IRM

Questions santé : À quoi ressemble l'équipement de l'IRM ? Comment fonctionne la procédure ? Comment s'effectue l'intervention ?

Mis à jour le : 31 octobre 2019

Imagerie par résonance magnétique (IRM) du corps

L’imagerie par résonance magnétique (IRM) du corps utilise un champ magnétique puissant, des ondes radio et un ordinateur pour produire des images détaillées de l’intérieur de votre corps. Il peut être utilisé pour aider à diagnostiquer ou à surveiller le traitement d’une variété d’affections dans la poitrine, l’abdomen et le pelvis. Si vous êtes enceinte, l’IRM corporelle peut être utilisée pour surveiller votre bébé en toute sécurité.

Informez votre médecin de tout problème de santé, chirurgie récente ou allergie et de la possibilité que vous soyez enceinte. Le champ magnétique n’est pas nocif, mais il peut causer le mauvais fonctionnement de certains dispositifs médicaux. La plupart des implants orthopédiques ne posent aucun risque, mais vous devriez toujours prévenir le technologue si vous avez des appareils ou du métal dans votre corps. Les directives concernant l’alimentation et la consommation d’alcool avant l’examen varient d’un établissement à l’autre. À moins qu’on ne vous dise le contraire, prenez vos médicaments habituels comme d’habitude. Laissez vos bijoux à la maison et portez des vêtements amples et confortables. On vous demandera peut-être de porter une robe. Si vous souffrez de claustrophobie ou d’anxiété, vous voudrez peut-être demander à votre médecin un léger sédatif avant l’examen.

Qu’est-ce que l’IRM du corps ?

L’imagerie par résonance magnétique (IRM) est un test médical non invasif que les médecins utilisent pour diagnostiquer les affections médicales.

L’IRM utilise un champ magnétique puissant, des impulsions de radiofréquence et un ordinateur pour produire des images détaillées des organes, des tissus mous, des os et de presque toutes les autres structures internes du corps. L’IRM n’utilise pas de rayonnement ionisant (rayons X).

Des images RM détaillées permettent aux médecins d’évaluer diverses parties du corps et de déterminer la présence de certaines maladies. Les images peuvent ensuite être examinées sur un écran d’ordinateur, transmises électroniquement, imprimées ou copiées sur un CD ou téléchargées sur un serveur de nuages numériques.

Quelles sont les utilisations courantes de la procédure ?

L’imagerie par résonance magnétique du corps est réalisée pour l’évaluation :

  • les organes de la poitrine et de l’abdomen, y compris le cœur, le foie, les voies biliaires, les reins, la rate, les intestins, le pancréas et les glandes surrénales.
  • les organes pelviens, y compris la vessie et les organes reproducteurs comme l’utérus et les ovaires chez les femmes et la prostate chez les hommes.
  • les vaisseaux sanguins (y compris l’angiographie par RM).
  • ganglions lymphatiques.
    Les médecins utilisent un examen par RM pour aider à diagnostiquer ou à surveiller le traitement d’affections telles que :
  • tumeurs de la poitrine, de l’abdomen ou du bassin.
  • les maladies du foie, comme la cirrhose, et les anomalies des voies biliaires et du pancréas.
  • maladie inflammatoire de l’intestin comme la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse.
  • problèmes cardiaques, comme les maladies cardiaques congénitales.
  • malformations des vaisseaux sanguins et inflammation des vaisseaux (vascularite).
  • un fœtus dans le ventre d’une femme enceinte.

Comment dois-je me préparer à l’intervention ?

On vous demandera peut-être de porter une blouse pendant l’examen ou vous pourrez porter vos propres vêtements s’ils sont amples et sans attaches en métal.

Les directives concernant l’alimentation et la consommation d’alcool avant un examen IRM varient selon l’examen et l’établissement d’imagerie. À moins qu’on ne vous dise le contraire, vous pouvez suivre votre routine quotidienne habituelle et prendre de la nourriture et des médicaments comme d’habitude.

Certains examens IRM peuvent nécessiter une injection d’agent de contraste dans le sang. Le radiologue, le technologue ou une infirmière peut vous demander si vous souffrez d’allergies de quelque nature que ce soit, comme une allergie à l’iode ou à l’agent de contraste radiologique, aux médicaments, aux aliments ou à l’environnement, ou si vous êtes asthmatique. L’agent de contraste le plus couramment utilisé pour un examen IRM contient un métal appelé gadolinium. Le gadolinium peut être utilisé chez les patients souffrant d’allergie à l’iode de contraste. Il est beaucoup moins fréquent pour un patient d’avoir une allergie à un agent de contraste à base de gadolinium utilisé pour l’IRM que le contraste contenant de l’iode pour le scan. Cependant, même si l’on sait que le patient est allergique au contraste du gadolinium, il est encore possible de l’utiliser après une prémédication appropriée. Dans ce cas, le consentement du patient sera demandé. Pour de plus amples renseignements sur les effets indésirables des agents de contraste à base de gadolinium, veuillez consulter le Manuel d’ÉCA sur les produits de contraste.

Vous devriez également informer le radiologue si vous avez de graves problèmes de santé ou si vous avez subi récemment une intervention chirurgicale. Certaines affections, comme une maladie rénale grave, peuvent vous empêcher d’obtenir un contraste de gadolinium pour une IRM. Si vous avez des antécédents de maladie rénale ou de greffe du foie, il sera nécessaire d’effectuer un test sanguin pour déterminer si les reins fonctionnent adéquatement.

Les femmes devraient toujours informer leur médecin ou leur technologue s’il y a la moindre possibilité qu’elles soient enceintes. L’IRM est utilisée depuis les années 1980 pour l’examen des patientes sans qu’aucun effet néfaste n’ait été signalé sur les femmes enceintes ou leurs bébés à naître. Cependant, comme le bébé à naître sera dans un champ magnétique fort, les femmes enceintes ne devraient pas subir cet examen au cours des trois ou quatre premiers mois de la grossesse, à moins que les avantages potentiels de l’examen IRM ne soient supérieurs aux risques potentiels. Les femmes enceintes ne devraient pas recevoir d’injections de produit de contraste à base de gadolinium, sauf si cela est absolument nécessaire pour un traitement médical. Voir la page Sécurité IRM pour plus d’informations sur la grossesse et l’IRM.

Si vous souffrez de claustrophobie (peur des espaces clos) ou d’anxiété, vous voudrez peut-être demander à votre médecin de vous prescrire un sédatif léger avant votre examen prévu.

Les bijoux et autres accessoires doivent être laissés à la maison, si possible, ou enlevés avant l’examen IRM. Comme ils peuvent interférer avec le champ magnétique de l’appareil d’IRM, les objets métalliques et électroniques ne sont pas autorisés dans la salle d’examen. En plus d’affecter les images IRM, ces objets peuvent devenir des projectiles à l’intérieur de la salle d’IRM et peuvent vous blesser ou blesser d’autres personnes à proximité. Ces éléments comprennent :

  • bijoux, montres, cartes de crédit et prothèses auditives, qui peuvent tous être endommagés
  • épingles, épingles à cheveux, fermetures éclair métalliques et articles métalliques similaires, qui peuvent déformer les images IRM
  • soins dentaires amovibles
  • stylos, couteaux de poche et lunettes
  • piercings corporels

Dans la plupart des cas, un examen IRM est sécuritaire pour les patients ayant des implants métalliques, sauf pour quelques types. Les personnes ayant les implants suivants ne peuvent pas être scannées et ne devraient pas entrer dans la zone de l’IRM :

  • implant cochléaire (oreille)
  • certains types de clips utilisés pour les anévrismes cérébraux
  • certains types de serpentins métalliques placés dans les vaisseaux sanguins
  • presque tous les défibrillateurs cardiaques et stimulateurs cardiaques

Vous devriez dire au technologue si vous avez des appareils médicaux ou électroniques dans votre corps. Ces objets peuvent interférer avec l’examen ou représenter un risque potentiel, selon leur nature et la force de l’aimant de l’IRM. De nombreux dispositifs implantés auront un dépliant expliquant les risques de l’IRM pour ce dispositif particulier. Si vous avez le dépliant, il est utile de le porter à l’attention de l’ordonnanceur avant l’examen et de l’apporter à votre examen si le radiologiste ou le technologue a des questions. Certains dispositifs implantés nécessitent une courte période de temps après la mise en place (habituellement six semaines) avant d’être sûrs pour les examens IRM. Les exemples comprennent, sans toutefois s’y limiter :

  • valves cardiaques artificielles
  • des ports de perfusion de médicaments implantés
  • membres artificiels ou prothèses articulaires métalliques
  • stimulateurs nerveux implantés
  • broches, vis, plaques, plaques, endoprothèses ou agrafes chirurgicales métalliques

En cas de doute quant à leur présence, une radiographie peut être effectuée pour détecter et identifier tout objet métallique. En général, les objets métalliques utilisés en chirurgie orthopédique ne présentent aucun risque pendant l’IRM. Cependant, une articulation artificielle récemment mise en place peut nécessiter l’utilisation d’une autre procédure d’imagerie.

