L’homéopathie, une meilleure façon de guérir des maladies

Tout sur l’homéopathie

L’homéopathie est une pratique médicale alternative dans laquelle des quantités extrêmement diluées de certaines substances naturelles sont utilisées pour traiter diverses maladies.

Bien que les médicaments homéopathiques soient vendus dans les magasins d’aliments naturels et dans les épiceries haut de gamme, l’homéopathie est largement considérée comme du charlatanisme. Aucune preuve scientifique n’appuie son utilisation ; la théorie sur la façon dont l’homéopathie pourrait fonctionner ne relève pas de la physique ; et les gouvernements du monde entier refusent de plus en plus les paiements d’assurance pour couvrir les traitements homéopathiques.

Histoire de l’homéopathie

L’homéopathie a été développée à la fin du XVIIIe siècle par Samuel Hahnemann, un médecin respecté en Allemagne. Hahnemann croyait que des concentrations infimes d’une toxine particulière pouvaient guérir les mêmes symptômes que ceux qu’elle causerait à des doses plus élevées. Pensez à l’herbe à puce pour traiter les éruptions cutanées.

Cette notion de  » remèdes semblables  » était semblable à la science émergente de l’inoculation et de la vaccination. Et les traitements de Hahnemann sous leur forme diluée étaient beaucoup plus sûrs que la plupart des pratiques médicales de son époque, comme la saignée.

Néanmoins, les médecins et les chimistes en particulier ont vite compris que l’homéopathie ne pouvait pas fonctionner parce que les dilutions sont peu plausibles au point qu’il n’y a plus de médicament dans le médicament.

Comment fonctionne-t-elle ?

L’homéopathie est basée sur des dilutions et des mélanges rigoureux, appelés successions. Le niveau de dilution est imprimé sur le flacon du médicament. Une dilution homéopathique typique est 30X, où le X représente 10. Ainsi, une partie de la toxine est mélangée à 10 parties d’eau ou d’alcool. Le mélange est secoué ; une partie de ce mélange est ajoutée à 10 parties d’eau ou d’alcool à nouveau et l’ensemble du processus est répété 30 fois.

La dilution finale est une molécule de médicament dans 10 à la 30e puissance (1030) des molécules de solution, soit 1 sur un million de billions de billions de billions. À ce niveau de dilution, il faudrait boire 8 000 gallons d’eau pour obtenir une molécule du médicament. Ce qui est physiquement possible mais peu plausible.

Les autres solutions homéopathiques sont 30C, ce qui représente 100 à la 30ème puissance (10030). Il n’y a pas assez d’eau dans le système solaire pour absorber cette dilution.

Hahnemann ne s’en est pas rendu compte car il a développé sa théorie avant le concept en chimie de la mole et de la constante d’Avogadro, qui définit le nombre de particules dans une quantité donnée d’une substance. Ainsi, Hahnemann et ses disciples pouvaient faire les actions mécaniques de dilution, mais à leur insu, ils diluaient le médicament directement à partir de la solution.

Est-elle efficace ?

Les homéopathes d’aujourd’hui comprennent le concept de constante d’Avogadro. Ils attribuent les pouvoirs curatifs de l’homéopathie à la « mémoire de l’eau ». Le concept que l’eau a la capacité de se souvenir de la forme du médicament qu’elle contenait autrefois. Cette position pose toutefois au moins trois problèmes.

On vend certains traitements homéopathiques dans les magasins d’aliments naturels et les épiceries.

Tout d’abord, ce concept de mémoire de l’eau est au-delà du domaine de la physique connue. L’eau n’est pas connue pour maintenir un alignement ordonné des molécules pendant plus d’une picoseconde.

Deuxièmement, si l’eau peut se rappeler la forme de ce qu’elle contient, alors toute eau a le potentiel d’être homéopathique. L’eau du robinet, avec ses traces de substances naturelles se déplaçant dans les canalisations connues pour causer le cancer et d’autres maladies, serait thérapeutique contre ces maladies.

Troisièmement, pour expliquer comment cela pourrait fonctionner, il n’existe pas d’études scientifiques de grande qualité pour démontrer que l’homéopathie est plus efficace qu’un placebo. En testant l’homéopathie, deux tendances sont apparues : l’homéopathie est la meilleure façon de « guérir » des maladies qui passeraient bientôt de toute façon, comme le rhume, mais qui seraient dangereuses pour le traitement de maladies graves, comme le diabète ; et plus l’étude scientifique est vaste et approfondie, plus l’homéopathie ressemble à un placebo.

Quelles sont les maladies traitées par l’homéopathie ?

On utilise l’homéopathie pour une grande variété de problèmes de santé, y compris certaines maladies chroniques

  • Allergies
  • Migraines
  • Dépression
  • Syndrome de fatigue chronique
  • Polyarthrite rhumatoïde
  • Syndrome du côlon irritable
  • Syndrome prémenstruel

On l’utilise également pour des problèmes mineurs comme des ecchymoses, des éraflures, des maux de dents, des maux de tête, des nausées, de la toux et des rhumes.

N’utilisez pas de médicaments homéopathiques pour traiter des maladies potentiellement mortelles, comme l’asthme, le cancer et les maladies cardiaques, ou en cas d’urgence. Vous devriez également éviter de l’utiliser à la place des vaccins. Certains produits homéopathiques appelés « nosodes » sont commercialisés comme alternative aux vaccins, mais aucune recherche ne prouve leur efficacité.

Les dangers de l’homéopathie

Ne présumez pas que l’homéopathie est sans danger. Dans certains cas, le médicament homéopathique contient des quantités traçables de la substance médicinale originale. Prenons le cas du Zicam, un remède homéopathique contre le rhume retiré du marché en 2009 après que des utilisateurs aient perdu définitivement leur odorat.

Ecrit par : Jacquy

Mis à jour le jeudi 4 juillet 2019

Commentez

Il n'y a pas de commentaire sur cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On se dit tout ! Racontez votre histoire

Intecto ipsam impost verum nimenis andipit essum eritia pratias netur, corehendias restis dolo blabor a quate pere opti ipientis re volupta tioribus cum faces et omnis ra sit acest volo eictotas inusdam exceres totassum aut.

Gardons le contact

Intecto ipsam impost verum nimenis andipit essum eritia pratias netur, corehendias restis dolo blabor a quate pere opti ipientis re volupta tioribus cum faces et omnis ra sit acest volo eictotas inusdam exceres totassum aut.

On se dit tout sur les réseaux sociaux