Découvrez la musicothérapie ou comment se soigner par la musique

Questions santé : comment fonctionne la musicothérapie ? Pourquoi se soigner par la musicothérapie ? Est-ce que la musicothérapie fonctionne réellement ?

Mis à jour le : 12 juin 2020

En ce 21 septembre, à l’occasion de la Journée mondiale de la maladie d’Alzheimer, certains spécialistes s’interrogent sur les effets de la musicothérapie sur cette pathologie neurodégénérative qui concerne 900 000 personnes en France… Aujourd’hui, soigner des patients apathiques grâce à la musique est en passe de devenir une technique reconnue. Bien qu’elle ne puisse pas vraiment prétendre à guérir de l’Alzheimer, la musicothérapie stimule les capacités sensorielles, les émotions, les élans psychomoteurs et la mémoire. Quels sont les grands principes de la musicothérapie ? Quels sont ses bienfaits, que ce soit pour les personnes atteintes de troubles neurologiques ou pour chacun d’entre nous au quotidien ? Comment l’appliquer ? OSDT vous propose de découvrir les mystères de cette thérapie avec cette fiche à vocation pratique et informative !

Qu’est-ce que la musicothérapie ?

La thérapie par la musique ou la musicothérapie est utilisée pour aider les individus pour qui l’usage de la parole peut s’avérer problématique (1). La musique constitue en effet un moyen d’expression privilégié qui permet d’extérioriser les souffrances et les émotions humaines. En musicothérapie, les sons et les rythmes deviennent des outils pour développer certains aspects de notre bien-être et de notre santé : augmenter sa créativité, reprendre contact avec soi et traiter diverses difficultés médicales.

La musicothérapie a été définie par Munro et Mount comme :

“L’utilisation intentionnelle des propriétés et du potentiel de la musique, mais aussi de son impact sur l’être humain”.
_ S. Munro, B. Mount. Music therapy in palliative care. Canadian Medical Association Journal, 119, 1029-1034.

Qu'est-ce que la musicothérapie ?
Comment se soigner par la musique et les sons ? – Crédit photo : © Pixabay

Les grands principes de la musicothérapie

Selon l’Association de musicothérapie applications et recherches cliniques (AMARC) : la musicothérapie correspond à deux techniques fondamentales : l’une dite réceptive (basée sur l’écoute musicale) et l’autre qualifiée d’active (basée sur une pratique instrumentale).

La musicothérapie réceptive

Il s’agit de pratiquer une écoute musicale afin de stimuler la créativité et/ou d’aider à améliorer la concentration et/ou la mémoire. La musicothérapie réceptive permet surtout de faire émerger des émotions, parfois oubliées ou profondément enfouies. Le thérapeute pourra alors les utiliser pour enrichir sa démarche et mettre de nouveau la musique à contribution.

Dans Use of music in therapeutic care, paru en 1992, F. Biley considère la musicothérapie réceptive comme :

“une technique contrôlée d’écoute musicale utilisant son influence physiologique et émotionnelle sur un individu afin de traiter une maladie ou un traumatisme”.

On distingue généralement deux types de techniques réceptives :

  1. La musicothérapie réceptive “de type relaxation”

    Cette technique rejoint d’autres approches, comme l’hypnose, la sophrologie et la relaxation en général. Elle est souvent utilisée dans le traitement de l’anxiété, de la dépression et des troubles cognitifs tels que les démences.

  2. La musicothérapie réceptive “de type analytique”

    La musique est ici utilisée afin de favoriser l’expression et le développement de la pensée. Elle permettrait alors à un patient présentant des troubles cognitifs, de stimuler, d’utiliser et de découvrir ses capacités restantes. Cette approche psychothérapeutique peut être considérée comme une psychothérapie dont la pratique s’inscrit dans les grands courants actuels de la discipline.

La musicothérapie active

La musicothérapie active facilite quant à elle l’expression de soi. Elle privilégie des techniques d’intervention comme le chant, l’improvisation instrumentale ou gestuelle, la composition de chansons et l’exécution de mouvements rythmiques au son de la musique.

Selon Edith Lecourt, auteur de plusieurs livres sur le sujet, le but de la musicothérapie active est :

“de développer les capacités d’expression du sujet, en particulier sur les plans sensoriel et corporel.”