Les patients qui pourraient avoir des objets métalliques dans certaines parties de leur corps peuvent également avoir besoin d’une radiographie avant l’IRM. Vous devriez aviser le technologue ou le radiologue de tout éclat d’obus, balle ou autre morceau de métal qui pourrait être présent dans votre corps à la suite d’accidents antérieurs. Les corps étrangers près des yeux et surtout logés dans les yeux sont particulièrement importants, car ils peuvent se déplacer pendant l’examen, ce qui peut entraîner la cécité. Les colorants utilisés dans les tatouages peuvent contenir du fer et peuvent chauffer pendant une IRM, mais c’est rare. Les plombages et les appareils orthodontiques ne sont habituellement pas affectés par le champ magnétique, mais ils peuvent déformer les images de la région faciale ou du cerveau, vous devriez donc en informer le radiologue.

Les nourrissons et les jeunes enfants ont habituellement besoin de sédation ou d’anesthésie pour passer un examen IRM sans bouger. Le besoin de sédation d’un enfant dépend de son âge, de son développement intellectuel et du type d’examen. Une sédation modérée et consciente peut être fournie dans de nombreux établissements. Un médecin ou une infirmière spécialisée en sédation ou en anesthésie pour enfants devrait être disponible pendant l’examen pour la sécurité de votre enfant. Vous recevrez des instructions spéciales sur la façon de préparer votre enfant à la sédation ou à l’anesthésie.

Par ailleurs, certains établissements pédiatriques ont du personnel qui peut travailler avec des enfants plus jeunes pour éviter d’avoir à recourir à la sédation ou à l’anesthésie. Ils préparent les enfants à l’IRM en leur montrant un faux scanner, jouent les bruits que l’enfant pourrait entendre pendant l’examen IRM, répondent à toutes les questions et expliquent la procédure pour soulager leur anxiété. Certains établissements pédiatriques fournissent également des lunettes ou des casques pour que l’enfant puisse regarder un film pendant l’examen. Ainsi, l’enfant reste immobile, ce qui permet d’obtenir des images de bonne qualité.

À quoi ressemble l’équipement ?

L’appareil d’IRM traditionnel est un grand tube cylindrique entouré d’un aimant circulaire. Vous serez allongé sur une table d’examen mobile qui glisse au centre de l’aimant.

Certains appareils d’IRM, appelés systèmes à petit alésage, sont conçus de façon à ce que l’aimant ne vous entoure pas complètement. Certains appareils d’IRM plus récents ont un alésage de plus grand diamètre qui peut être plus confortable pour les patients de plus grande taille ou les patients souffrant de claustrophobie. D’autres appareils d’IRM sont ouverts sur les côtés (IRM ouverte). Les unités ouvertes sont particulièrement utiles pour examiner les patients de plus grande taille ou ceux qui souffrent de claustrophobie. Les nouveaux appareils d’IRM ouverts fournissent des images de très haute qualité pour de nombreux types d’examens. Les anciens appareils d’IRM ouverts peuvent ne pas fournir la même qualité d’image. Certains types d’examens ne peuvent pas être effectués à l’aide de l’IRM ouverte. Pour plus d’informations, consultez votre radiologue.

Le poste de travail de l’ordinateur qui traite l’information d’imagerie est situé dans une pièce séparée du scanner.

Comment fonctionne la procédure ?

Contrairement aux examens radiologiques conventionnels et à la tomodensitométrie, l’IRM n’utilise pas de rayonnement ionisant. Au lieu de cela, les impulsions de radiofréquence réalignent les atomes d’hydrogène qui existent naturellement dans le corps. Ceci n’entraîne aucun changement chimique dans les tissus. Lorsque les atomes d’hydrogène reprennent leur alignement habituel, ils émettent différentes quantités d’énergie selon le type de tissu corporel dans lequel ils se trouvent. Le scanner à résonance magnétique capte cette énergie et crée une image des tissus balayés à partir de cette information.

Le champ magnétique est produit par le passage d’un courant électrique à travers des bobines de fil dans la plupart des appareils d’IRM. D’autres bobines, situées dans la machine et, dans certains cas, placées autour de la partie du corps en cours d’imagerie, émettent et reçoivent des ondes radio, produisant des signaux qui sont détectés par les bobines. Le courant électrique n’entre pas en contact avec le patient.

Un ordinateur traite ensuite les signaux et génère une série d’images, chacune d’elles montrant une fine tranche du corps. Les images peuvent ensuite être étudiées sous différents angles par le radiologue interprète.

Souvent, la différenciation des tissus anormaux (malades) des tissus normaux est meilleure avec l’IRM qu’avec d’autres modalités d’imagerie telles que les rayons X, la tomodensitométrie et les ultrasons.

Comment s’effectue l’intervention ?

Les examens d’IRM peuvent être effectués sur des patients externes ou des patients hospitalisés.

Vous serez placé sur la table d’examen mobile. Des sangles et des traversins peuvent être utilisés pour vous aider à rester immobile et à maintenir la bonne position pendant l’imagerie.

Les dispositifs qui contiennent des bobines capables d’émettre et de recevoir des ondes radio peuvent être placés autour ou à proximité de la zone du corps à l’étude.

Si un agent de contraste est utilisé lors de l’examen IRM, un médecin, une infirmière ou un technologue insérera un cathéter intraveineux (IV), aussi connu sous le nom de ligne IV, dans une veine de votre main ou bras. Une solution saline peut être utilisée pour injecter l’agent de contraste. La solution s’égoutte par voie intraveineuse pour empêcher le blocage du cathéter intraveineux jusqu’à ce que l’agent de contraste soit injecté.

Vous serez placé dans l’aimant de l’appareil d’IRM et le radiologue et le technologue effectueront l’examen tout en travaillant devant un ordinateur à l’extérieur de la salle.

Si un produit de contraste est utilisé pendant l’examen, il sera injecté dans la ligne intraveineuse (IV) après une première série de balayages. D’autres séries d’images seront prises pendant ou après l’injection.

Une fois l’examen terminé, on vous demandera peut-être d’attendre que le technologue ou le radiologiste vérifie les images au cas où des images supplémentaires seraient nécessaires.

Votre ligne intraveineuse sera enlevée.

Les examens d’IRM comprennent généralement plusieurs séries (séquences), dont certaines peuvent durer plusieurs minutes.

Selon le type d’examen et l’équipement utilisé, l’examen complet dure habituellement de 30 à 50 minutes.

Que vais-je ressentir pendant et après l’intervention ?

La plupart des examens IRM sont indolores. Cependant, certains patients ne se sentent pas à l’aise de rester immobiles pendant l’imagerie par résonance magnétique. D’autres ressentent un sentiment de fermeture (claustrophobie) lorsqu’ils sont dans l’appareil d’IRM. Par conséquent, la sédation peut être organisée pour les patients qui anticipent l’anxiété, mais moins d’un patient sur 20 a besoin de médicaments.

Il est normal que la zone de votre corps qui fait l’objet de l’imagerie soit légèrement chaude, mais si cela vous dérange, avisez le radiologue ou le technologue. Il est important que vous restiez parfaitement immobile pendant que les images sont obtenues, ce qui ne prend généralement que quelques secondes à quelques minutes à la fois. Vous saurez quand les images sont enregistrées parce que vous entendrez et sentirez des bruits forts de tapotement ou de battement lorsque les bobines qui génèrent les impulsions de radiofréquence seront activées. Certains centres fournissent des bouchons d’oreille, tandis que d’autres utilisent des écouteurs pour réduire l’intensité des sons émis par l’appareil IRM. Vous pourrez peut-être vous détendre entre les séquences d’imagerie, mais on vous demandera de maintenir votre position sans bouger autant que possible.

Vous serez habituellement seul dans la salle d’examen pendant l’IRM. Cependant, le technologue sera en mesure de vous voir, de vous entendre et de vous parler en tout temps à l’aide d’un interphone bidirectionnel. De nombreux centres d’IRM permettent à un ami ou à un parent de rester dans la pièce à condition qu’ils soient également soumis à un dépistage de sécurité dans l’environnement magnétique.

Les enfants recevront des bouchons d’oreille ou des écouteurs de taille appropriée pendant l’examen. Les scanners IRM sont climatisés et bien éclairés. La musique peut être jouée dans les écouteurs pour vous aider à passer le temps.

Dans certains cas, une injection intraveineuse d’agent de contraste peut être administrée avant l’obtention des images. L’aiguille intraveineuse peut vous causer un certain inconfort lorsqu’elle est insérée et vous pourriez avoir des ecchymoses. Il y a aussi un très faible risque d’irritation de la peau au site d’insertion du tube IV. Certains patients peuvent sentir un goût métallique temporaire dans leur bouche après l’injection de contraste.

Si vous n’avez pas besoin de sédation, aucune période de récupération n’est nécessaire. Vous pouvez reprendre vos activités habituelles et votre alimentation normale immédiatement après l’examen. En de très rares occasions, quelques patients ressentent des effets secondaires de l’agent de contraste, y compris des nausées, des maux de tête et des douleurs au point d’injection. De même, les patients sont très rarement allergiques à l’agent de contraste et présentent de l’urticaire, des démangeaisons oculaires ou d’autres réactions. Si vous éprouvez des symptômes allergiques, avisez le technologue. Un radiologue ou un autre médecin sera disponible pour vous aider immédiatement.

Quels sont les avantages par rapport aux risques ?

Avantages

L’IRM est une technique d’imagerie non invasive qui n’implique pas d’exposition à des rayonnements ionisants.
Les images par résonance magnétique des structures des tissus mous du corps – comme le cœur, le foie et de nombreux autres organes – sont plus susceptibles dans certains cas d’identifier et de caractériser avec précision les maladies que les autres méthodes d’imagerie. Ce détail fait de l’IRM un outil précieux pour le diagnostic précoce et l’évaluation de nombreuses lésions et tumeurs focales.
L’IRM s’est révélée très utile pour le diagnostic d’un large éventail d’affections, notamment le cancer, les maladies cardiaques et vasculaires et les anomalies musculaires et osseuses.
L’IRM permet de découvrir des anomalies qui pourraient être masquées par l’os avec d’autres méthodes d’imagerie.
L’IRM permet aux médecins d’évaluer le système biliaire de façon non invasive et sans injection de contraste.
L’agent de contraste utilisé dans les examens d’IRM est moins susceptible de provoquer une réaction allergique que les agents de contraste à base d’iode utilisés pour les radiographies et les tomodensitogrammes classiques.
L’IRM constitue une alternative non invasive aux rayons X, à l’angiographie et à la tomodensitométrie pour le diagnostic des problèmes cardiaques et vasculaires.

Risques

L’examen IRM ne pose presque aucun risque pour le patient moyen lorsque les directives de sécurité appropriées sont respectées.
Si la sédation est utilisée, il y a des risques de sédation excessive. Cependant, le technologue ou l’infirmière surveillera vos signes vitaux afin de minimiser ce risque.
Bien que le champ magnétique fort ne soit pas nocif en soi, les dispositifs médicaux implantés qui contiennent du métal peuvent mal fonctionner ou causer des problèmes pendant un examen IRM.
La fibrose systémique néphrogénique est actuellement une complication reconnue, mais rare, de l’IRM qui serait causée par l’injection de fortes doses d’un produit de contraste à base de gadolinium chez des patients dont la fonction rénale est très faible. Une évaluation attentive de la fonction rénale avant d’envisager une injection de contraste minimise le risque de cette complication très rare.
Il y a un très faible risque de réaction allergique si un produit de contraste est injecté. De telles réactions sont généralement bénignes et facilement maîtrisables par des médicaments. Si vous éprouvez des symptômes allergiques, un radiologue ou un autre médecin sera disponible pour vous aider immédiatement.
Les fabricants de produits de contraste intraveineux indiquent que les mères ne devraient pas allaiter leur bébé pendant 24 à 48 heures après l’administration du produit de contraste. Cependant, l’American College of Radiology (ACR) et l’European Society of Urogenital Radiology notent que les données disponibles suggèrent qu’il est sécuritaire de continuer à allaiter après avoir reçu un contraste intraveineux. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter le Manuel d’ÉCA sur les produits de contraste et ses références.

OSDT.

Ecrit par : Viviane
Publié le lundi 24 juin 2019


Passionnée par l'univers médical, le fonctionnement du corps humain et le traitement des pathologies, Viviane est depuis peu l'heureuse maman d'une petite fille. Sur OSDT, elle est attachée à nous guider pour trouver la source de nos maux et les moyens les plus efficaces afin de les traiter.

Découvrez nos rédacteurs professionnels de santé

En savoir plus sur nos rédacteurs nutritionnistes, professionnels de santé

Suivez-nous

Gardons le contact

Vous aimez OSDT ?

Restez informé de toutes les actualités Santé, en recevant une notification directement dans votre boîte e-mail.



On Se Dit Tout ! Racontez votre histoire

Notre vécu a une richesse inestimable. Il peut inspirer aussi d’autres personnes, inquiètes, en questionnement, à la recherche de sens…

OSDT c’est plus qu’un magazine, c’est un lieu pour partager nos histoires de vie.