L’interdépendance de la médecine du travail et l’OIT

La création de l’OIT

L’Organisation internationale du Travail (OIT) a été créée par la Conférence de paix de 1919 qui a suivi la Première Guerre mondiale. Sa constitution originale, qui faisait partie du Traité de Versailles, l’a établie le 11 avril 1919 comme organisation autonome associée à la Société des Nations.

Une déclaration faite dans le préambule de la Constitution –  » Il existe des conditions de travail si injustes, si pénibles et si pénibles pour un grand nombre de personnes qu’elles provoquent des troubles si graves que la paix et l’harmonie du monde sont en péril  » – n’était pas une simple rhétorique. La Première Guerre mondiale avait ébranlé les fondations de nombreux pays. La révolution en Russie avait réussi.

Santé au travail

Partout dans le monde, il y a eu des conflits de travail, et la conviction de la nécessité d’améliorer le sort des travailleurs ne se limitait en aucun cas au travail lui-même. Le travail organisé, cependant, avait été particulièrement actif pendant la guerre en exigeant que le traité de paix inclut la reconnaissance des droits du travail et que le travail ait une voix dans les affaires internationales. La Fédération américaine du travail (AFL) et d’autres puissantes organisations syndicales exigent en particulier une organisation internationale du travail qui disposerait d’une « énorme autorité ».

Lors de la Conférence de Paix de Paris de 1919, le président de l’AFL, Samuel Gompers, fut président de la Commission sur la législation du travail de la conférence. La Conférence de Paix, au lieu d’établir une organisation internationale du travail, a créé une organisation dans laquelle le travail, les employeurs et les gouvernements devaient être représentés sur un pied d’égalité. Ainsi constituée, l’OIT était, et est toujours, unique parmi les organisations gouvernementales internationales – la seule où les citoyens privés, à savoir les représentants des travailleurs et des employeurs, ont les mêmes droits de vote et autres droits que ceux dont jouissent les gouvernements.

La principale fonction de l’OIT était d’établir des normes sociales et du travail internationales par la rédaction et l’adoption de conventions internationales du travail. Avant l’existence de l’OIT, seules deux conventions internationales du travail avaient été adoptées : l’une, destinée à protéger la santé des travailleurs dans les usines d’allumettes, interdisait l’utilisation du phosphore blanc, un poison, dans la fabrication des allumettes ; l’autre imposait des restrictions modestes au travail de nuit des femmes. Ni l’une ni l’autre n’a été largement ratifiée. En revanche, plus de 182 conventions internationales du travail et 190 recommandations ont été adoptées par l’OIT depuis 1919. Les normes internationales du travail sont utilisées comme référence pour mesurer les droits et les conditions des êtres humains.

Les services de santé au travail et l’OIT

La santé au travail est le fait de promouvoir et de maintenir le bien être physique et mental des travailleurs dans une entreprise. L’OIT ou l’organisation internationale du travail est le premier promoteur de cette médecine du travail.

Les définitions

La convention de l’OIT sur les services de santé au travail et ses recommandations ont été adoptées en 1985. Dans la Convention, la définition suivante a été donnée : “l’expression « services de santé au travail ou de service de médecine du travail » désigne les services chargés de fonctions essentiellement préventives et chargés de conseiller l’employeur, les travailleurs et leurs représentants dans l’entreprise, sur les exigences relatives à l’établissement et au maintien d’un environnement de travail sûr et sain qui facilitera une santé physique et mentale optimale par rapport au travail, l’adaptation du travail aux capacités des travailleurs en fonction de leur état de santé physique et mentale ».

Les fonctions

La définition ci-dessus ne suffit pas à elle seule à décrire l’éventail des activités menées par les services de santé au travail.

Un certain nombre de fonctions sont énumérées dans la Convention, qui sont résumées ci-dessous.

  1. Identification et évaluation des risques liés aux risques pour la santé sur le lieu de travail. Il s’agit de surveiller les facteurs de l’environnement de travail et les pratiques de travail qui peuvent affecter la santé des travailleurs. Elle exige également une approche systématique de l’analyse des « accidents » professionnels et des maladies professionnelles.
  2. Conseils sur la planification et l’organisation du travail et les pratiques de travail, y compris la conception des lieux de travail, ainsi que sur l’évaluation, le choix et l’entretien de l’équipement et des substances utilisées au travail. Ce faisant, l’adaptation du travail au travailleur est favorisée.
  3. Conseils, information, formation et éducation en matière de santé, de sécurité et d’hygiène au travail, d’ergonomie et d’équipements de protection.
  4. Surveillance de la santé des travailleurs par rapport au travail.
  5. Contribution à la réadaptation professionnelle et au maintien dans l’emploi des personnes en âge de travailler, ou aider au retour à l’emploi de ceux qui sont au chômage pour des raisons de santé ou d’invalidité.
  6. Organisation des premiers secours et des soins d’urgence.

Ecrit par : Véronique

Journaliste - Culture & Lifestyle Véro (pour les intimes) s’est longtemps penchée sur la question de l'alimentation. Sur OSDT, elle nous présente des régimes qui marchent Montignac, Cohen, Citron, etc. Mais nous dévoilent aussi des conseils précieux côté coeur. L’amour dans un couple est à l’origine de beaucoup de tracas quotidiens, mais c'est aussi des moments de bonheur qu'il faut savoir cultiver. Bref ! Notre journaliste apporte toutes les solutions pour une vie facile et harmonieuse.

Mis à jour le lundi 8 juillet 2019

Commentez

Il n'y a pas de commentaire sur cet article

On se dit tout ! Racontez votre histoire

Notre vécu a une richesse inestimable.

Il permet de prendre du recul sur notre vie et de comprendre là où l’on souhaite aller.

Il peut inspirer aussi d’autres personnes, inquiètes, en questionnement, à la recherche de sens…

OSDT c’est plus qu’un magazine, c’est un lieu pour partager nos histoires de vie.

On se dit tout sur les réseaux sociaux