Rechercher sur le site
Rechercher un médicament
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes du HONcode. Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.
> > > Séropositivité à VIH
Newsletter Santepratique.fr
Suivez l'actualité santé, découvrez nos dossiers ... Inscrivez vous dès maintenant à notre newsletter!

Séropositivité à VIH

  44 Votes

 

Séropositivité à VIH : définition


La séropositivité à VIH traduit un résultat positif à un test de dépistage du VIH, et donc l’infection par un des deux types de virus de l’immunodéficience humaine ou VIH (HIV en anglais). Ces deux types de virus (VIH 1 et 2) s’attaquent au système immunitaire de l’organisme, et notamment aux globules blancs, les lymphocytes T4 ou CD4, chargés de le défendre. L’organisme contaminé développe des anticorps pour tenter de se protéger : ce sont ces anticorps qui sont détectés lors d’un dépistage.


Aux premiers stades de l’infection, le sujet ne présente pas de symptômes : il est uniquement séropositif au VIH, sans développer de maladie ; à un stade plus tardif, quand le système immunitaire s’affaiblit, infections opportunistes et cancers se développent et définissent la maladie sida (syndrome de l’immunodéficience acquise).

 

Séropositivité à VIH : risques et enjeux sanitaires


Le nombre de personnes dans le monde vivant avec le VIH est estimé à 39,5 millions dont plus de 4 millions d’adultes et d’enfants ayant contracté l’infection dans l’année, en 2006. Dans de nombreuses régions du monde, les nouvelles infections à VIH sont largement concentrées parmi les jeunes (15-24 ans)  et 67 % des personnes séropositives vivent en Afrique subsaharienne, soit 22 millions.

 

En France, il est estimé que 6 300 personnes ont découvert leur séropositivité en 2006 (en diminution depuis 2004), le quart ayant été contaminé dans les six mois précédant leur dépistage. Malheureusement, beaucoup de personnes ignorent leur séropositivité faute de dépistage. Depuis mars 2003, les découvertes de séropositivité à VIH sont obligatoirement déclarées aux autorités sanitaires.

 

Séropositivité à VIH : causes et origines


Le VIH se transmet à l’occasion de rapports sexuels (anaux ou vaginaux) non protégés par un préservatif ou par voie sanguine (transfusion de sang contaminé, échange de seringues contaminées, accident professionnel…).

Il se transmet aussi de la mère à l’enfant pendant la grossesse, l’accouchement ou l’allaitement au sein. L’organisme contaminé fabrique des anticorps contre le virus et ce sont ces anticorps qui sont recherchés lors des tests de dépistage (réaction antigène-anticorps).
Il existe cependant une période de quelques semaines (appelée fenêtre sérologique) pendant laquelle l’organisme n’a pas encore eu le temps de fabriquer les anticorps. Les tests se révéleront donc alors faussement négatifs.

 

Symptômes et signes de la séropositivité à VIH


La période de séropositivité au VIH est par définition asymptomatique, c’est-à-dire que le patient ne présente aucun symptôme de la maladie. En revanche, le virus est présent dans le sang et peut être transmis. Les rapports sexuels doivent être protégés.
Il est essentiel de dépister et traiter précocement dès le stade de séropositivité pour éviter que la maladie ne progresse vers le stade sida.

 


Revenir au sommaire

 

 

à retenir



 

Informations sur la séropositivité

 

Aujourd’hui, aucun traitement n’éradique totalement le VIH même si la durée de la période de séropositivité sans symptômes s’est considérablement allongée grâce aux trithérapies. Les moyens de lutte les plus efficaces restent encore et toujours la prévention et un dépistage précoce.


Prévention du VIH/Sida chez les adolescents

MST et Sida : pourquoi il faut toujours se protéger ?


Articles en cours de révision.
Certaines références vont être ajoutées prochainement.