Rechercher sur le site
Rechercher un médicament
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes du HONcode. Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.
> > > Diarrhées aiguës
Newsletter Santepratique.fr
Suivez l'actualité santé, découvrez nos dossiers ... Inscrivez vous dès maintenant à notre newsletter!

Diarrhées aiguës

  18 Votes

La diarrhée aiguë : définition

 
La diarrhée aiguë est un trouble fonctionnel digestif soudain, qui peut n’être que le symptôme d’une maladie plus générale, ou résumer à lui seul la maladie.


Il est caractérisé par des selles nombreuses, pâteuses ou liquides, dans un volume fécal souvent augmenté.


La diarrhée est dite « aiguë », quand elle dure moins de dix jours avec plus de trois selles molles ou liquides par jour (selon l’OMS).
Son retentissement sur l’état général peut être très rapide (quelques heures).

 

Ce qui justifie une surveillance active de son évolution par la pesée du patient, surtout aux âges extrêmes de la vie : nourrisson, enfant, vieillard.


 

La diarrhée aiguë : risques

 

Selon l’Institut national de Veille sanitaire (InVS) : « Les données du réseau Sentinelles permettent d’estimer que, chaque hiver, les gastro-entérite aiguës (GEA) sont à l’origine de 1 million à 2,5 millions de consultations en médecine générale. Durant le pic épidémique, l’incidence de consultations pour GEA est estimée entre 300 et 600 consultations pour 100.000 personnes par semaine mais peut s’élever à 900 consultations pour 100.000 personnes par semaine comme en janvier 2001 ».

 

Outre la fatigue et l’indisposition freinant l’activité sociale et professionnelle, la diarrhée est un grand facteur de déshydratation, comme les vomissements auxquels elle est fréquemment associée lors d’épidémies infectieuses digestives.


Provoquée par la perte brutale d’eau et d’électrolytes, elle a des conséquences graves chez les sujets âgés et les enfants. Un seul pour cent de perte de poids a un retentissement sur l’équilibre corporel. A partir de 4% de perte de poids, la déshydratation est dite sévère et nécessite une prise en charge généralement hospitalière. Le coma s’installe, parfois jusqu’à la mort (épidémies de choléra par exemple).

 

La diarrhée rend inefficace, partiellement ou totalement, les médicaments puisqu’ils sont moins bien absorbés (transit trop rapide). D’autre part, le corps déshydraté est plus sensible à leur action.  Par exemple, la concentration sanguine en médicaments anti-hypertenseurs s’élève, ce qui abaisse fortement la pression artérielle ; puisque le surdosage s’ajoute à la déshydratation en cours.


 

La diarrhée aiguë : fonctionnement

 

Au niveau du côlon (partie finale de l’intestin), les selles sont normalement asséchées par réabsorption d’eau et de nutriments. En cas de diarrhée, la réabsorption intestinale est perturbée ou carrément inversée, avec fuite corporelle d’eau et d’ions utiles. Cette fuite est bien sûr majorée par d’éventuels vomissements concomitants.

 

Les causes les plus fréquentes sont infectieuses, souvent épidémiques (virus) et normalement transitoire chez les personnes dont l’immunité est correcte.


- Les gastro-entérites épidémiques ; le coupable est le rotavirus dans 70-80% des cas.


- Les intoxications alimentaires, individuelles ou collectives, par des bactéries comme les salmonelles ou les colibacilles (Escherichia coli). Certains colibacilles produisent des toxines qui peuvent tuer (colibacille appelés STEC).


- Les infections parasitaires sont rarement transitoires, et se caractérisent par des « crises digestives » plus ou moins rapprochées : infestation par un ténia ou des lamblias. Il faut toujours y penser de retour d’un voyage sous les tropiques ou d’un pays d’endémie connue.

 

Les traitements antibiotiques perturbent la flore intestinale pendant au moins trois semaines, particulièrement s’ils sont à spectre large. Selon le profil personnel de flore digestive et la répétition des traitements (chez les enfants en particulier) la modification des bactéries commensale (qui digèrent la nourriture pour la personne qui les hébergent) entraîne une mauvaise absorption chronique des aliments ; jusqu’à casser la courbe de croissance infantile ou provoquer un amaigrissement.

 

L’anxiété, les émotions intenses (concours, examens) déclenchent aussi des diarrhées aiguës, dites motrices, de même que certains médicaments ou traitements (veinotoniques, radiothérapie).

 

Enfin les maladies générales ou des infections d’organes de voisinage ont aussi un retentissement digestif aigu : appendicite, péritonite, endométriose, intolérance au gluten…


 

La diarrhée aiguë : symptômes

 

La plus banale est la gastroentérite virale épidémique : elle ne dure pas plus de quatre jours et guérit spontanément. C’est dans les premières 24 heures que les symptômes sont les plus prononcés : les selles sont liquides ou molles avec des crampes abdominales (coliques). Il peut y avoir une fièvre transitoire (parfois jusqu’à 41°C avec des frissons).


D’une manière générale, toute fièvre accompagnant une diarrhée (ou des vomissements) est un signe de gravité, de même que du sang dans les selles.

 

Grande faiblesse, étourdissements, bouche sèche, soif témoignent de l’intensité de la déshydratation ; de même que des urines moins fréquentes, une perte de poids, et les yeux creux. Ces derniers signes d’alerte sont des signes de gravité. La pesée du patient est très importante pour chiffrer la perte en eau, et prendre une décision thérapeutique.

 

Tous les signes de gravité imposent la consultation médicale rapide.

 


Revenir au sommaire

 

 

à retenir



 

Informations sur les diarrhées

 

Les diarrhées aiguës ont presque toujours une cause infectieuse. Dans les pays du tiers-monde, faute d’hygiène alimentaire et générale, les maladies diarrhéiques sont responsables de 1,87 million de décès chez les moins de cinq ans (chiffre OMS), soit approximativement 19% du nombre total de décès d’enfants. L’Afrique et l’Asie du Sud-est totalisent 78%, soit 1,46 million, des décès (Cynthia Boschi-Pinto et al. publication OMS, 2008).


Articles en cours de révision.
Certaines références vont être ajoutées prochainement.