Fécondation in-vitro, deuxième chance pour ceux qui veulent des enfants

Qu’est-ce que la fécondation in-vitro ?

La fécondation in-vitro (FIV) est une série complexe de procédures utilisées pour aider à la fertilité ou prévenir les problèmes génétiques et aider à la conception d’un enfant.

Pendant la FIV, les ovules matures sont prélevés dans les ovaires et fécondés par les spermatozoïdes dans un laboratoire. Ensuite, on transfert l’ovule fécondé (embryon) dans un utérus. Un cycle complet de FIV dure environ trois semaines. Parfois, on peut diviser ces étapes en différentes parties. Cependant, le processus prendra plus de temps.

Comment se passe l’intervention de la FIV ?

La FIV est la forme la plus efficace de technologie de reproduction assistée. L’intervention peut se faire avec vos propres ovules et le sperme de votre partenaire. Ou la FIV peut impliquer des ovules, du sperme ou des embryons d’un donneur connu ou anonyme. Dans certains cas, on peut avoir recours à une porteuse gestationnel.

Vos chances d’avoir un bébé en bonne santé en utilisant la FIV dépendent de nombreux facteurs, tels que votre âge et la cause de l’infertilité. De plus, la FIV peut prendre beaucoup de temps, être coûteuse et invasive. Si plus d’un embryon est transféré dans votre utérus, la FIV peut entraîner une grossesse avec plus d’un fœtus (grossesse multiple).

Votre médecin peut vous aider à comprendre le fonctionnement de la FIV, les risques potentiels et si cette méthode de traitement de l’infertilité vous convient.

fécondation in-vitro
fécondation in-vitro Crédit photo : © pixabay

Pourquoi c’est fait ?

La fécondation in vitro (FIV) est un traitement de l’infertilité ou des problèmes génétiques. Si la FIV est pratiquée pour traiter l’infertilité, vous et votre partenaire pourriez être en mesure d’essayer des options de traitement moins invasives avant d’essayer la FIV, y compris des médicaments de fertilité pour augmenter la production d’ovules ou l’insémination intra-utérine – une procédure dans laquelle le sperme est placé directement dans votre utérus au moment de l’ovulation.

Parfois, la FIV est offerte comme traitement primaire de l’infertilité chez les femmes de plus de 40 ans. La FIV peut également être pratiquée si vous avez certains problèmes de santé. Par exemple, la FIV peut être une option si vous ou votre partenaire en avez une ou des :

  • Lésion ou obstruction des trompes de Fallope

L’endommagement ou l’obstruction des trompes de Fallope rend difficile la fécondation d’un ovule ou le déplacement d’un embryon dans l’utérus.

  • Troubles de l’ovulation

Si l’ovulation est peu fréquente ou absente, il y a moins d’ovules disponibles pour la fécondation.

  • Endométriose

L’endométriose se produit lorsque le tissu utérin s’implante et se développe à l’extérieur de l’utérus. Il affecte souvent la fonction des ovaires, de l’utérus et des trompes de Fallope.

  • Fibromes utérins

Les fibromes sont des tumeurs bénignes dans la paroi de l’utérus et sont communs chez les femmes dans la trentaine et la quarantaine. Les fibromes peuvent interférer avec l’implantation de l’ovule fécondé.

  • Stérilisation ou retrait antérieur des trompes

La FIV peut être une alternative à la ligature inverse des trompes. La ligatures des trompes est un type de stérilisation par lequel vos trompes de Fallope sont coupées ou obstruées pour prévenir définitivement la grossesse. Cela signifie que si vous avez subi une ligature des trompes antérieurement et que vous voulez concevoir, la FIV peut vous aider.

  • Diminution de la production ou de la fonction des spermatozoïdes

Une concentration de spermatozoïdes inférieure à la moyenne, un faible mouvement des spermatozoïdes (mobilité réduite) ou des anomalies dans la taille et la forme des spermatozoïdes peuvent rendre difficile la fécondation d’un ovule. Si des anomalies du sperme sont détectées, votre partenaire pourrait avoir besoin de consulter un spécialiste pour déterminer s’il existe des problèmes à corriger ou des problèmes de santé sous-jacents.

