Rechercher sur le site
Rechercher un médicament
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes du HONcode. Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.
> > > Cellulite infectieuse

Cellulite infectieuse

  81 Votes

 

La cellulite infectieuse : de quoi s’agit-il ?


La cellulite infectieuse est une infection par des bactéries qui se propagent dans et sous la peau ; elle s’attaque aux tissus « mous », comme la peau elle-même, le tissu sous-cutané et les graisses sous-jacentes. Elle concerne aussi les espaces cellulaires entre les organes dans le corps : le médiastin par exemple (entre la peau, les poumons et le cœur). Elle survient souvent à partir d’une plaie ou d’un bouton mal traités, d’interventions médicochirurgicales et surtout dentaires mal encadrées. Les noms qu’on lui donne varient en fonction des localisations de l’infection.

 

Quels sont les risques et les enjeux sanitaires de l’infection cutanée ?


Les risques sont l’extension incontrôlable de l’infection : localement dans le tissu cutané (la gangrène) et aux organes (la méningite), ou dans tout le corps par le sang (la septicémie). Le décès n’est pas rare malgré les progrès de la réanimation médicale : un malade sur sept en septicémie (chiffres InVeS publiés en 2005).
Les raisons de cette mortalité élevée sont multiples. Les bactéries ont une toxicité propre (comme le méningocoque) et résistent de plus en plus aux antibiotiques (comme le staphylocoque). Ensuite, les personnes fragiles ou temporairement fragilisées sont nombreuses : personnes âgées, enfants, malades chroniques, malades déjà infectés (sida, paludisme)…


La cellulite infectieuse n’est pas contagieuse à distance dans la mesure où c’est une infection piégée dans le corps sous la peau, mais quand la peau se détériore les bactéries se montrent à l’air libre, prêtes à contaminer les imprudents. L’hygiène et la protection antibactérienne s’appliquent donc avec rigueur : lavage des mains et de tout ce qui entre en contact, port de gants et de masque, vêtements et effets personnels réservés et traités à part.

 

Quels sont les mécanismes de la cellulite infectieuse cutanée ?


Les bactéries pullulent partout dans notre environnement, ainsi que sur et dans notre corps. Ce parasitisme plus ou moins avantageux pour l’hôte que nous sommes se loge au nez, aux oreilles, à la gorge, à l’ombilic, à la barbe et à toute pilosité en général. C’est la raison du rasage large et soigneux de la peau lors d’une intervention chirurgicale.
On risque une cellulite infectieuse dès que la barrière entre le monde extérieur et nous-mêmes est rompue (peau et muqueuses, mais aussi trachée et intestin). Cela survient lors d’une coupure, d’une plaie, de travaux de dentisterie, d’une intervention chirurgicale ou d’une morsure d’animal. Les germes inoculés diffèrent selon les circonstances, entraînant les différentes formes de cellulites.


Les streptocoques et les staphylocoques sont le plus souvent en cause. L’introduction d’un streptocoque dit pyogène provoque un érysipèle : la plus fréquente des cellulites cutanées. Les staphylocoques provoquent des staphylococcies malignes de la face, très graves. Une souche très agressive du streptocoque du groupe A provoque des cellulites nécrosantes (ou fasciites nécrosantes) avec destruction des tissus.


L’agent du tétanos (Clostridium tetani) profite d’une simple lésion cutanée pour provoquer une maladie mortelle en l’absence de réanimation rapide. D’autres clostridies provoquent la gangrène.


Dans beaucoup de régions du monde (parmi les pays proches, surtout ceux du Maghreb, plus rarement la France), le germe de la maladie du charbon (Bacillus anthracis) est toujours présent sous forme de spores dans le sol. Utilisable comme arme bactériologique, ce germe provoque une lésion cutanée caractéristique (un anthrax charbonneux) et/ou une infection générale hautement mortelle.

 


Revenir au sommaire

 

 

à retenir



Une cellulite infectieuse cutanée est une maladie grave, parfois mortelle si le médecin n’intervient pas rapidement. L’hospitalisation est souvent nécessaire. Cette maladie est essentiellement provoquée par les germes de la surface de la peau ou de la bouche qui pénètrent à l’occasion d’une plaie, de manipulations intempestives de boutons ou de soins dentaires.


Articles en cours de révision.
Certaines références vont être ajoutées prochainement.