La spasmophilie : de quoi s’agit-il et comment de gérer ?

La spasmophilie est un syndrome qui présente plusieurs symptômes liés à un état d’anxiété. Elle se manifeste par une hyperventilation et une hyperexcitabilité neuromusculaire. Il s’agit d’un concept controversé qui n’est pas universellement reconnu.

Les symptômes de la spasmophilie

La spasmophilie est définie par plusieurs symptômes liés à l’anxiété. La première est l’hyperventilation, qui est une accélération du rythme respiratoire. Il en résulte une sensation d’oppression, une respiration saccadée et le besoin de trouver de l’air.

Il y a aussi la tétanie musculaire qui se manifeste par des picotements, des engourdissements, des crampes, une contraction intense et douloureuse des muscles. Ces manifestations entraînent une courbure de la main ou du pied et des difficultés à ouvrir la bouche. Une personne éprouvera habituellement de l’asthénie (fatigue intense, surtout au réveil), qu’elle soit physique ou intellectuelle.

Une crise de spasmophilie est souvent impressionnante et s’exprime différemment pour chaque individu :

  • troubles cardiaques (tachycardie, palpitations, douleurs thoraciques),
  • problèmes digestifs (spasme intestinal, douleurs abdominales, nausées)
  • ou des troubles sensoriels (tremblements, frissons, sueurs froides).

Les causes de la spasmophilie

Les mécanismes de la spasmophilie sont plutôt vagues. On croit qu’il s’agit d’une réaction disproportionnée à une situation stressante ou anxieuse. Cette peur provoque l’apparition de symptômes qui, en eux-mêmes, alimenteront la peur. C’est ce qu’on appelle un cercle vicieux.

Crise de spasmophilie, anxiété, stress
RyanMcGuire / Pixabay

Une autre hypothèse est que la spasmophilie s’explique par un manque chronique de magnésium et de calcium. Or, ces éléments jouent un rôle dans la contraction musculaire et la transmission des influx nerveux. Cela expliquerait l’hyper-excitabilité neuromusculaire.

Les troubles du sommeil responsables de l’asthénie et de la neurodystonie seraient également en cause.

Les traitements

La thérapie permet de limiter, voire d’éliminer l’apparition des crises. Le type de thérapie le plus utilisé est la thérapie cognitive et comportementale.
En cas de crise, il est important de calmer votre respiration, par exemple en respirant dans un sac en papier ou en plastique. De même, il est recommandé de penser à autre chose pour ne pas alimenter le cercle vicieux.

Le traitement médicamenteux aux antidépresseurs peut également aider à réduire la fréquence des crises. Cependant, il faut faire attention aux effets secondaires et à la dépendance possible.

Comment faire pour gérer la spasmophilie ?

La prise en charge et le traitement de l’affection impliquent que l’on s’attaque aux facteurs de risque en conséquence.

  • Certaines personnes devront réduire leur consommation de café, de thé vert, de sodas, etc. ou les exclure complètement de leur alimentation.
  • Réduire la consommation de sucre raffiné et d’alcool est un must.
  • Traiter les blessures potentielles, faire de l’exercice correctement, choisir la bonne routine d’exercice et un environnement adéquat sont également des recommandations importantes.
  • Garder hydraté, bien manger et même prendre des suppléments de minéraux alimentaires comme le magnésium et le potassium pourrait être la solution pour d’autres personnes aux prises avec cette maladie.
  • Inclure des aliments riches en magnésium ainsi que des aliments riches en potassium dans votre alimentation est idéal.
  • Réduire le niveau de stress est la clé d’une bonne santé générale, pas seulement pour traiter la spasmophilie.
  • En ce qui concerne les médicaments, consultez toujours votre médecin avant de prendre une décision. Votre médecin est le seul à pouvoir vous prescrire, changer vos médicaments et établir les doses correctes.

Par ailleurs, il est important de surveiller votre santé et les changements possibles. Prenez note de la fréquence, de la gravité et de la récurrence des spasmes musculaires, des crampes, des contractions, des engourdissements, des sensations d’aiguilles et d’épingles et signalez à votre médecin tout changement important ou inquiétude.

En même temps, abordez les aspects problématiques de votre mode de vie afin de déterminer qui pourrait être responsable des symptômes de spasmophilie que vous ressentez.

Ecrit par : Daniella

Mis à jour le mercredi 3 juillet 2019

Commentez

Il n'y a pas de commentaire sur cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On se dit tout ! Racontez votre histoire

Intecto ipsam impost verum nimenis andipit essum eritia pratias netur, corehendias restis dolo blabor a quate pere opti ipientis re volupta tioribus cum faces et omnis ra sit acest volo eictotas inusdam exceres totassum aut.

Gardons le contact

Intecto ipsam impost verum nimenis andipit essum eritia pratias netur, corehendias restis dolo blabor a quate pere opti ipientis re volupta tioribus cum faces et omnis ra sit acest volo eictotas inusdam exceres totassum aut.

On se dit tout sur les réseaux sociaux