Rechercher sur le site
Rechercher un médicament
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes du HONcode. Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.
> > > Troubles bipolaires
Newsletter Santepratique.fr
Suivez l'actualité santé, découvrez nos dossiers ... Inscrivez vous dès maintenant à notre newsletter!

Troubles bipolaires

  56 Votes

Définition des troubles bipolaires

 

Autrefois appelée psychose maniaco-dépressive, les troubles bipolaires dans leur nouvelle acception étendue font partie des troubles de l'humeur. Leurs formes les plus typiques se caractérisent par l'alternance de phases d'excitation (phases maniaques) et de phases de dépression. Avec ou sans signes psychotiques.


En phase maniaque, le sujet présente une hyperactivité, une euphorie, des troubles du sommeil (insomnie marquée), un sentiment de toute-puissance, une mégalomanie. Il dépense beaucoup d'argent, échafaude des projets souvent irréalistes, est irritable, passe du coq à l'âne, est parfois hyperactif sexuellement (donjuanisme).


En phase dépressive, à l'inverse, il présente des symptômes de troubles de la mémoire, se replie sur lui-même, s'autodéprécie, ressent une profonde culpabilité, une grande fatigue et l'envie de ne rien faire. Le tableau dépressif peut être très marqué, toujours avec un risque suicidaire élevé.

 

Symptômes et risques des troubles bipolaires

 

Les troubles bipolaires touchent 1% de la population générale (Guide médecin HAS, 2009), un chiffre sous-estimé en raison du retard du diagnostic, souvent d’une dizaine d’années.De nombreuses dépressions sont en fait des phases dépressives de troubles bipolaires non diagnostiquées. Les risques courus par les patients sont de plusieurs ordres.


Les comportements agités excessifs dans la phase maniaque peuvent conduire à des actes délictueux, des dépenses inconsidérées, une désinhibition sociale menant à des confrontations avec la justice. Par exemple : des découverts bancaires, des attentats à la pudeur, des projets professionnels qui conduisent à une faillite...


Les phases dépressives peuvent être sévères avec un passage à l'acte suicidaire. En phase excitée (maniaque) les suicides réussis concernent 15% des patients (Guide médecin HAS, 2009). Ce qui ne préjuge pas des tentatives infructueuses !
Le sujet prend des risques pour sa santé en abusant des toxiques comme l'alcool, le tabac, la drogue. La mise en danger est manifeste lors de la conduite automobile ou de machines industrielles, le risque d’accident est élevé.


La rechute d’un trouble bipolaire est la règle : 90% referont d’autres épisodes à l’avenir (Guide médecin HAS, 2009). C’est donc une maladie chronique, prise en charge à 100% dans le cadre de l’affection de longue durée « affections psychiatriques de longue durée », ALD n°23.

 

Causes et mécanismes des troubles bipolaires

 

Il n'existe pas un mécanisme mais plusieurs explications :

 

Problème neurobiologique

Au niveau neurobiologique (les processus chimiques dans le cerveau), une transmission défectueuse d'informations entre neurones (cellules du cerveau) est connue : en particulier avec la sérotonine mais aussi la noradrénaline qui sont des neurotransmetteurs très importants dans l’équilibre de l’humeur.


Hérédité familiale

Des études dans les familles et avec les jumeaux ont montré un terrain familial favorable aux troubles bipolaires, mais pas de vraie maladie héréditaire.

 

Stress

L'accumulation de stress et d'évènements de vie douloureux facilitent l'expression des troubles bipolaires chez une personne prédisposée. La « vulnérabilité » est le terme employé par les médecins et les neuropsychiatres pour qualifier la situation d’une personne ayant une prédisposition familiale génétique ; elle n’est pas synonyme de maladie, il s’agit d’un risque augmenté.

 


 


Revenir au sommaire

 

 

à retenir



Informations sur les troubles bipolaires

 

Les troubles bipolaires sont caractérisés par l'alternance de périodes d'euphorie et de dépression. Leur diagnostic est difficile. Il existe une prédisposition génétique à la maladie, incitant à les personnes vulnérables à éviter la vie désordonnée, les intoxications (tabac, alcool, drogues), les risques inutiles, et si possible le stress professionnel permanent et/ou majeur. Le traitement bien conduit réduit le nombre et l'intensité des symptômes, mais ne guérit pas la maladie.


Articles en cours de révision.
Certaines références vont être ajoutées prochainement.