Rechercher sur le site
Rechercher un médicament
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes du HONcode. Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.
> > > Salpingite : à quel moment consulter un médecin ...
Newsletter Santepratique.fr
Suivez l'actualité santé, découvrez nos dossiers ... Inscrivez vous dès maintenant à notre newsletter!

Salpingite
Préparer sa consultation

  64 Votes

 

A quel moment consulter ?

 

En urgence, compte tenu du risque infectieux et des séquelles sur la fertilité chez des patientes habituellement jeunes, voire très jeunes : le pic de fréquence de la salpingite se situe entre 15 et 25 ans.
Dès que se font ressentir des douleurs pelviennes inhabituelles, des pertes vaginales ou des saignements en dehors des règles.

 

Comment préparer la consultation avec le médecin ?

 

Récapituler sa vie sexuelle : contraception (stérilet, pilule), rapports sexuels non protégés, antécédents d’infections génitales, nouveaux partenaires ou partenaires multiples, IVG ou tentatives d’IVG à domicile...
Récapituler ses antécédents gynécologiques en général, et chirurgicaux.

 

Que fait le médecin ?

 

Le médecin réalise un examen gynécologique complet : examen au spéculum et toucher vaginal, parfois rectal. Il évalue l’extension de l’infection. Et retire le stérilet s’il y en a un (mise en culture systématique).
Il prescrit des analyses complémentaires : analyse de sang, prélèvement vaginaux à la recherche en particulier du Chlamydia, bandelette urinaire pour écarter une infection urinaire.
Une échographie permet d’évaluer l’état du petit bassin et d’écarter une complication infectieuse évidente (abcès, péritonite). Elle ne dispense pas d’une coelioscopie dans le bilan à distance.

 

En cas de salpingite non compliquée, le traitement associe deux antibiotiques, pendant au moins 15 jours, souvent trois semaines. Il n’est plus systématique d’hospitaliser la patiente qui peut être mise au repos à domicile, avec un arrêt de travail, dans les situations simples sans facteurs de risque.
La coelioscopie est indispensable en cas de doute argumenté pour faire le diagnostic ; elle est souhaitable à distance de l’infection pour faire un bilan de fertilité chez les femmes voulant des enfants.

En cas de salpingite compliquée (péritonite, abcès pelvien), l’hospitalisation urgente est nécessaire pour administrer des antibiotiques par voie intraveineuse et compléter le bilan. Le scanner abdominal est pratiqué avant l’intervention chirurgicale.
Le plus souvent celle-ci se fait sous coelioscopie : elle draine les abcès, lave et draine la cavité abdominale. Il est souvent nécessaire de retirer tout ou partie des annexes détruites par l’infection : trompes, ovaires. Ce qui grève la fertilité ultérieure, de fait.

 

Dans tous les cas le ou les partenaires doivent être retrouvés et traités correctement.

 

 

Mise à jour janvier 2012 - Dr Sophie Duméry

 


Date :

Revenir au sommaire

 

 

à retenir



 

Informations sur la salpingite

 

La salpingite fait courir un grand risque d’infection abdominale dangereuse, puis ultérieurement un grand risque de stérilité tubaire et de grossesse extra-utérine.


La femme ayant une salpingite n’est pas la seule malade. Le ou les partenaires sont concernés soit parce qu’ils sont à l’origine de l’infection sexuelle, soit parce qu’ils l’ont contractée avec la patiente. Il est important de prévenir le ou les partenaires et de les traiter.


Articles en cours de révision.
Certaines références vont être ajoutées prochainement.