  • Infertilité inexpliquée

L’infertilité inexpliquée signifie qu’aucune cause d’infertilité n’a été trouvée malgré l’évaluation des causes communes.

  • Une maladie génétique

Si vous ou votre partenaire risquez de transmettre une maladie génétique à votre enfant, vous pourriez être candidat à un test génétique préimplantatoire – une procédure qui implique une FIV. Une fois les œufs récoltés et fécondés, on les soumet à un dépistage de certains problèmes génétiques. Néanmoins, tous les problèmes génétiques ne peuvent pas être détectés. Les embryons qui ne contiennent pas de problèmes identifiés peuvent être transférés dans l’utérus.

  • Préservation de la fertilité pour le cancer ou d’autres problèmes de santé

Si vous êtes sur le point de commencer un traitement contre le cancer comme la radiothérapie ou la chimiothérapie, qui pourrait nuire à votre fertilité, la FIV, pour préserver votre fertilité, pourrait être une option. Les femmes peuvent faire prélever des ovules de leurs ovaires et les congeler dans un état non fécondé pour une utilisation ultérieure. Ou bien les ovules peuvent être fécondés et congelés comme embryons pour une utilisation future.

Les femmes qui n’ont pas d’utérus fonctionnel ou pour qui la grossesse présente un risque sérieux pour la santé peuvent choisir la FIV en utilisant une autre personne pour mener la grossesse (porteuse gestationnelle). Dans ce cas, les ovules de la femme sont fécondés avec du sperme, mais les embryons résultants sont placés dans l’utérus du porteur gestationnel.

Les risques

Les risques de FIV incluent :

  • Naissances multiples

La FIV augmente le risque de naissances multiples si plus d’un embryon est transféré à votre utérus. Une grossesse avec plusieurs fœtus comporte un risque plus élevé d’accouchement précoce et d’insuffisance pondérale à la naissance qu’une grossesse avec un seul fœtus.

  • Accouchement prématuré et faible poids à la naissance

La recherche suggère que la FIV augmente légèrement le risque que le bébé naisse tôt ou ait un faible poids à la naissance.

  • Syndrome d’hyperstimulation ovarienne

L’utilisation de médicaments injectables pour la fertilité, comme la gonadotrophine chorionique humaine (HCG), pour induire l’ovulation peut provoquer un syndrome d’hyperstimulation ovarienne, dans lequel vos ovaires deviennent gonflés et douloureux. Les symptômes durent généralement une semaine et comprennent de légères douleurs abdominales, des ballonnements, des nausées, des vomissements et de la diarrhée. Cependant, si vous tombez enceinte, vos symptômes peuvent durer plusieurs semaines. Rarement, il est possible de développer une forme plus sévère du syndrome d’hyperstimulation ovarienne qui peut aussi causer un gain de poids rapide et un essoufflement.

  • Fausse couche

Le taux de fausses couches chez les femmes qui ont recours à la FIV avec des embryons frais est semblable à celui des femmes qui conçoivent naturellement – environ 15 % à 25 % – mais ce taux augmente avec l’âge maternel.

  • Complications de la procédure de prélèvement d’ovules

L’utilisation d’une aiguille d’aspiration pour recueillir les ovules pourrait causer des saignements, une infection ou des dommages à l’intestin, à la vessie ou à un vaisseau sanguin. Les risques sont également associés à la sédation et à l’anesthésie générale, le cas échéant.

  • Grossesse extra-utérine

Environ 2% à 5% des femmes qui utilisent la FIV auront une grossesse extra-utérine – lorsque l’œuf fécondé s’implante en dehors de l’utérus, généralement dans une trompe de Fallope. L’ovule fécondé ne peut pas survivre en dehors de l’utérus, et il n’y a aucun moyen de poursuivre la grossesse.

  • Malformations congénitales

L’âge de la mère est le principal facteur de risque dans le développement de malformations congénitales, peu importe la façon dont l’enfant est conçu. D’autres recherches sont nécessaires pour déterminer si les bébés conçus à l’aide de la FIV pourraient être exposés à un risque accru de certaines anomalies congénitales.

