçoivent pas le traitement dont elles ont besoin.

Et si vous êtes comme certaines personnes atteintes du trouble bipolaire, vous apprécierez peut-être les sentiments d’euphorie et les cycles d’être plus productif. Cependant, cette euphorie est toujours suivie d’un crash émotionnel qui peut vous laisser déprimé, épuisé – et peut-être dans des problèmes financiers, juridiques ou relationnels.

Si vous avez des symptômes de dépression ou de manie, consultez votre médecin ou un professionnel de la santé mentale. Le trouble bipolaire ne s’améliore pas tout seul. Obtenir un traitement auprès d’un professionnel de la santé mentale ayant de l’expérience dans le domaine du trouble bipolaire peut vous aider à maîtriser vos symptômes.

Causes

La cause exacte du trouble bipolaire n’est pas connue, mais plusieurs facteurs peuvent être impliqués, tels que :

  • Différences biologiques. Les personnes atteintes du trouble bipolaire semblent avoir des changements physiques dans leur cerveau. L’importance de ces changements est encore incertaine, mais pourrait éventuellement aider à en déterminer les causes.
  • Génétique. Le trouble bipolaire est plus fréquent chez les personnes qui ont un parent au premier degré, comme un frère, une sœur ou un parent, atteint de cette maladie. Les chercheurs tentent de trouver des gènes qui pourraient être impliqués dans la cause du trouble bipolaire.

Facteurs de risque

Les facteurs qui peuvent augmenter le risque de développer un trouble bipolaire ou agir comme déclencheur pour le premier épisode comprennent :

  • Avoir un parent au premier degré, tel qu’un parent ou un frère ou une sœur, atteint d’un trouble bipolaire
  • Périodes de stress élevé, comme le décès d’un être cher ou d’un autre événement traumatisant
  • Abus de drogues ou d’alcool

Complications

Non traité, le trouble bipolaire peut entraîner de graves problèmes qui affectent tous les aspects de votre vie, tels que :

  • Problèmes liés à la consommation de drogues et d’alcool
  • Suicide ou tentative de suicide
  • Problèmes juridiques ou financiers
  • Relations endommagées
  • Mauvais rendement au travail ou à l’école
Suicide par dépression
Suicide par dépression – Crédit photo : © PxHere

À noter

Si vous souffrez d’un trouble bipolaire, il se peut que vous ayez un autre problème de santé qui doit être traité en même temps que le trouble bipolaire. Certaines conditions peuvent aggraver les symptômes du trouble bipolaire ou rendre le traitement moins efficace. En voici quelques exemples :

  • Troubles anxieux
  • Troubles de l’alimentation
  • Trouble déficitaire de l’attention/hyperactivité (TDAH)
  • Problèmes d’alcool ou de drogue
  • Problèmes de santé physique, comme les maladies cardiaques, les problèmes de thyroïde, les maux de tête ou l’obésité.

Prévention

Il n’y a pas de moyen sûr de prévenir le trouble bipolaire. Cependant, un traitement dès les premiers signes d’un trouble de santé mentale peut aider à prévenir l’aggravation du trouble bipolaire ou d’autres troubles de santé mentale.

Si vous avez reçu un diagnostic de trouble bipolaire, certaines stratégies peuvent vous aider à éviter que des symptômes mineurs ne deviennent des épisodes complets de manie ou de dépression :

  • Prêtez attention aux signes avant-coureurs. Le traitement précoce des symptômes peut prévenir l’aggravation des épisodes. Vous avez peut-être identifié une tendance à vos épisodes bipolaires et ce qui les déclenche. Appelez votre médecin si vous avez l’impression de tomber dans un épisode de dépression ou de manie. Faites participer les membres de la famille ou les amis à la surveillance des signes avant-coureurs.
  • Évitez les drogues et l’alcool. La consommation d’alcool ou de drogues récréatives peut aggraver vos symptômes et les rendre plus susceptibles de réapparaître.
  • Prenez vos médicaments exactement comme indiqué. Vous pourriez être tenté d’arrêter le traitement, mais ne le faites pas. Si vous arrêtez de prendre votre médicament ou si vous réduisez votre dose par vous-même, vous risquez de provoquer des effets de sevrage ou d’aggraver ou de faire réapparaître vos symptômes.