Les bienfaits de la musicothérapie

On peut assimiler la musicothérapie à une médecine douce, au même titre que la sophrologie ou la méditation de manière générale, car elle offre des bienfaits similaires :

  • Amélioration de l’humeur,
  • Réduction de l’anxiété et du stress,
  • Soulagement des douleurs,
  • Amélioration du sommeil.
  • Développer de nombreuses capacités.

Toutefois, cette thérapie auditive est surtout utilisée pour les troubles sensoriels, physiques ou neurologiques. Elle :

  • améliore notamment la coordination des personnes atteintes de la maladie de Parkinson,
  • contribue à soulager les symptômes liés à la démence,
  • contribue au développement de l’enfant,
  • améliore la qualité de vie des personnes souffrant de schizophrénie,
  • et soulage certains symptômes liés à l’autisme.
  • Elle peut également être utiliser pour favoriser le sevrage tabagique.

Comment s’applique la musicothérapie ?

Une séance de musicothérapie s’appuie sur les liens étroits existants entre la musique et le passé du patient. Les sons (et notamment les sons musicaux) sont considérés comme un langage, tout ce qui est joué ou entendu a une signification. Ils deviennent alors des messages émis ou reçus et remplacent directement la parole pour faciliter la communication.

La difficulté de cette thérapie réside dans les différentes sensibilités musicales propres à chaque individu. Il faut savoir choisir la bonne musique, la durée d’écoute, l’intensité, etc.

Lors d’une séance de musicothérapie, vous interagissez généralement avec un psychologue et un musicien. Une première évaluation permet au thérapeute de déterminer si vous êtes réceptif ou non à la musique. Souvent, le patient est invité à choisir un instrument, à improviser, chanter ou taper des mains afin de s’exprimer librement. Les objectifs sont ensuite fixés et le psychologue planifie des activités musicales adaptées.

La technique de musicothérapie réceptive

La technique de musicothérapie réceptive individuelle s’appuie sur une musique choisie en fonction des goûts personnels du patient. Elle est diffusée dans un casque, en position allongée et dans une salle silencieuse. Un cache-yeux peut éventuellement être proposé.

Technique de musicothérapie réceptive individuelle
Technique de musicothérapie réceptive individuelle

La séquence musicale dure environ 25 minutes. Elle compile plusieurs morceaux de quelques minutes chacun. Chaque transition est fondue et enchaînée. Ce dispositif amène progressivement le patient à la détente (phase descendante du “U”) par une variation du rythme musical, de la formation orchestrale et du volume. Après une phase de détente maximum (partie basse du “U”), est enchaînée une phase re-dynamisante (branche ascendante du “U”).

Les œuvres de musique instrumentale sont sélectionnées à partir d’un nombre varié de styles (classique, jazz, musique du monde, etc.) et en adéquation avec la thérapie du patient.

Ce type de séance est toujours suivie d’un temps d’écoute thérapeutique par le musicothérapeute. Elle permet au patient de verbaliser les émotions ressenties et de stimuler sa mémoire autobiographique par l’évocation générale de souvenirs et d’images.

L’auto-musicothérapie au quotidien

Si l’approche thérapeutique concerne en premier lieu les patients atteints de troubles neurologiques ou physiques, il est aussi possible de profiter des bienfaits de la “musicothérapie” chez soi ou où vous le souhaitez, grâce à quelques notions de base. De plus en plus de personnes s’y essaient, notamment les ados en difficulté (2).

Voici une liste non exhaustive des bienfaits liés à l’écoute de certaines musiques :

  1. La relaxation et la concentration par la musique douce

    Que ce soit pour réviser ou se relaxer, la musique douce peut favoriser votre concentration et vous aider à vous détendre. Elle peut réduire votre stress, vous aider à vous endormir et améliorer la qualité de votre sommeil. Pour cela, vous pouvez par exemple essayer la musique classique avec un piano lent (comme Debussy), les bruitages de pluie ou les playlists Lofi disponibles sur Internet.

  2. La créativité avec à la musique rythmée

    Pour stimuler votre créativité, la musique rythmée peut s’avérer d’une précieuse aide. Elle serait un bon remède en cas de perte d’inspiration et de motivation pour vous rendre plus productif et positif.