  • Cancer

Bien que certaines études antérieures aient suggéré qu’il pourrait y avoir un lien entre certains médicaments utilisés pour stimuler la croissance des ovules et le développement d’un type particulier de tumeur ovarienne, des études plus récentes ne soutiennent pas ces résultats. Il ne semble pas y avoir de risque significativement accru de cancer du sein, de l’endomètre, du col de l’utérus ou de l’ovaire après une FIV.

  • Stress

L’utilisation de la FIV peut être épuisante sur les plans financier, physique et émotionnel. Le soutien des conseillers, de la famille et des amis peut vous aider, vous et votre partenaire, à traverser les hauts et les bas du traitement de l’infertilité.

Comment vous vous préparez à une FIV ?

Lorsque vous choisissez une clinique de fécondation in-vitro (FIV), gardez à l’esprit que le taux de réussite d’une clinique dépend de nombreux facteurs, tels que l’âge et les problèmes médicaux des patients, ainsi que la population et les approches thérapeutiques de la clinique. Demandez des informations détaillées sur les coûts associés à chaque étape de la procédure.

Avant d’entamer un cycle de fécondation in-vitro, où vous et votre partenaire utiliserez vos ovules et spermatozoïdes, vous aurez besoin de divers dépistages, notamment :

  • Test de réserve ovarienne

Pour déterminer la quantité et la qualité de vos ovules, votre médecin pourrait tester la concentration d’hormone folliculostimulante (FSH), d’œstradiol (œstrogène) et d’hormones anti-mullerienne dans votre sang pendant les premiers jours du cycle menstruel. Les résultats des tests, plus l’échographie de vos ovaires, peuvent aider à prédire comment vos ovaires réagiront aux médicaments contre l’infertilité.

  • Analyse de sperme

Votre médecin effectuera une analyse de sperme avant le début d’un cycle de traitement de FIV si ça n’a pas été fait au préalable.

  • Dépistage des maladies infectieuses

Vous et votre partenaire serez tous les deux soumis à un dépistage des maladies infectieuses, y compris le VIH.

  • Pratiquer le transfert (fictif) d’embryons

Votre médecin pourrait effectuer un faux transfert d’embryon pour déterminer la profondeur de votre cavité utérine et la technique la plus susceptible de réussir à placer les embryons dans votre utérus.

  • Examen utérin

Votre médecin examinera la paroi interne de l’utérus avant de commencer la FIV à l’aide d’une échographie. Il peut aussi choirisir une hystéroscopie. C’est un procédé quand lequel un télescope mince, flexible et éclairé (hystéroscope) est inséré dans l’utérus à travers votre vagin et votre col de l’utérus.

Avant d’entreprendre un cycle de FIV, examinez des questions importantes, notamment :

  • Combien d’embryons seront transférés ? Le nombre d’embryons transférés est généralement basé sur l’âge et le nombre d’ovules prélevés. Comme le taux d’implantation est plus faible chez les femmes âgées, un plus grand nombre d’embryons sont habituellement transférés, sauf chez les femmes qui utilisent des ovules de donneuses ou des embryons génétiquement testés.
  • La plupart des médecins suivent des directives spécifiques pour prévenir une grossesse multiple d’ordre supérieur – triplets ou plus – et dans certains pays, la législation limite le nombre d’embryons qui peuvent être transférés. Assurez-vous de vous entendre avec votre médecin sur le nombre d’embryons qui seront transférés avant la procédure de transfert.

Que ferez-vous avec des embryons supplémentaires ?

Les embryons supplémentaires peuvent être congelés et conservés pour une utilisation future pendant plusieurs années. Tous les embryons ne survivront pas à la congélation et à la décongélation, mais la plupart survivront.

La cryopréservation peut rendre les futurs cycles de FIV moins coûteux et moins invasifs. Vous pouvez également faire don d’embryons congelés inutilisés à un autre couple ou à un centre de recherche. Vous pouvez également choisir de jeter les embryons inutilisés.

Comment gérerez-vous une grossesse multiple ?

Si plus d’un embryon est transféré dans votre utérus, la Fécondation in-vitro peut entraîner une grossesse multiple ce qui pose des risques pour votre santé et celle de votre bébé. Dans certains cas, la réduction fœtale peut être utilisée pour aider une femme à accoucher moins de bébés avec moins de risques pour la santé. La poursuite de la réduction fœtale, cependant, est une décision majeure avec des conséquences éthiques, émotionnelles et psychologiques.