Diagnostic

Pour déterminer si vous souffrez d’un trouble bipolaire, votre évaluation peut inclure :

 

  • Examen physique. Votre médecin peut procéder à un examen physique et à des tests de laboratoire pour déceler tout problème médical qui pourrait être à l’origine de vos symptômes.
  • Évaluation psychiatrique. Votre médecin peut vous référer à un psychiatre, qui vous parlera de vos pensées, de vos sentiments et de vos comportements. Vous pouvez également remplir une auto-évaluation psychologique ou un questionnaire. Avec votre permission, il se peut que l’on demande à des membres de votre famille ou à des amis proches de vous fournir des renseignements sur vos symptômes.
  • La cartographie de l’humeur. On vous demandera peut-être de tenir un registre quotidien de vos humeurs, de vos habitudes de sommeil ou d’autres facteurs qui pourraient vous aider à poser un diagnostic et à trouver le bon traitement.

Diagnostic chez l’enfant

Bien que le diagnostic du trouble bipolaire chez les enfants et les adolescents comporte les mêmes critères que ceux utilisés chez les adultes, les symptômes chez les enfants et les adolescents présentent souvent des tendances différentes et peuvent ne pas correspondre parfaitement aux catégories de diagnostic.

 

De plus, les enfants atteints d’un trouble bipolaire sont souvent diagnostiqués avec d’autres problèmes de santé mentale comme le trouble déficitaire de l’attention/hyperactivité (TDAH) ou des problèmes de comportement, ce qui peut rendre le diagnostic plus complexe. Il est recommandé de référer l’enfant à un pédopsychiatre ayant de l’expérience dans le domaine du trouble bipolaire.

Traitement

Le traitement est mieux guidé par un médecin qui se spécialise dans le diagnostic et le traitement des troubles de santé mentale (psychiatre) et qui est compétent dans le traitement des troubles bipolaires et connexes. Vous pouvez avoir une équipe de traitement qui comprend également un psychologue, un travailleur social et une infirmière psychiatrique.

Le trouble bipolaire est une maladie qui dure toute la vie. Le traitement vise la prise en charge des symptômes. Selon vos besoins, le traitement peut inclure :

  • Médicaments. Souvent, vous devrez commencer à prendre des médicaments pour équilibrer votre humeur immédiatement.
  • Poursuite du traitement. Le trouble bipolaire nécessite un traitement médicamenteux à vie, même pendant les périodes où vous vous sentez mieux. Les personnes qui sautent le traitement d’entretien courent un risque élevé de rechute des symptômes ou de changements d’humeur mineurs qui se transforment en une véritable manie ou dépression.
  • Programmes de traitement de jour. Votre médecin pourrait vous recommander un programme de traitement de jour. Ces programmes offrent le soutien et les conseils dont vous avez besoin pendant que vous maîtrisez vos symptômes.
  • Traitement de l’abus d’alcool et d’autres drogues. Si vous avez des problèmes avec l’alcool ou les drogues, vous aurez également besoin d’un traitement de désintoxication. Autrement, il peut être très difficile de gérer le trouble bipolaire.
  • Hospitalisation. Votre médecin peut recommander l’hospitalisation si vous vous comportez dangereusement, si vous vous sentez suicidaire ou si vous vous détachez de la réalité (psychotique). Un traitement psychiatrique à l’hôpital peut vous aider à rester calme et en sécurité et à stabiliser votre humeur, que vous ayez un épisode maniaque ou dépressif majeur.

Les principaux traitements du trouble bipolaire comprennent les médicaments et le counseling psychologique (psychothérapie) pour contrôler les symptômes, ainsi que l’éducation et les groupes de soutien.

Médicaments

Un certain nombre de médicaments sont utilisés pour traiter le trouble bipolaire. Les types et les doses de médicaments prescrits dépendent de vos symptômes particuliers.

