La fausse couche : les signes, la cause et ses différents types

Questions santé : Comment definit-on une fausse couche ? Quels sont les signes alarmantes d'une fausse couche ? Quels sont les causes d'une fausse couche ? Quels sont les différents types de fausse couche ?

Mis à jour le : 17 décembre 2019

Selon l’OMS, une fausse couche est définie comme étant un échec de grossesse survenant avant la 20ème semaine de gestation et que le fœtus pèse moins de 500 grammes.

D’autres chercheurs affirme qu’une fausse couche est l’arrêt spontané ou provoqué de la gestation avant la semaine 20 de la grossesse mais que le foetus n’est pas viable en dehors de l’utérus de sa mère. Une fausse couche est aussi appelée “avortement spontané” ou naturel en rapport avec l’interruption de la grossesse.

Une fausse couche peut aussi se produire au cours du deuxième trimestre de grossesse, dans ce cas, on a à faire à une “fausse couche tardive”.

Les fausses couches touchent environ 15 % des femmes et sans même qu’elles le sachent.

Les signes d’une fausse couche

Les principaux symptômes sont la métrorragie ou saignement vaginaux accompagné de crampes pelviennes qui sont en réalités des contractions utérines.

Il faut noter quand même que tous les saignements ne sont pas signe de fausse couche car ils peuvent être Cependant, il vaut mieux consulter son gynécologue pour une investigation.

Une douleur abdominale et/ou dorsale peut accompagner les crampes, elle peut être très vive et constante ou intermittente.

Les saignements peuvent être légers à abondants et accompagnés de caillot ou des tissus du foetus ou du placenta.

La femme est fébrile et il se peut même qu’elle a des frissons.

Les causes des fausses couches

Les spécialistes avancent une hypothèse que les fausses couches seraient dues à des problèmes génétiques de l’embryon, indépendamment de la mère. Ainsi, ils ne peuvent pas se développer normalement ou même être viable après la naissance.

Certaines pathologies conduisent aussi à une fausse couche comme le diabète et les infections bactériennes ou virales qui se transmettent par la voie placentaire.

Autres causes aussi, les problèmes hormonaux, les problèmes liés à la thyroïde, les pathologies liées à l’utérus de la mère.

Les facteurs de risque de fausses couches

Un risque plus élevée de fausse couche survient si :

  • La femme est enceinte à partir d’un certain âge ( > 38 ans )
  • Si la femme a fait plus de 4 fausses couches
  • Elle fume plus de 5 cigarettes par jour
  • Si elle est une alcoolique ou consomme de la drogue
  • Elle est exposée à des rayonnements
  • La femme présente des anomalies au niveau de l’utérus
  • La femme prenait des AINS au moment de la conception

Anomalie de l’utérus

Les fausses couches surviennent aussi suite à une insuffisance cervicale de la mère.

L’insuffisance cervicale appelée aussi incompétence cervicale est la faiblesse constitutionnelle ou acquise des tissus du col de l’utérus amenant à sa dilatation et à l’expulsion du foetus.

Cette fausse couche contrairement à la première se déroule normalement au cours du second trimestre de grossesse et ne présente que très peu de symptômes.

La femme aura comme une envie d’uriner puis la poche des eaux va se rompre puis le foetus accompagné du placenta vont sortir d’eux-même.

Cependant, cet anomalie peut être diagnostiquer à temps et le gynécologue entreprendra à un cerclage du col de l’utérus. Le cerclage se fait grâce à une suture du col de l’utérus et évitera ainsi la fausse couche.

Les différents type de fausses couches

  • Selon la fréquence

    • Fausse couche sporadique qui se fait de façon isolée
    • Fausse couche récurrente c’est-à-dire se fait de façon répétée quand la femme fait 3 fausses couches successives ou non consécutives
  • Selon l’âge de la grossesse

    • Fausse couche sub-clinique : grossesse inaperçue car elle se fait entre la conception et l’implantation de l’oeuf
    • La fausse couche clinique : Survient quand la grossesse est confirmée
    • La fausse couche précoce : Se déroule avant les 10 semaines de grosses
    • Et enfin la fausse couche tardive : arrivée entre 15ème et 25 ème SA
  • Selon l’aspect du sac embryonnaire

    Ce type ne voit qu’à l’aide d’une échographie

    • oeuf clair dont le sac est anembryonnaire. L’embryon ne se trouve pas dans le sac embryonnaire. Plus précisément, le sac embryonnaire est vide. Selon les spécialistes, il y a eu arrêt précoce du développement de l’embryon.
    • Grossesse interrompue : dans ce cas, le sac est embryonné mais par rapport à l’oeuf clair, l’arrêt du développement est plus tardif. Le coeur de l’embryon ne bat plus.
  • Selon la variété clinique

    On distingue  la fausse couche :

    • Complète : après arrêt de la grossesse, le fœtus ainsi que le placenta sont expulsés de l’utérus. Dans ce cas, aucun traitement n’est utile car le saignement est minime et le col de l’utérus s’est refermé.
    • Incomplète : la plupart ou les produits de conception ne sont pas expulsés. Donc, le gynécologue doit pratiquer un curetage pour enlever le reste du contenu de l’utérus. Ceci pour éviter une hémorragie ou infections qui engagent le pronostic vital de la mère.
    • Différée manquée : le foetus n’est plus viable, les signes de grossesses disparaissent. Ce type arrive le plus souvent vers la 15ème semaine d’aménorrhée. le traitement adapté serai aussi un curetage du sac gestationnel.
    • A ovule interrompue: Dans ce cas précis, l’ovule a été fécondée mais l’embryon ne s’est pas formé. La grossesse est passée inaperçue et le tout sera éliminé lors des périodes de règle.
    • Menace d’avortement : la femme présente des saignements mais le foetus est encore viable et présent dans l’utérus de la mère.

La fausse couche thérapeutique ou avortement thérapeutique

L’avortement doit se faire surtout pour des raisons médicales.

  • S’il y a engagement du pronostic vital c’est-à-dire que la vie de la mère est en danger.
  • Si le foetus a des problèmes génétiques ou maladie congénitale ou malformation
  • En présence qu’une grossesse extra-utérine qui présente les mêmes signes qu’une fausse couche. L’embryon ne se développe pas dans l’utérus mais dans les trompes de Fallope.

OSDT.

Ecrit par : Adélaïde
Publié le mardi 2 juillet 2019


Journaliste nutrition et santé, Adélaïde est là pour nous parler des pathologies courantes ; quelles en sont les causes et comment les traiter.
Elle est passionnée par la pharmacologie, la psychologie et la physiologie.

Découvrez nos rédacteurs professionnels de santé

En savoir plus sur nos rédacteurs nutritionnistes, professionnels de santé

Suivez-nous

Gardons le contact

Vous aimez OSDT ?

Restez informé de toutes les actualités Santé, en recevant une notification directement dans votre boîte e-mail.



On Se Dit Tout ! Racontez votre histoire

Notre vécu a une richesse inestimable. Il peut inspirer aussi d’autres personnes, inquiètes, en questionnement, à la recherche de sens…

OSDT c’est plus qu’un magazine, c’est un lieu pour partager nos histoires de vie.


Informations importantes pour le lecteur

Santépratique.fr a pour vocation d'informer, sensibiliser et divertir ses lecteurs autour des domaines de la santé, de la psychologie, de la nutrition et du bien être. Notre volonté, insufflée dans notre ligne éditoriale, est de donner de l’autonomie à nos lecteurs, prendre en main leur santé, leur bien être physique et psychique. Cette prise d’autonomie passe par la responsabilité de soi et de ses actes.
Nous nous efforçons de fournir un contenu de qualité et vérifié, mais il ne remplace aucunement l'avis du professionnel de santé compétant pour répondre à vos questions et pour fournir des solutions préventives ou curatives à vos besoins.
Les informations du site santepratique.fr ne constituent, en aucun cas, une consultation d’ordre médical et/ou un quelconque diagnostic et/ou une promotion pour des médicaments, dispositifs médicaux ou traitement. Il en est de même pour tout contenu certifié par l'un de nos professionnels de santé publiant un article sur santepratique.fr.
Il appartient à tout utilisateur de vérifier nos informations, de recouper des avis, et surtout de consulter un professionnel de santé compétent (médecin généraliste ou spécialisé, nutritionniste, gynécologue, sage-femme, kinésithérapeute, etc ) pour tout besoin rencontré.
Si vous constatez une erreur dans nos articles, nous vous encourageons à nous contacter et à nous les signaler. Cela nous permettra d’améliorer la fiabilité et la qualité de notre engagement à vos cotés ! Contactez-nous via ce formulaire.

Editeur

Science & Bien-être logo
Santé Pratique est édité par Science & Bien-être, de la société Les Editions De La Main Bleue.