La nymphoplastie : pourquoi, pour qui, comment ?

Questions santé : Comment se passe une nymphoplastie (ou labiaplastie) ?

Mis à jour le : 30 août 2020

Avec l’augmentation depuis quelques années de l’exposition du corps féminin dans les magazines, les films, internet, etc., les femmes sont de plus en plus conscientes des différences anatomiques génitales et peuvent facilement faire des comparaisons. La nymphoplastie est une intervention chirurgicale visant à corriger une hypertrophie des petites lèvres vaginales. Vous souhaitez harmoniser la forme et/ou la taille de vos lèvres vaginales ? Vous vous demandez si vous devez recourir à une nymphoplastie ? OSDT vous dit tout ce qu’il y a à savoir sur cette opération chirurgicale.

Ce que vous devez savoir sur la nymphoplastie

Le but d’une nymphoplastie est de réduire la taille des petites lèvres, de corriger toute asymétrie majeure et, si nécessaire, de réduire les extensions de chaque côté du clitoris. L’objectif de cette opération esthétique est d’obtenir une vulve harmonieuse avec une taille de petites lèvres en cohérence avec celle des grandes lèvres.

L’hypertrophie des petites lèvres peut causer un inconfort fonctionnel et esthétique. Cela peut avoir un impact sur :

  • votre hygiène intime,
  • votre confort lorsque vous vous habillez avec des vêtements serrés,
  • vos relations sexuelles,
  • mais aussi affecter la perception que vous avez de vous-même en tant que femme.

Ainsi, il n’est pas rare que des patientes aient recours à cette chirurgie plastique pour effacer leur complexe. C’est la raison pour laquelle de plus en plus de femmes souhaitent avoir recours à la nymphoplastie ou labiaplastie. En France, les premiers chiffres révélés par Le Parisien, montrent que 4600 femmes, de tout âge, ont eu recours à cette opération en 2016 contre 193 600 dans le monde. (1)

Dans certains cas, l’hypertrophie labiale peut être congénitale ou acquise par une irritation chronique, une prise de poids extrême ou l’action d’une hormone endogène ou exogène.

Bien qu’il n’existe pas de règle anatomique établie concernant la taille des petites lèvres, “la norme communément admise” repose sur le concept selon lequel :

  • les petites lèvres doivent être couvertes par les grandes lèvres,
  • les lèvres vaginales doivent converger vers le haut et couvrir partiellement le clitoris lorsque la patiente est examinée dans une position anatomique, c’est-à-dire avec les jambes levées.

La perception du corps est intimement liée à l’estime de soi. Ces considérations sont des facteurs importants en matière d’émancipation sexuelle ou de bien-être psychologique, notamment au sein du couple.

Dans un article de Libération, Sara Piazza, psychologue, nous confie :

Elles veulent être dans la norme, mais y a-t-il une norme ? Une jeune femme nous disait : “Je voudrais que ce soit plus net, plus propre, carré.” Sara Piazza ajoute : “L’une m’a dit après l’intervention : “Maintenant, je n’y pense plus.

C’est souvent le cas. Dans neuf demandes sur dix, selon la chercheuse, les jeunes femmes sont très satisfaites de l’intervention.

À qui s’adresse la nymphoplastie ?

Une nymphoplastie peut être réalisée dès l’âge adulte et sans limite d’âge. L’intervention n’aura pas de conséquences négatives ultérieures sur les rapports sexuels ou l’accouchement.

Les motivations de cette opération sont nombreuses :

  • l’aspect esthétique,
  • les désagréments causés par les vêtements,
  • l’inconfort pendant les exercices physiques,
  • la douleur pendant les rapports sexuels,
  • etc.

Bon à savoir : lorsque la chirurgie labiale est pratiquée pour raison esthétique, elle n’est pas du tout prise en charge par la Sécurité sociale (en moyenne, cette opération coûte autour de 3 000 €).

Comment se passe une nymphoplastie ?

La nymphoplastie (ou labiaplastie) n’est pas une opération très douloureuse. En général, les points de suture résorbables disparaissent spontanément au bout de dix à quinze jours.