Les médicaments peuvent comprendre :

  • Stabilisateurs d’humeur. Vous aurez généralement besoin d’un médicament stabilisateur de l’humeur pour contrôler les épisodes maniaques ou hypomaniaques. Des exemples de stabilisateurs de l’humeur comprennent le lithium (Lithobid), l’acide valproïque (Depakene), le divalproex sodium (Depakote), la carbamazépine (Tegretol, Equetro, autres) et la lamotrigine (Lamictal).
Lamictal 200mg
Lamictal 200mg – Crédit photo : © Wikipédia
  • Des antipsychotiques. Si les symptômes de dépression ou de manie persistent malgré le traitement avec d’autres médicaments, l’ajout d’un antipsychotique comme l’olanzapine (Zyprexa), la rispéridone (Risperdal), la quétiapine (Seroquel), l’aripiprazole (Abilify), la ziprasidone (Geodon), la lurasidone (Latuda) ou l’asenapine (Saphris) peut aider. Votre médecin peut vous prescrire certains de ces médicaments seuls ou avec un psycho-régulateur.
Seroquel 100 mg
Seroquel 100 mg – Crédit photo : © Wikipédia
  • Antidépresseurs. Votre médecin peut ajouter un antidépresseur pour aider à gérer la dépression. Comme un antidépresseur peut parfois déclencher un épisode maniaque, il est habituellement prescrit avec un stabilisateur de l’humeur ou un antipsychotique.
  • Antidépresseur-antipsychotique. Le médicament Symbyax combine l’antidépresseur fluoxétine et l’antipsychotique olanzapine. Il agit comme un traitement contre la dépression et un stabilisateur de l’humeur.
Fluoxétine - Crédit photo : © Flickr
Fluoxetine – Crédit photo : © Flickr
  • Médicaments contre l’anxiété. Les benzodiazépines peuvent aider à soulager l’anxiété et à améliorer le sommeil, mais elles sont habituellement utilisées à court terme.
Benzodiazépines inconnues du public
Benzodiazépines inconnues du public – Crédit photo : © Wikipédia

Trouver le bon médicament

Trouver le ou les médicaments qui vous conviennent nécessitera probablement un certain nombre d’essais et d’erreurs. Si l’un d’eux ne vous convient pas, il y en a plusieurs autres à essayer.

Ce processus exige de la patience, car certains médicaments ont besoin de semaines ou de mois pour produire leur plein effet. En général, un seul médicament à la fois est changé afin que votre médecin puisse identifier les médicaments qui soulagent vos symptômes avec le moins d’effets secondaires gênants possible. Les médicaments peuvent également avoir besoin d’être ajustés en fonction de l’évolution de vos symptômes.

Effets secondaires

Les effets secondaires légers s’améliorent souvent à mesure que vous trouvez les bons médicaments et les bonnes doses qui vous conviennent, et votre corps s’adapte aux médicaments. Parlez à votre médecin ou professionnel de la santé mentale si vous avez des effets secondaires gênants.

N’apportez aucun changement et n’arrêtez pas de prendre vos médicaments. Si vous arrêtez de prendre votre médicament, vous pourriez ressentir des effets de sevrage ou vos symptômes pourraient s’aggraver ou réapparaître. Vous pourriez devenir très déprimé, vous sentir suicidaire ou avoir un épisode maniaque ou hypomaniaque. Si vous pensez que vous avez besoin de faire un changement, appelez votre médecin.

Médicaments et grossesse

Un certain nombre de médicaments pour le trouble bipolaire peuvent être associés à des malformations congénitales et peuvent passer par le lait maternel à votre bébé. Certains médicaments, comme l’acide valproïque et le divalproex sodium, ne doivent pas être utilisés pendant la grossesse. De plus, les contraceptifs oraux peuvent perdre de leur efficacité lorsqu’ils sont pris en même temps que certains médicaments contre le trouble bipolaire.

Grossesse aliments
Aliments interdits pendant la grossesse

Discutez des options de traitement avec votre médecin avant de devenir enceinte, si possible. Si vous prenez des médicaments pour traiter votre trouble bipolaire et que vous pensez être enceinte, parlez-en immédiatement à votre médecin.