  3. Lutter contre la dépression avec de la musique entraînante

    Certaines personnes sont tentées d’écouter des musiques tristes lorsqu’elles sont déprimées, pourtant la musique joyeuse peut aider votre organisme à libérer de l’endorphine et donc à vous rendre plus positif (3). Combinée à des séances de sport ou simplement à de la marche à pied, les musiques entraînantes auront certainement des effets encore plus probants sur votre mental et votre motivation. Pour l’anecdote : saviez-vous que Don’t stop me now de Queen a été élue musique qui rend la plus heureuse du monde, selon une étude menée par Jacob Jolij, chercheur en neurosciences à l’université de Groningue (Pays-Bas) ?

En bref

Qu’il s’agisse d’aider des patients souffrants de pathologies neurologiques à retrouver certaines de leurs capacités cognitives, ou à vous soulager face au stress de la vie quotidienne, la musicothérapie, encadrée par des professionnels ou “façon maison” semble démontrer une certaine efficacité. Amélioration de la concentration, favoriser la relaxation, booster la motivation… la musique n’a sans doute pas fini de nous surprendre.

Alors, musique et santé : le bon accord ? Qu’en pensez-vous ? Avez-vous une expérience en musicothérapie à nous partager ? La communauté de OSDT n’a qu’une hâte… en savoir plus sur votre histoire !

Sources et informations complémentaires

      1. La thérapie par la musique sur diplomatie.gouv.fr
      2. Pourquoi la musicothérapie est d’une grande aide pour les ados ? : psychologies.com
      3. L’influence positive de la musique sur mariefrance.fr

OSDT.

Ecrit par : Camille
Publié le samedi 21 septembre 2019


Rédactrice passionnée par la diététique, Camille s'est spécialisée dans les programmes minceur. Grande amatrice de psychologie et de naturopathie, Camille propose dans ses articles OSDT des astuces pour lier santé et beauté au quotidien. Pour elle : "Chaque étape de la vie constitue une expérience enrichissante !"

Découvrez nos rédacteurs professionnels de santé

En savoir plus sur nos rédacteurs nutritionnistes, professionnels de santé

Suivez-nous

Gardons le contact

Vous aimez OSDT ?

Restez informé de toutes les actualités Santé, en recevant une notification directement dans votre boîte e-mail.



On Se Dit Tout ! Racontez votre histoire

Notre vécu a une richesse inestimable. Il peut inspirer aussi d’autres personnes, inquiètes, en questionnement, à la recherche de sens…

OSDT c’est plus qu’un magazine, c’est un lieu pour partager nos histoires de vie.


Informations importantes pour le lecteur

Santépratique.fr a pour vocation d'informer, sensibiliser et divertir ses lecteurs autour des domaines de la santé, de la psychologie, de la nutrition et du bien être. Notre volonté, insufflée dans notre ligne éditoriale, est de donner de l’autonomie à nos lecteurs, prendre en main leur santé, leur bien être physique et psychique. Cette prise d’autonomie passe par la responsabilité de soi et de ses actes.
Nous nous efforçons de fournir un contenu de qualité et vérifié, mais il ne remplace aucunement l'avis du professionnel de santé compétant pour répondre à vos questions et pour fournir des solutions préventives ou curatives à vos besoins.
Les informations du site santepratique.fr ne constituent, en aucun cas, une consultation d’ordre médical et/ou un quelconque diagnostic et/ou une promotion pour des médicaments, dispositifs médicaux ou traitement. Il en est de même pour tout contenu certifié par l'un de nos professionnels de santé publiant un article sur santepratique.fr.
Il appartient à tout utilisateur de vérifier nos informations, de recouper des avis, et surtout de consulter un professionnel de santé compétent (médecin généraliste ou spécialisé, nutritionniste, gynécologue, sage-femme, kinésithérapeute, etc ) pour tout besoin rencontré.
Si vous constatez une erreur dans nos articles, nous vous encourageons à nous contacter et à nous les signaler. Cela nous permettra d’améliorer la fiabilité et la qualité de notre engagement à vos cotés ! Contactez-nous via ce formulaire.

Editeur

Science & Bien-être logo
Santé Pratique est édité par Science & Bien-être, de la société Les Editions De La Main Bleue.