Rechercher sur le site
Rechercher un médicament
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes du HONcode. Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.
> > > Traitement des Mycoses anogénitales : Quand ...

Mycoses anogénitales
Traitement

  46 Votes

 

A quel moment consulter le médecin traitant ?

Bien qu’elles ne constituent pas une urgence médicale, les mycoses ano-génitales doivent être traitées rapidement du fait de l’inconfort et des répercussions sexuelles. Elles sont contagieuses, il faut traiter les deux partenaires pour éviter la récidive. Le dépistage d’une IST associée à la mycose nécessite aussi un traitement précoce pour éviter ses complications.
Chez le nourrisson, l’érythème fessier à candida albicans est douloureux et inconfortable pour le bébé.

 

Comment préparer la consultation avec le médecin ?

 

Décrire précisément les symptômes ressentis, leur date et les circonstances d'apparition, la présence d'épisodes identiques antérieurs. Il faut signaler des rapports non protégés dans les jours ou les semaines qui précèdent, ainsi qu'une prise d'antibiotiques qui concorderait avec la survenue d'une mycose ano-génitale.

 

Que fait le médecin ?

 

Il examine le périnée, choisit ou pas de faire des prélèvements pour analyser les microbes locaux en cause. Le plus souvent la mycose à candida albicans est manifeste et ne nécessite pas de confirmation microbiologique. Certains médecins disposant d’un microscope font le diagnostic immédiatement sur lame, mais cette pratique est rare en dehors d’un cabinet de gynécologue.

Il peut être nécessaire en revanche de vérifier l’état général à la recherche d’un diabète méconnu, ou d’une anomalie sanguine suspecte d’un cancer profond, d’une infection à VIH ou d’une autre IST, mais seulement quand l’examen général et la persistance de l’infection le justifient.


L’analyse des selles peut être nécessaire dans certains cas.

Une fois la cause de la mycose bien établie, le traitement est local par antifongiques pendant au moins une semaine, fréquemment plus, soit deux à trois semaines. Ce traitement local s’adresse au patient et à ses partenaires sexuels s’il en a. Les rapports doivent être reportés après la fin du traitement, si possible.

Un réensemencement de la flore intestinale et vaginale par des probiotiques et prébiotiques est souhaitable après une antibiothérapie « ravageuse ». Les signes en sont sensiblement raccourcis.
De même homéopathie et phytothérapie peuvent être une aide utile lors des récidives dues au stress et au cycle hormonal.

 

Mise à jour janvier 2012 – Dr Sophie Duméry

 

 

 


Date :

Revenir au sommaire

 

 

à retenir



 

Informations sur les mycoses génitales

 

Les mycoses ano-génitales sont fréquentes et leur risque principal est la récidive. Le médecin cherche une infection sexuellement transmise (IST) associée, un terrain favorable à la survenue de ces mycoses (diabète, baisse de l'immunité...). Le traitement est souvent long (2 à 3 semaines) et concerne tous les partenaires sexuels. Chez le nourrisson, la mycose pérennise un érythème fessier si elle n’est pas traitée efficacement.


Articles en cours de révision.
Certaines références vont être ajoutées prochainement.