Et les complications éventuelles ?

Avez-vous envisagé les complications potentielles associées à l’utilisation d’ovules, de spermatozoïdes ou d’embryons de donneuses, ou d’un porteur gestationnel ? Un conseiller spécialisé dans les questions relatives aux donneurs peut vous aider à comprendre les préoccupations, comme les droits légaux du donneur. Vous aurez peut-être aussi besoin d’un avocat pour déposer des documents judiciaires qui vous aideront à devenir les parents légaux d’un embryon implanté.

Ce à quoi vous pouvez vous attendre lors d’une fécondation in-vitro

La Fécondation in-vitro comporte plusieurs étapes – stimulation ovarienne, prélèvement d’ovules, prélèvement de spermatozoïdes, fécondation et transfert d’embryons. Un cycle de FIV peut prendre environ deux à trois semaines, et plus d’un cycle peut être nécessaire.

Si vous utilisez vos propres ovules pendant la FIV, au début d’un cycle, vous commencerez le traitement avec des hormones synthétiques pour stimuler vos ovaires à produire plusieurs ovules – plutôt que l’œuf unique qui se développe normalement chaque mois. Plusieurs œufs sont nécessaires parce que certains œufs ne se fécondent pas ou ne se développent pas normalement après la fécondation.

Vous pouvez avoir besoin de plusieurs médicaments différents,  :

  • Pour la stimulation ovarienne

Pour stimuler vos ovaires, vous pourriez recevoir un médicament injectable contenant une hormone folliculostimulante (FSH), une hormone lutéinisante (LH) ou une combinaison des deux. Ces médicaments stimulent le développement de plus d’un ovule à la fois.

  • Pour la maturation des ovocytes

Lorsque les follicules sont prêts pour le prélèvement des ovules – généralement après 8 à 14 jours – vous prendrez de la gonadotrophine chorionique humaine (HCG) ou d’autres médicaments pour aider les ovules à mûrir.

  • Afin de prévenir l’ovulation prématurée.

Ces médicaments empêchent votre corps de libérer les ovules en développement trop tôt.

  • Pour préparer la muqueuse de l’utérus.

Le jour du prélèvement des ovules ou au moment du transfert de l’embryon, votre médecin pourrait vous recommander de commencer à prendre des suppléments de progestérone pour rendre la paroi de votre utérus plus réceptive à l’implantation.

Votre médecin travaillera avec vous pour déterminer quels médicaments utiliser et quand les prendre.

En général, vous aurez besoin d’une à deux semaines de stimulation ovarienne avant que vos ovules ne soient prêts à être prélevés. C’est votre médecin qui détermine si les ovules sont prêts à être prélevés en faisant :

  • Échographie vaginale :

Examen par imagerie de vos ovaires pour surveiller le développement des follicules – sacs ovariens remplis de liquide où les ovules mûrissent.

  • Analyses sanguines :

Pour mesurer votre réponse aux médicaments de stimulation ovarienne – les taux d’œstrogènes augmentent généralement à mesure que les follicules se développent et les taux de progestérone restent faibles jusqu’après l’ovulation.

Parfois, les cycles de Fécondation in-vitro doivent être annulés avant le prélèvement des ovules pour l’une de ces raisons :

  • Nombre insuffisant de follicules en développement
  • Ovulation prématurée
  • Trop de follicules se développent, créant un risque de syndrome d’hyperstimulation ovarienne.
  • Autres questions médicales

Si votre cycle est annulé, votre médecin pourrait vous recommander de changer vos médicaments ou leurs doses pour favoriser une meilleure réponse lors des prochains cycles de fécondation in-vitro. On peut aussi vous aviser que vous avez besoin d’une donneuse d’ovules.

Prélèvement d’ovules

Le prélèvement des ovules peut se faire au cabinet de votre médecin ou dans une clinique de 34 à 36 heures après la dernière injection et avant l’ovulation.

