Algodystrophie : lumière sur cette maladie rare et méconnue

Tags : comment reconnaître l'algodystrophie ? - symptomes algodytrophie -

Qu’est-ce que l’algodystrophie ?

Aussi appelée Syndrome Douloureux Régional Complexe (SDRC), l’algodystrophie est caractérisée par une douleur continue d’une région du corps ou à l’extrémité d’un membre. La douleur peut être spontanée ou provoquée par quelque chose d’interne ou d’externe (traumatismes comme une fracture).
La maladie porte bien son nom puisque “algo” fait directement référence à la douleur. Le plus souvent, ce sont les mains et les pieds qui sont touchés. Les douleurs peuvent durer plusieurs mois et s’accompagner de troubles de la circulation sanguine et de problèmes osseux.
L’algodystrophie est causée par un dysfonctionnement nerveux : les informations censées passer de nerf en nerf circulent mal et finissent par se transformer en douleur.
Ces douleurs chroniques ont évidemment des répercussions sur le moral et peuvent parfois provoquer des dépressions.

Les symptômes à prendre en compte pour reconnaître l’algodystrophie

Les douleurs sont parfois difficiles à décrire par le patient. On reconnaît ces douleurs car elles sont présentes par intermittences, toujours au même endroit. Souvent, les douleurs deviennent très fortes voir insupportables. Toute mobilisation du membre touché accentue la douleur. Par exemple, si votre main droite est touchée et que vous portez un sac de courses lourd, vous ressentirez très vite une douleur aiguë.
Visuellement, le membre endolori pourra parfois avoir un aspect impressionnant : d’une couleur un peu bleutée, la peau très fine, luisante et sans poils. Des œdèmes peuvent apparaître et les articulations sont enraidies.
Malgré tout, l’algodystrophie reste une maladie bénigne qui se compose habituellement de trois phases :

La phase chaude

Pendant plusieurs semaines, cette phase se caractérise par une douleur permanente aggravée par l’effort. Au moindre contact, l’oedème inflammatoire est insoutenable.

La phase froide

Quelques semaines après la phase chaude, la douleur est inconstante. Le membre touché est froid et pâle. L’oedème commence à disparaître peu à peu, les poils tombent et les ongles deviennent friables.

La guérison

En général, une algodystrophie se guérit entre 6 à 24 mois en comprenant les 3 phases.

Comment traiter l’algodystrophie ?

Le traitement est souvent difficile à mettre en place car il nécessite souvent des séances de kiné alors que le moindre mouvement est douloureux pour le patient. Atteint d’algodystrophie, on a souvent tendance à stopper tous les mouvements mais cela aggrave les douleurs et favorise le déconditionnement musculaire et l’enraidissement ! Il faut donc continuer à bouger en adaptant des activités physiques. Un traitement médicamenteux antalgique et donc anti-douleur est proposé en plus d’une remobilisation des membres. Avec l’aide d’un kinésithérapeute, les membres sont peu à peu réactivés en douceur.

En phase chaude, le meilleur remède est le repos. Tant que les douleurs persistent, il est indispensable de limiter les contacts. Mais comme dit plus haut, l’immobilisation totale est proscrite.
Pendant la phase froide, la kinésithérapie va lutter contre le raidissement articulaire et soulager la douleur.

En bref

Complètement bénigne, l’algodystrophie est pourtant extrêmement douloureuse et parfois immobilisante. La guérison est longue mais il faut s’armer de patience et tout ira bien.

Tout est dit… ou presque !
N’hésitez pas à partager votre propre expérience de cette maladie méconnue dans les commentaires et à consulter les autres articles d’OnseditTout.com!

Lire aussi :

Publié par Camille

Rédactrice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *