Danger : les effets addictifs de la nicotine

Questions santé : Pourquoi la nicotine est-elle si addictive ? Quels sont les effets de la nicotine sur l’organisme ? Les substituts nicotiniques : est-ce que ça marche ?

Mis à jour le : 3 juin 2020

Si vous les interrogez sur le pourquoi de leur vieille habitude, la plupart des fumeurs vous répondront sans doute qu’ils voulaient “juste essayer”. D’autres, non moins nombreux, vous diront qu’ils pensaient que c’était “cool” de faire comme les copains. Et pour certains, que c’était aussi une manière de combler un certain vide dans leur vie. En réalité, il y a autant de raisons que de fumeurs. Mais si les causes peuvent être diverses et variées, le résultat est souvent le même : la dépendance à la nicotine. Pour les plus accros d’entre eux, les conséquences de cette addiction peuvent être graves. En effet, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le tabac tue jusqu’à la moitié des fumeurs. Mais qu’est-ce qui rend la nicotine si addictive ? Comment se soustraire à l’emprise de cet alcaloïde toxique ? OSDT vous apporte quelques éléments de réponse.

Pourquoi la nicotine est-elle si addictive ?

Bien que le nombre de fumeurs diminue dans le monde, le tabagisme continue de tuer. Par exemple, aux Etats-Unis, pays pourtant parmi les plus sensibilisés à ses nombreux dangers, le phénomène est responsable de la mort d’une personne sur sept. En cause, l’addiction à la nicotine, toujours très forte. Un processus dont les étapes sont maintenant bien connues.

La nicotine (1) pénètre dans l’organisme via la fumée du tabac. Dans un premier temps, elle atteint les poumons. De là, elle est transportée vers le cœur ; puis le cerveau. Arrivée au niveau du système cérébral, elle va en dérégler quelque peu son fonctionnement. En somme, c’est parce qu’elle est très efficace pour délivrer de la nicotine au cerveau que la cigarette est si difficile à arrêter. À noter que les arômes et e-liquides utilisés dans les cigarettes électroniques (2) ne provoqueraient pas un effet d’accoutumance similaire.

Mais pourquoi notre cerveau aime-t-il tant la nicotine, au point de ne plus vouloir s’en passer ? Cette addiction peut s’expliquer à partir d’un petit circuit neurologique appelé « circuit de la récompense ». Lorsqu’un événement réjouissant nous arrive dans la vie, notre cerveau sécrète de la dopamine, qu’on surnomme parfois la molécule du bonheur.

arôme e-liquide
Une cigarette électronique et son arôme
Crédit photo : © DepositPhotos

C’est ce qui se produit avec la cigarette. La nicotine qu’elle contient permet de libérer de la dopamine. C’est ce plaisir provoqué artificiellement qui nous rend accro au tabac ! D’ailleurs, les amphétamines (3) font exactement la même chose, tout comme la cocaïne ou l’héroïne, par exemple.

Quelles sont les effets de la nicotine sur l’organisme ?

Artificiel ou non, le plaisir reste le plaisir, non ? Pourquoi et au nom de quoi devrait-on s’en priver ? Et puis, on ne fait de mal à personne !”, s’exclame Olivier, 36 ans, en se promenant dans un parc avec une cigarette à la main.

Malheureusement, ce type de raisonnement conduit à terme bien souvent à une dégradation progressive de la santé du fumeur.

Car si, comme certains le suggèrent, la nicotine aurait quelques effets appréciables, comme :

  • l’augmentation des capacités de concentration ;
  • la vivification de la mémoire ;
  • ou la réduction de l’anxiété.

ceux-ci ne durent qu’un temps, et par conséquent, ne constituent finalement que des ersatz d’un état de mieux-être. Autrement dit, des illusions. En revanche, ses conséquences sur la santé sont malheureusement bien réelles ! Pour ne mentionner que les plus importantes, citons :

Si les spécialistes s’accordent sur le fait que ces effets délétères sont causés par d’autres substances issues du tabac, la nicotine n’en est pas moins dangereuse en elle-même. En effet, des chercheurs de l’université de Stanford affirment qu’elle peut stimuler l’angiogenèse, c’est-à-dire la formation de nouveaux vaisseaux sanguins. Ce qui peut alimenter la croissance des tumeurs cancérigènes présentes dans l’organisme. La nicotine pourrait donc jouer un rôle plus direct dans la cause, voire l’accélération, des cancers et des maladies cardiaques.

Les substituts nicotiniques

Au final, une question subsiste : comment arrêter ? C’est là qu’entre en jeu les substituts nicotiniques. Ces derniers sont conseillés parce qu’ils permettraient un sevrage plus en douceur. Si les tabacologues reconnaissent l’efficacité des patches, inhalateurs et autres pastilles, ils sont aussi prompts à en souligner les limites.

patch à la nicotine
Un patch à la nicotine
Crédit photo : © DepositPhotos

Selon eux, ces méthodes ne fonctionneraient qu’en début de sevrage. Un constat d’échec qu’une équipe de chercheurs français a tenté d’expliquer par les autres composantes addictives du tabac. En clair, travailler exclusivement sur la dépendance à la nicotine ne serait pas suffisant pour arrêter de fumer…

Pour conclusion

Le tabagisme peut s’expliquer principalement par la dépendance à la nicotine et ses effets à la fois calmant et excitant sur l’organisme. Cette substance est aussi addictive que certaines drogues dures comme la cocaïne et l’héroïne.

La dépendance à la nicotine se manifeste lorsque vous avez besoin d’en consommer et que vous ne pouvez plus vous en passer. Cette addiction à la fois physique et mentale peut être destructrice. Aussi n’hésitez pas à consulter un spécialiste qui peut vous aider à arrêter de fumer.

Dans cette perspective, il est important de ne pas oublier de bien prendre soin de son corps, notamment en pratiquant des activités physiques ! Bien utilisé, le sport pourrait tout aussi bien devenir une drogue beaucoup plus positive pour votre corps ! Si vous cherchez un bon moyen de vous motiver, pourquoi ne pas commencer par consulter notre article Top 10 des applications mobiles de forme et de santé.

Sources et informations complémentaires

  1. Nicotine sur doctissimo.fr
  2. Cigarette électronique sur solidarites-sante.gouv.fr
  3. Amphétamines sur drogues-info-service.fr

OSDT.

Ecrit par : Edeline
Publié le vendredi 15 mai 2020


Difficile pour Edeline de ne pas craquer pour une sucrerie jusqu’au jour où elle a décidé qu’il été temps de grignoter malin en excluant l’isoglucose et en privilégiant les sucres bio. Suivez les explications de cette rédactrice passionnée par tout ce qui touche de près ou de loin à la médecine et la psychologie.

Découvrez nos rédacteurs professionnels de santé

En savoir plus sur nos rédacteurs nutritionnistes, professionnels de santé

Suivez-nous

Gardons le contact

Vous aimez OSDT ?

Restez informé de toutes les actualités Santé, en recevant une notification directement dans votre boîte e-mail.



On Se Dit Tout ! Racontez votre histoire

Notre vécu a une richesse inestimable. Il peut inspirer aussi d’autres personnes, inquiètes, en questionnement, à la recherche de sens…

OSDT c’est plus qu’un magazine, c’est un lieu pour partager nos histoires de vie.


Informations importantes pour le lecteur

Santépratique.fr a pour vocation d'informer, sensibiliser et divertir ses lecteurs autour des domaines de la santé, de la psychologie, de la nutrition et du bien être. Notre volonté, insufflée dans notre ligne éditoriale, est de donner de l’autonomie à nos lecteurs, prendre en main leur santé, leur bien être physique et psychique. Cette prise d’autonomie passe par la responsabilité de soi et de ses actes.
Nous nous efforçons de fournir un contenu de qualité et vérifié, mais il ne remplace aucunement l'avis du professionnel de santé compétant pour répondre à vos questions et pour fournir des solutions préventives ou curatives à vos besoins.
Les informations du site santepratique.fr ne constituent, en aucun cas, une consultation d’ordre médical et/ou un quelconque diagnostic et/ou une promotion pour des médicaments, dispositifs médicaux ou traitement. Il en est de même pour tout contenu certifié par l'un de nos professionnels de santé publiant un article sur santepratique.fr.
Il appartient à tout utilisateur de vérifier nos informations, de recouper des avis, et surtout de consulter un professionnel de santé compétent (médecin généraliste ou spécialisé, nutritionniste, gynécologue, sage-femme, kinésithérapeute, etc ) pour tout besoin rencontré.
Si vous constatez une erreur dans nos articles, nous vous encourageons à nous contacter et à nous les signaler. Cela nous permettra d’améliorer la fiabilité et la qualité de notre engagement à vos cotés ! Contactez-nous via ce formulaire.