Psychothérapie

La psychothérapie est un élément essentiel du traitement du trouble bipolaire et peut être offerte dans un contexte individuel, familial ou de groupe. Plusieurs types de thérapie peuvent être utiles. Il s’agit notamment de :

  • Thérapie du rythme interpersonnel et social (IPSRT). L’IPSRT se concentre sur la stabilisation des rythmes quotidiens, comme le sommeil, le réveil et les repas. Une routine régulière permet une meilleure gestion de l’humeur. Les personnes atteintes du trouble bipolaire peuvent bénéficier de l’établissement d’une routine quotidienne pour le sommeil, l’alimentation et l’exercice.
  • Thérapie cognitivo-comportementale (TCC). L’accent est mis sur l’identification des croyances et des comportements malsains et négatifs et leur remplacement par des croyances et des comportements sains et positifs. La TCC peut vous aider à identifier ce qui déclenche vos épisodes bipolaires. Vous apprenez également des stratégies efficaces pour gérer le stress et faire face aux situations difficiles.
  • Psychoéducation. L’apprentissage du trouble bipolaire (psychoéducation) peut vous aider, vous et vos proches, à comprendre la maladie. Savoir ce qui se passe peut vous aider à obtenir le meilleur soutien possible, à cerner les problèmes, à élaborer un plan pour prévenir les rechutes et à poursuivre le traitement.
  • Thérapie axée sur la famille. Le soutien familial et la communication peuvent vous aider à respecter votre plan de traitement et vous aider, vous et vos proches, à reconnaître et à gérer les signes précurseurs des sautes d’humeur.

Autres options de traitement

Selon vos besoins, d’autres traitements peuvent s’ajouter à votre traitement de la dépression.

Au cours d’un traitement électroconvulsif (ECT), des courants électriques passent à travers le cerveau, déclenchant intentionnellement une brève crise. L’ECT semble causer des changements dans la chimie du cerveau qui peuvent renverser les symptômes de certaines maladies mentales. Les électrochocs peuvent être une option pour le traitement bipolaire si vous ne vous rétablissez pas avec des médicaments, si vous ne pouvez pas prendre d’antidépresseurs pour des raisons de santé comme une grossesse ou si vous êtes à haut risque de suicide.

Machine à ECT
Machine à ECT – Crédit photo : © Wikipédia

La stimulation magnétique transcrânienne (SMT) est à l’étude comme option pour ceux qui n’ont pas répondu aux antidépresseurs.

Traitement chez les enfants et les adolescents

Les traitements pour les enfants et les adolescents sont généralement décidés au cas par cas, en fonction des symptômes, des effets secondaires des médicaments et d’autres facteurs. Généralement, le traitement comprend :

  • Médicaments. Les enfants et les adolescents atteints du trouble bipolaire se voient souvent prescrire les mêmes types de médicaments que ceux utilisés chez les adultes. Il y a moins de recherches sur l’innocuité et l’efficacité des médicaments bipolaires chez les enfants que chez les adultes, de sorte que les décisions thérapeutiques sont souvent fondées sur la recherche des adultes.
  • Psychothérapie. Un traitement initial et à long terme peut aider à empêcher les symptômes de réapparaître. La psychothérapie peut aider les enfants et les adolescents à gérer leur routine, à développer leurs habiletés d’adaptation, à résoudre leurs difficultés d’apprentissage, à résoudre leurs problèmes sociaux et à renforcer les liens familiaux et la communication. Et, au besoin, il peut aider à traiter les problèmes de toxicomanie courants chez les enfants plus âgés et les adolescents atteints d’un trouble bipolaire.
  • Psychoéducation. La psychoéducation peut inclure l’apprentissage des symptômes du trouble bipolaire et comment ils diffèrent du comportement lié à l’âge de développement de votre enfant, la situation et le comportement culturel approprié. Comprendre le trouble bipolaire peut aussi vous aider à soutenir votre enfant.
  • Support. Travailler avec les enseignants et les conseillers scolaires et encourager le soutien de la famille et des amis peut aider à identifier les services et encourager la réussite.