Ce n’est pas particulièrement douloureux, en général, on donne des médicaments du premier degré, comme le paracétamol, et souvent cela suffit. J’estime qu’environ 2 à 10 % des patientes ont besoin d’un antalgique au deuxième degré, comme le tramadol”, explique le Dr. Diba Abrar, médecin gynécologue spécialiste de la chirurgie intime.(2)

L’intervention permet d’éliminer l’excès de tissu labial. En général, cette technique chirurgicale consiste à réaliser une résection selon un schéma personnalisé préétabli dont la disposition suit le bord libre de la lèvre.

Cette procédure ne doit pas être considérée comme une simple résection elliptique du tissu excédentaire. Les chirurgiens doivent être conscients des caractéristiques anatomiques particulières de patiente et adapter la procédure chirurgicale au cas par cas.

Attention :

ce n’est pas une intervention anodine. Le chirurgien doit être spécialisé dans cette zone dont il faut parfaitement connaître la vascularisation et l’innervation, sous peine de problèmes de cicatrisation, de douleurs post-opératoires importantes, ou d’un geste trop mutilant”, met en garde le Dr. Rajaonarivelo. (3)

Sources et informations complémentaires

  1. Le boom du “lifting de l’intime” : www.leparisien.fr
  2. Labiaplastie : la chirurgie pour les lèvres de la vulve trop grandes : sante.journaldesfemmes.fr
  3. Vaginoplastie, labioplastie, nymphoplastie : tout ce qu’il faut savoir sur la chirurgie intime au féminin : www.femmeactuelle.fr

OSDT.

Ecrit par : Anaëlle
Publié le lundi 17 août 2020


Journaliste nutrition et santé, Anaëlle est là pour nous parler des pathologies courantes ; quelles en sont les causes et comment les traiter.
Elle est passionnée par la pharmacologie, la psychologie et la physiologie.

Découvrez nos rédacteurs professionnels de santé

En savoir plus sur nos rédacteurs nutritionnistes, professionnels de santé

Suivez-nous

Gardons le contact

Vous aimez OSDT ?

Restez informé de toutes les actualités Santé, en recevant une notification directement dans votre boîte e-mail.



On Se Dit Tout ! Racontez votre histoire

Notre vécu a une richesse inestimable. Il peut inspirer aussi d’autres personnes, inquiètes, en questionnement, à la recherche de sens…

OSDT c’est plus qu’un magazine, c’est un lieu pour partager nos histoires de vie.


Informations importantes pour le lecteur

Santépratique.fr a pour vocation d'informer, sensibiliser et divertir ses lecteurs autour des domaines de la santé, de la psychologie, de la nutrition et du bien être. Notre volonté, insufflée dans notre ligne éditoriale, est de donner de l’autonomie à nos lecteurs, prendre en main leur santé, leur bien être physique et psychique. Cette prise d’autonomie passe par la responsabilité de soi et de ses actes.
Nous nous efforçons de fournir un contenu de qualité et vérifié, mais il ne remplace aucunement l'avis du professionnel de santé compétant pour répondre à vos questions et pour fournir des solutions préventives ou curatives à vos besoins.
Les informations du site santepratique.fr ne constituent, en aucun cas, une consultation d’ordre médical et/ou un quelconque diagnostic et/ou une promotion pour des médicaments, dispositifs médicaux ou traitement. Il en est de même pour tout contenu certifié par l'un de nos professionnels de santé publiant un article sur santepratique.fr.
Il appartient à tout utilisateur de vérifier nos informations, de recouper des avis, et surtout de consulter un professionnel de santé compétent (médecin généraliste ou spécialisé, nutritionniste, gynécologue, sage-femme, kinésithérapeute, etc ) pour tout besoin rencontré.
Si vous constatez une erreur dans nos articles, nous vous encourageons à nous contacter et à nous les signaler. Cela nous permettra d’améliorer la fiabilité et la qualité de notre engagement à vos cotés ! Contactez-nous via ce formulaire.

Editeur

Science & Bien-être logo
Santé Pratique est édité par Science & Bien-être, de la société Les Editions De La Main Bleue.