Rechercher sur le site
Rechercher un médicament
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes du HONcode. Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.
> > > Liposuccion de la silhouette : risques de la ...

Liposuccion de la silhouette
Informations pratiques

  18 Votes

 

Quels sont les risques et inconvénients de la liposuccion ?


Les douleurs, à type de contusions, s’accompagnent d’une fatigue pendant les jours suivants. Elles sont aisément soulagées par des antalgiques simples (paracétamol, antiinflammatoires, jamais d’aspirine) et persistent rarement au-delà de 48 heures. Le trouble de la sensibilité des parties aspirées (engourdissement, hypersensibilité) peut perdurer quelques mois.
Un œdème des régions aspirées persiste quelques mois : 4 à 5 pour les chevilles. Des ecchymoses (« bleus »), ne se résorbent pas avant 15 jours à 3 semaines.


Quant aux cicatrices, elles sont discrètes voire invisibles (3 mm maximum) pour les petites lipoaspirations bien réalisées (2-3 l maximum de graisse retirée), même si elles sont rouges et visibles dans les premières semaines. Elles doivent être protégées du soleil pendant la première année. Leur évolution est imprévisible.


L’anesthésie générale pratiquée aujourd’hui ne comporte aucun risque. Dans des conditions d’asepsie stricte, les infections sont exceptionnelles. Les accidents thromboemboliques (phlébite, embolie pulmonaire) sont réduits par un lever précoce postopératoire, les bas de contention, un éventuel traitement anticoagulant. Il est recommandé de ne pas prendre l’avion dans les 6 semaines qui suivent l’intervention.
Les nécroses de la peau, l’épanchement lymphatique sont rares.
Quant aux corrections excessives, irrégularités de surface, aspect bosselé, relâchement cutané, aggravation de la « peau d’orange », elles dépendent de la qualité de la peau mais surtout de l’expérience du chirurgien.

 

Quels sont les délais, coût et remboursement ?


La patiente reçoit un devis « concernant un acte médicochirurgical à visée esthétique » signé du ou des chirurgiens devant réaliser en tout ou partie l’opération, et conforme au décret n° 2005-777 du 11 juillet 2005. S’ensuit un délai incompressible de réflexion obligatoire de 15 jours indispensables au consentement éclairé de la patiente.
La lipoaspiration est un acte de chirurgie esthétique. De ce fait, elle n’est pas prise en charge par l’Assurance Maladie (ni par les mutuelles), en dehors de cas rares d’amaigrissements massifs suite à une chirurgie de l’obésité notamment, après demande d’entente préalable auprès de la CPAM.
Les honoraires du chirurgien varient entre 1 500 et 5 000 euros (ils dépendent du volume de graisse aspiré) auxquels s’ajoutent les frais d’hospitalisation.

 

Qui pratique la liposuccion ?


À l’hôpital public ou en clinique privée accréditée, le chirurgien doit impérativement posséder la spécialité de « chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique » reconnue par le Conseil de l’Ordre des médecins.
D’autres chirurgiens sont habilités à réaliser des actes de chirurgie esthétique limités au cadre anatomique de leur spécialité : chirurgie maxillofaciale par exemple.

Source/Auteur : Hélène Joubert
En collaboration avec le Dr Jean-Claude DARDOU
Date : 24/04/2009

Revenir au sommaire

 

 


Articles en cours de révision.
Certaines références vont être ajoutées prochainement.