  • Pendant le prélèvement des ovules, on vous donnera des sédatifs et des analgésiques.
  • L’échographie transvaginale est la méthode de prélèvement habituelle. On identifie les follicules en insérant une sonde à ultrasons. Ensuite, une aiguille fine est insérée dans un guide à ultrasons puis passe à travers le vagin et dans les follicules pour récupérer les ovules.
  • On peut utiliser une échographie abdominale pour guider l’aiguille si les ovaires ne sont pas accessibles par échographie transvaginale.
  • Grâce à une aiguille reliée à un dispositif d’aspiration, on prélève les ovocytes des follicules. Une vingtaine de minutes suffit à prélever plusieurs oeufs.
  • Après le prélèvement des ovules, vous pouvez ressentir des crampes et des sensations de satiété ou de pression.
  • On place les oeufs matures dans un liquide nutritif et incubés. Pour tenter de créer des embryons, on mélange du sperme avec les oeufs qui semblent sains et matures. Cependant, tous les œufs ne peuvent pas être fécondés avec succès.

Prélèvement de sperme

Si vous utilisez le sperme de votre partenaire, il fournira un échantillon de sperme au cabinet de votre médecin ou dans une clinique par masturbation le matin du prélèvement des ovules. D’autres méthodes, comme l’aspiration testiculaire, l’utilisation d’une aiguille ou une intervention chirurgicale pour extraire le sperme directement du testicule sont parfois nécessaires. On peut également utiliser le sperme de donneur. On sépare les spermatozoïdes du liquide séminale en laboratoire.

Fertilisation

Il existe deux méthodes communes que l’on peut utiliser lors de la fécondation :

  • Insémination conventionnelle.

On mélange et incube le sperme sain et les ovules matures pendant la nuit lors de l’insémination conventionnelle.

  • Injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI).
  • Dans l’ICSI, un seul spermatozoïde sain est injecté directement dans chaque ovule mature. ICSI est souvent utilisé lorsque la qualité ou le nombre de sperme est un problème. On l’utilise également si les tentatives de fécondation au cours des cycles de Fécondation in-vitro précédents ont échoué.

Dans certaines situations, votre médecin peut recommander d’autres procédures avant le transfert d’embryons.

  • Éclosion assistée

Environ cinq à six jours après la fécondation, un embryon « éclos » de sa membrane environnante (zona pellucida), ce qui lui permet de s’implanter dans la paroi de l’utérus. Si vous êtes une femme plus âgée, ou si vous avez eu plusieurs tentatives de Fécondation in-vitro qui ont échoué, votre médecin pourrait recommander l’éclosion assistée. Cette technique à faire un trou dans la zone pellucide juste avant le transfert pour aider l’éclosion et l’implantation d’embryons. L’éclosion assistée est également utile pour les ovules ou les embryons qui ont déjà été congelés, car le processus peut durcir la zona pellucida.

  • Tests génétiques préimplantatoires.

Après 5-6 jours de développement, on prélève puis teste des embryons pour les maladies génétiques spécifiques. On tranfèrera dans votre utérus les embryions sans gènes ni chromosones affectés. Bien que les tests génétiques préimplantatoires puissent réduire la probabilité qu’un parent transmette un problème génétique, ils ne peuvent éliminer le risque. On peut encore recommander dépistage prénatal.

Transfert d’embryons

Le transfert d’embryons se fait au cabinet de votre médecin ou dans une clinique. Il a généralement lieu deux à cinq jours après le prélèvement des ovules.

  • Vous pourriez recevoir un léger sédatif. L’intervention est généralement indolore, bien que vous puissiez ressentir de légères crampes.
  • Le médecin insérera un tube long, mince et flexible appelé cathéter dans votre vagin.
  • On fixe à l’extrémité du cathéter une seringue qui contient un ou plusieurs embryons en suspension dans une petite quantité de liquide.
  • À l’aide de la seringue, le médecin place l’embryon ou les embryons dans votre utérus.
fécondation in-vitro
Crédits photo :
www.doctissimi.fr

En cas de succès, un embryon s’implantera dans la muqueuse de l’utérus. Cela se situe à environ une semaine après le prélèvement des ovules.

Après l’intervention

Après le transfert d’embryon, vous pouvez reprendre vos activités quotidiennes normales. Cependant, vos ovaires peuvent encore être hypertrophiés. Envisagez d’éviter les activités vigoureuses qui pourraient causer de l’inconfort.

Les effets secondaires typiques incluent :

  • Perte sanguinolante peu de temps après l’intervention. En cause : le frottis avant le transfert de l’embryon.
  • Sensibilité des seins due à des niveaux élevés d’œstrogènes
  • Ballonnements légers
  • Légère crampe
  • Constipation

Si vous ressentez une douleur après le transfert de l’embryon, communiquez avec votre médecin. Il ou elle vous évaluera pour des complications. Ces complications incluent une infection ou la torsion d’un ovaire. Ou encore le syndrome d’hyperstimulation ovarienne sévère.

Résultats de la fécondation in-vitro

Environ deux semaines après le prélèvement des ovules, votre médecin analysera un échantillon de votre sang. Ceci pour déterminer si vous êtes enceinte.

  • Si vous êtes enceinte :

votre médecin vous dirigera vers un obstétricien ou un autre spécialiste de la grossesse pour des soins prénatals.

  • Par contre, si vous n’êtes pas enceinte :

Vous cesserez de prendre de la progestérone et aurez probablement vos règles dans la semaine. Cependant, si vous n’avez pas vos règles ou si vous avez des saignements inhabituels, contactez votre médecin.  Enfin, vous pouvez tenter un autre cycle de fécondation in-vitro. Votre médecin peut suggérer des mesures que vous pouvez prendre pour améliorer vos chances de tomber enceinte par FIV.

Les chances de donner naissance à un bébé en bonne santé après avoir utilisé la FIV dépendent de divers facteurs. Notamment :

  • Âge de la mère

Plus vous êtes jeune, plus vous avez de chances de tomber enceinte. C’est pourquoi, si vous avez plus de 41 ans, envisagez d’utiliser des ovules de donneuses pour augmenter vos chances.

  • Statut de l’embryon.

Plus l’embryon implanté sera développé, plus les chances de tomber enceinte sera élevé. Cependant, tous les embryons ne survivent pas au processus de développement. Discutez de votre situation particulière avec votre médecin ou un autre fournisseur de soins.

  • Histoire de la reproduction.

Les femmes qui ont déjà accouché sont plus susceptibles d’être enceintes en utilisant la Fécondation in-vitro. Les taux de réussite sont plus faibles chez les femmes qui ont déjà eu recours à la FIV plusieurs fois sans succès.

  • Cause de l’infertilité.

Avoir une réserve normale d’ovules augmente vos chances de tomber enceinte en utilisant la Fécondation in-vitro. Aussi, les femmes qui souffrent d’endométriose grave sont moins susceptibles de tomber enceintes en utilisant la FIV que les femmes qui ont une infertilité inexpliquée.

  • Facteurs liés au mode de vie.

Les femmes qui fument ont généralement moins d’ovules prélevés pendant la FIV et peuvent faire des fausses couches plus souvent. En effet, le tabagisme peut réduire de 50 % les chances de succès d’une femme qui utilise la Fécondation in-vitro. L’obésité peut également diminuer vos chances de tomber enceinte et d’avoir un bébé. La consommation d’alcool, de drogues récréatives, de caféine excessive et de certains médicaments peut également être nocive.

Discutez avec votre médecin de tous les facteurs qui s’appliquent à vous. Discutez également de la façon dont ils peuvent influer sur vos chances de réussir une grossesse.

Ecrit par : Diana

Nutritionniste et grande lectrice de contenus sur la santé et le bien-être à ses heures, Diana nous livre ses conseils en matière d'alimentation et nous dévoile la face cachée de certains aliments et nutriments. Retrouvez-la sur OSDT pour parler fruit, légume, matière grasse, vitamine, complément alimentaire et bien plus encore. Diana vous fera découvrir les bienfaits de nombreuses denrées alimentaires que vous pouvez consommer au quotidien. De nombreuses recettes vous attendent également, n’hésitez pas à en profiter !

Mis à jour le mardi 9 juillet 2019

Commentez

Il n'y a pas de commentaire sur cet article

On se dit tout ! Racontez votre histoire

Notre vécu a une richesse inestimable.

Il permet de prendre du recul sur notre vie et de comprendre là où l’on souhaite aller.

Il peut inspirer aussi d’autres personnes, inquiètes, en questionnement, à la recherche de sens…

OSDT c’est plus qu’un magazine, c’est un lieu pour partager nos histoires de vie.

On se dit tout sur les réseaux sociaux