Rechercher sur le site
Rechercher un médicament
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes du HONcode. Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.
> > > Epanchement pleural exsudatif (pleurésie)
Newsletter Santepratique.fr
Suivez l'actualité santé, découvrez nos dossiers ... Inscrivez vous dès maintenant à notre newsletter!

Epanchement pleural exsudatif (pleurésie)

  44 Votes

 

Définition de l'épanchement pleural

 

Un épanchement pleural correspond à la présence de liquide entre les feuillets de la plèvre, membrane protectrice autour des poumons.

La plèvre est normalement constituée de deux feuillets (l’un sur la face interne de la cage thoracique, l’autre sur le poumon) qui glissent l’un sur l’autre lors des mouvements respiratoires avec un espace virtuel entre les deux. En cas d’épanchement pleural (ou pleurésie), l’espace se remplit de liquide.

La ponction permet de distinguer un épanchement pleural exsudatif lié à une inflammation avec beaucoup de protéines (infection, cancer), d’un épanchement pleural transsudatif lié à une insuffisance cardiaque. La ponction met donc en évidence le mécanisme de formation de l’épanchement.

 

Origines de l'épanchement pleural

 

Le nombre et l’évolution de l’épanchement pleural dépendent de la cause.

En cas d’épanchement pleural transsudatif lié à une insuffisance cardiaque (1 à 3 % de la population générale et plus de 5 % après 75 ans), le traitement est efficace et fait régresser l’épanchement.
En cas d’épanchement exsudatif lié par exemple à un cancer, le pronostic est celui de la maladie causale. Le mésothéliome quant à lui est un cancer de la plèvre lié à une exposition à l’amiante, et est en constante progression.

 

Causes et mécanismes d'un épanchement pleural

 

L’espace pleural contient normalement très peu de liquide et de protéines. Le liquide provient de la circulation sanguine et il est résorbé localement par les vaisseaux lymphatiques.

En cas d’insuffisance cardiaque, le cœur a du mal à pomper le sang qui stagne en amont dans les poumons (œdème aigu du poumon) et a tendance à s’accumuler aussi dans la plèvre pour former un épanchement pleural transsudatif par augmentation de la pression.

En cas de phénomène inflammatoire (cancer, infection), la perméabilité des vaisseaux est augmentée et favorise le passage de liquide dans la plèvre : on parle d’épanchement exsudatif.


La ponction pleurale permet l’analyse du liquide pleural et oriente sur la cause. En cas de liquide clair, la teneur en protéines renseigne sur l’origine : beaucoup de protéines = exsudatif, peu de protéines = transsudatif.
Quand l’épanchement pleural est important, le liquide empêche les poumons de bouger, provoquant une difficulté respiratoire.

 

Symptômes et signes de l'épanchement pleural


Les symptômes dépendent de l’abondance de l’épanchement pleural et de sa cause.
Parfois, la découverte est fortuite sur une radiographie pulmonaire car l’épanchement pleural est asymptomatique. Sinon, la douleur est le principal point d’appel. Elle est d’apparition progressive à type de pesanteur ou de point de côté, et augmentée à l’inspiration profonde ou à la toux. Des signes de difficultés respiratoires surviennent quand l’épanchement est important.

Il n’y a pas de différence clinique entre les épanchements transsudatifs et exsudatifs. En revanche, la maladie causale provoque des symptômes qui lui sont propres comme des œdèmes, un essoufflement (insuffisance cardiaque) ou de la fièvre, un amaigrissement (infection, cancer).


Revenir au sommaire

 

 

à retenir



 

Informations utiles sur l'épanchement pleural

 

L’épanchement pleural correspond à la présence de liquide dans la plèvre. Ce liquide peut traduire une inflammation (cancer, infection) ou une insuffisance cardiaque. La ponction pleurale, geste simple, permet de les distinguer.


Articles en cours de révision.
Certaines références vont être ajoutées prochainement.