Mode de vie et remèdes maison

Vous devrez probablement modifier votre mode de vie pour arrêter les cycles de comportement qui aggravent votre trouble bipolaire. Voici quelques mesures à prendre :

  • Cessez de boire ou de consommer des drogues récréatives. L’une des plus grandes préoccupations du trouble bipolaire est les conséquences négatives des comportements à risque et de l’abus de drogues ou d’alcool. Obtenez de l’aide si vous avez de la difficulté à cesser de fumer tout seul.
  • Formez des relations saines. Entourez-vous de gens qui ont une influence positive. Les amis et les membres de votre famille peuvent vous soutenir et vous aider à surveiller les signes avant-coureurs d’un changement d’humeur.
  • Créez une routine saine. Avoir une routine régulière pour dormir, manger et faire de l’activité physique peut aider à équilibrer votre humeur. Consultez votre médecin avant de commencer un programme d’exercices. Mangez sainement. Si vous prenez du lithium, discutez avec votre médecin de l’apport approprié en liquides et en sel. Si vous avez de la difficulté à dormir, parlez-en à votre médecin ou à votre professionnel de la santé mentale.
  • Activités physiques
    Bien manger pour bien bouger Crédit photo : © Pixabay
  • Vérifiez d’abord avant de prendre d’autres médicaments. Appelez le médecin qui vous traite pour un trouble bipolaire avant de prendre des médicaments prescrits par un autre médecin ou tout supplément ou médicament en vente libre. Parfois, d’autres médicaments déclenchent des épisodes de dépression ou de manie ou peuvent interférer avec les médicaments que vous prenez pour le trouble bipolaire.
  • Envisagez de tenir un tableau d’humeur. Tenir un registre de vos humeurs quotidiennes, de vos traitements, de votre sommeil, de vos activités et de vos sentiments peut vous aider à identifier les éléments déclencheurs, les options de traitement efficaces et le moment où le traitement doit être ajusté.

Médecine alternative

Il n’y a pas beaucoup de recherche sur la médecine alternative ou complémentaire – parfois appelée médecine intégrative – et le trouble bipolaire. La plupart des études portent sur la dépression majeure, de sorte qu’il n’est pas clair comment ces approches non traditionnelles fonctionnent pour le trouble bipolaire.

Si vous choisissez d’utiliser une médecine alternative ou complémentaire en plus du traitement recommandé par votre médecin, prenez d’abord quelques précautions :

  • N’arrêtez pas de prendre vos médicaments prescrits ou de sauter des séances de thérapie. La médecine alternative ou complémentaire ne remplace pas les soins médicaux réguliers lorsqu’il s’agit de traiter le trouble bipolaire.
  • Soyez honnête avec vos médecins et professionnels de la santé mentale. Dites-leur exactement quels traitements alternatifs ou complémentaires vous utilisez ou aimeriez essayer.
  • Soyez conscient des dangers potentiels. Les produits de remplacement et les produits complémentaires ne sont pas réglementés de la même façon que les médicaments d’ordonnance. Ce n’est pas parce que c’est naturel que c’est sans danger. Avant de recourir à la médecine alternative ou complémentaire, parlez à votre médecin des risques, y compris les interactions graves possibles avec les médicaments.
Méditation bien-être
Les bienfaits de la méditation pour la santé  Crédit photo @ Pixabay

Faire face et soutenir

Faire face au trouble bipolaire peut s’avérer difficile. Voici quelques stratégies qui peuvent vous aider :

  • Renseignez-vous sur le trouble bipolaire. L’éducation au sujet de votre condition peut vous habiliter et vous motiver à suivre votre plan de traitement et à reconnaître les changements d’humeur. Aidez votre famille et vos amis à comprendre ce que vous vivez.
  • Restez concentré sur vos objectifs. Apprendre à gérer le trouble bipolaire peut prendre du temps. Restez motivé en gardant vos objectifs à l’esprit et en vous rappelant que vous pouvez travailler à réparer les relations endommagées et autres problèmes causés par vos sautes d’humeur.
  • Joignez-vous à un groupe de soutien. Les groupes de soutien pour les personnes atteintes d’un trouble bipolaire peuvent vous aider à établir des liens avec d’autres personnes aux prises avec des difficultés semblables et à partager vos expériences.
  • Trouvez des débouchés sains. Explorez des façons saines de canaliser votre énergie, comme les passe-temps, l’exercice et les activités récréatives.
  • Apprenez à vous détendre et à gérer votre stress. Le yoga, le tai chi, le massage, la méditation ou d’autres techniques de relaxation peuvent être utiles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *