Infarctus du myocarde

Qu’est-ce qu’un infarctus du myocarde ?

Une crise cardiaque survient quand une des artères coronaires du cœur est soudainement bloquée ou a lorsque le débit du sang est très très lent. Un infarctus du myocarde est aussi appelé crise cardiaque.

La cause habituelle d’un blocage soudain dans une artère coronaire est la formation d’un caillot sanguin (thrombus). Le caillot sanguin se forme généralement à l’intérieur d’une artère coronaire qui a déjà été rétrécie par l’athérosclérose, un état dans lequel des dépôts graisseux (plaques) se forment le long des parois internes des vaisseaux sanguins.

Un débit sanguin lent dans une artère coronaire peut survenir lorsque le cœur bat très vite ou que la personne souffre d’hypotension. Si la demande d’oxygène est supérieure à l’apport, une crise cardiaque peut survenir sans formation d’un caillot sanguin. Les personnes atteintes d’athérosclérose sont également plus susceptibles d’avoir une crise cardiaque pour cette raison.

Infarctus du myocarde, maladie cardiaque, crise cardiaque
Infarctus du myocarde – Crédit photo :
© PixaBay

Chaque artère coronaire fournit du sang à une partie spécifique de la paroi musculaire du cœur, de sorte qu’une artère obstruée cause de la douleur et un mauvais fonctionnement dans la région qu’elle fournit. Selon l’emplacement et la quantité de muscle cardiaque en cause, ce dysfonctionnement peut nuire plus ou moins gravement à la capacité du cœur à pomper le sang. De plus, certaines artères coronaires alimentent des zones du cœur qui régulent le rythme cardiaque, de sorte qu’un blocage provoque parfois des arythmies cardiaques potentiellement mortelles.

Les symptômes qui se développent à chaque crise cardiaque et les chances de survie sont liés à l’emplacement et à l’étendue du blocage coronarien.

Quels sont les facteurs de risques qui peuvent entraîner une crise cardiaque ou infarctus du myocarde ?

La plupart des crises cardiaques résultent de l’athérosclérose. Les facteurs de risque de crise cardiaque et d’athérosclérose sont fondamentalement les mêmes :

  • Un taux anormalement élevé de cholestérol sanguin (hypercholestérolémie)
  • Un taux anormalement bas de HDL (lipoprotéines de haute densité), communément appelées « bon cholestérol ».
  • Hypertension (artérielle)
  • Diabète
  • Antécédents familiaux
  • Le fait de fumer
  • L’obésité
  • Inactivité physique (pas assez d’exercices réguliers)

Les tranches d’âges à risques

Au début de l’âge moyen, les hommes courent un plus grand risque de crise cardiaque que les femmes. Cependant, le risque pour une femme augmente à partir de la ménopause. Cela pourrait être le résultat d’une diminution des niveaux d’œstrogènes (une hormone sexuelle féminine qui pourrait offrir une certaine protection contre l’athérosclérose) liée à la ménopause.

Bien que la plupart des crises cardiaques soient causées par l’athérosclérose, il y a des cas plus rares où les crises cardiaques résultent d’autres conditions médicales. Il s’agit notamment d’anomalies congénitales des artères coronaires, d’hypercoagulabilité (tendance anormalement élevée à former des caillots sanguins), d’une maladie vasculaire du collagène, comme la polyarthrite rhumatoïde ou le lupus érythémateux systémique (LED, ou lupus), d’un usage excessif de cocaïne, de spasme de l’artère coronaire, d’embolus (petite motte mobile) qui flotte dans une artère coronaire et y séjourne.

Quels sont les symptômes d’une crise cardiaque?

Le symptôme le plus courant d’une crise cardiaque est une douleur à la poitrine, habituellement décrite comme un écrasement,, une pression, une compression une lourdeur ou, certaines fois une brûlure ou un coup de couteau. La douleur thoracique a tendance à se concentrer soit au centre de la poitrine, soit juste en dessous du centre de la cage thoracique, et elle peut s’étendre à l’abdomen, aux bras, à la mâchoire inférieure ou au cou.

D’autres symptômes peuvent inclure une faiblesse soudaine, de la transpiration, des nausées, des vomissements, de l’essoufflement ou des étourdissements. Parfois, lorsqu’une crise cardiaque provoque des brûlures à la poitrine, des nausées et des vomissements, un patient peut confondre ses symptômes cardiaques avec une indigestion.

Diagnostic d’un infarctus du myocarde

Votre médecin vous demandera de décrire vos douleurs thoraciques et tout autre symptôme. Un membre de votre famille ou un proche devrait vous accompagner lorsque vous vous rendez chez le médecin. Cette personne pourra vous aider à fournir à votre médecin de précieux renseignements sur vos symptômes et vos antécédents médicaux si vous êtes incapable de le faire.

Il est également important de donner à votre médecin une liste des noms et des doses des médicaments d’ordonnance et en vente libre que vous prenez. Si vous n’avez pas déjà préparé une liste, ramassez simplement les médicaments dans un sac ou un sac à main à proximité et apportez-les avec vous à l’hôpital.

Votre médecin soupçonnera que vous faites une crise cardiaque en raison de vos symptômes, de vos antécédents médicaux et de vos facteurs de risque de maladie cardiovasculaire.

Pour confirmer le diagnostic, votre médecin fera :

  • Un électrocardiogramme (ECG)
  • Un examen physique, en accordant une attention particulière à votre cœur et à votre tension artérielle.
  • Des analyses sanguines pour les marqueurs cardiaques sériques – des produits chimiques qui sont libérés dans le sang lorsque le muscle cardiaque est endommagé. Le test sanguin que les médecins prescrivent le plus souvent pour diagnostiquer une crise cardiaque s’appelle troponine.

D’autres tests peuvent être nécessaires, notamment :

  • Échocardiogramme – Test indolore qui utilise des ondes sonores pour examiner le muscle cardiaque et les valves cardiaques.
  • Imagerie par radionucléides. Ce sont des scans qui utilisent des isotopes radioactifs spéciaux pour déceler les zones où le sang est à faible débit dans le cœur.

Durée prévue des symptômes d’un infarctus du myocarde

La durée des symptômes d’une crise cardiaque varie d’une personne à l’autre. Dans environ 15 % des cas, le patient ne se rend jamais à l’hôpital pour y être soigné et meurt rapidement après le début des symptômes.

Vous pouvez aider à prévenir une crise cardiaque en :

  • Faisant de l’exercice régulièrement
  • Mangeant sainement
  • Maintenant un poids santé
  • N’utilisant pas de produits du tabac
  • Contrôlant votre tension artérielle
  • Réduisant votre taux de cholestérol LDL.

Le traitement en cas d’infarctus du myocarde

Le traitement d’une crise cardiaque dépend de la stabilité de l’état de la personne et de son risque immédiat de décès. Dès que possible, la personne recevra une aspirine et souvent d’autres médicaments qui aident à prévenir la coagulation sanguine dans les artères coronaires.

La personne recevra également de l’oxygène pour respirer, des analgésiques (habituellement de la morphine) pour les douleurs thoraciques, une statine qui réduit le cholestérol, de la nitroglycérine pour aider le sang à circuler dans les cellules du muscle cardiaque et des bêta-bloquants pour réduire la demande d’oxygène du cœur. La personne peut commencer à prendre de l’héparine en plus de l’aspirine pour une action anticoagulante plus puissante.

Les principales étapes du traitement

Dans un premier temps, au cours de l’évaluation initiale, la personne sera considérée pour un traitement de reperfusion. L’objectif est de rétablir le plus rapidement possible la circulation sanguine vers le muscle cardiaque lésé. Ceci afin de limiter les dommages permanents.

Première étape

Ensuite, la reperfusion se fait de préférence mécaniquement. Tout d’abord, le patient est conduit au laboratoire de cathétérisme cardiaque de l’hôpital. Ensuite, un cathéter est enfilé à travers un gros vaisseau sanguin vers le cœur. Puis, un colorant est injecté pour localiser l’obstruction dans l’artère coronaire.

Deuxième étape

La prochaine étape est l’ACTP ou Angioplastie Coronarienne Transluminale Percutanée. Dans l’ACTP, un cathéter différent qui comporte un petit ballonnet dégonflé est enfilé au-delà du blocage. Ensuite, le ballonnet est gonflé pour écraser le caillot et la plaque. La plupart des cathéters à ballonnet ont également un stent (treillis métallique), sur le dessus . Une fois le ballon gonflé pour déboucher l’artère obstruée, l’endoprothèse reste en place pour garder l’artère ouverte.

En plus de l’aspirine, on administre un deuxième médicament antiplaquettaire . Les plus utilisés sont le clopidogrel (Plavix, versions génériques), le prasugrel (Effient) et le ticagrelor (Brilinta).

La thérapie de reperfusion peut se faire avec des médicaments qui dissolvent les caillots appelés agents thrombolytiques. On distingue par exemple l’activateur tissulaire du plasminogène (tPA). Ce médicament est utilisé s’il faut trop de temps pour transférer un patient dans un hôpital où une angioplastie pourrait être pratiquée.

Une grande partie du traitement supplémentaire pour une crise cardiaque dépend de l’apparition ou non de complications chez le patient. Par exemple, d’autres médicaments peuvent être nécessaires pour traiter des arythmies cardiaques dangereuses (battements cardiaques anormaux), l’hypotension artérielle et l’insuffisance cardiaque congestive.

Les médicaments prescrits en cas d’infarctus du myocarde

À l’hôpital, les médicaments quotidiens comprennent habituellement :

  • de l’aspirine,
  • un bêta-bloquant,
  • un inhibiteur de l’ECA (enzyme de conversion de l’angiotensine). Ce médicament aide le cœur à fonctionner plus efficacement, principalement en abaissant la tension artérielle
  • une statine
  • un deuxième médicament anticoagulant.

Quand appeler un professionnel ?

Demandez de l’aide d’urgence immédiatement si vous avez des douleurs thoraciques. Et ce même si vous pensez qu’il s’agit simplement d’une indigestion ou que vous êtes trop jeune pour faire une crise cardiaque. Un traitement rapide augmente vos chances de limiter les lésions du muscle cardiaque. Les mesures de reperfusion fonctionnent mieux si elles sont prises le plus tôt possible après le début des symptômes.

Pronostic de survie après un infarctus du myocarde

La survie après une crise cardiaque s’est considérablement améliorée au cours des deux dernières décennies. Cependant, certaines personnes éprouvent une mort subite et ne se rendent jamais à l’hôpital. Pour la plupart des personnes qui arrivent à l’hôpital peu après l’apparition des symptômes, le pronostic est très bon. De nombreuses personnes quittent l’hôpital en se sentant bien avec des dommages cardiaques limités.

Ecrit par : Diana

Nutritionniste et grande lectrice de contenus sur la santé et le bien-être à ses heures, Diana nous livre ses conseils en matière d'alimentation et nous dévoile la face cachée de certains aliments et nutriments. Retrouvez-la sur OSDT pour parler fruit, légume, matière grasse, vitamine, complément alimentaire et bien plus encore. Diana vous fera découvrir les bienfaits de nombreuses denrées alimentaires que vous pouvez consommer au quotidien. De nombreuses recettes vous attendent également, n’hésitez pas à en profiter !

Mis à jour le lundi 24 juin 2019

Commentez

Il n'y a pas de commentaire sur cet article

On se dit tout ! Racontez votre histoire

Notre vécu a une richesse inestimable.

Il permet de prendre du recul sur notre vie et de comprendre là où l’on souhaite aller.

Il peut inspirer aussi d’autres personnes, inquiètes, en questionnement, à la recherche de sens…

OSDT c’est plus qu’un magazine, c’est un lieu pour partager nos histoires de vie.

On se dit tout sur les réseaux sociaux