Rechercher sur le site
Rechercher un médicament
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes du HONcode. Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.
> > > Arthroplastie de hanche : à quel moment consulter ...

Arthroplastie
Préparer sa consultation

  2 Votes

À quel moment consulter ?


En cas de traumatisme, l’indication est posée en urgence car les conséquences de l’alitement peuvent être catastrophiques chez le sujet âgé (perte d’autonomie).


En cas d’arthrose et de handicap fonctionnel, l’indication est posée conjointement avec le médecin traitant, le chirurgien orthopédiste et le patient. Pour quantifier la gêne dans la vie quotidienne, le périmètre de marche est un bon indicateur : plus le périmètre est réduit, plus la gêne est importante et peut faire envisager une arthroplastie.

 

Que fait le médecin ?


La première étape est de poser l’indication d’arthroplastie. Le chirurgien orthopédiste interroge le patient et pratique un examen clinique pour tester sa hanche. Des examens complémentaires (radiographies par exemple) permettent de confirmer le diagnostic d’arthrose ou de fracture.


Une fois l’intervention décidée, de nombreux modèles de prothèses de hanche sont disponibles, différents par leurs formes et par les matériaux qui les composent (polyéthylène, métal, céramique…). Le choix dépend aussi des habitudes opératoires de l’équipe.


Une consultation anesthésique est obligatoire ; une anesthésie locorégionale (rachianesthésie) ou générale est possible. Parfois une autotransfusion est nécessaire, avec prélèvements sanguins plusieurs semaines avant l’intervention et transfusion de ce sang le jour de l’intervention.


Avec les nouvelles techniques chirurgicales, la perte de sang est maintenant minime et ne nécessite plus de transfusion.


Sur le plan chirurgical, les techniques mini-invasives permettent de limiter la taille de l’incision et de minimiser les suites opératoires. Discutez avec votre chirurgien de la technique choisie.


Les suites sont généralement simples ; la reprise de la marche est la plus précoce possible (dans les 24 heures) ; la kinésithérapie permet de rééduquer la hanche et d’éviter des mouvements intempestifs qui risqueraient de luxer la prothèse.

 

Comment préparer ma prochaine consultation ?


Certains gestes sont à éviter après l’intervention (pendant 4 à 6 semaines) : éviter de croiser les jambes en position assise, se chausser assis et non debout en se baissant, ne pas utiliser de baignoire mais une douche…


Un traitement anticoagulant par injection est par ailleurs poursuivi pendant plusieurs semaines pour prévenir le risque de phlébite et d’embolie pulmonaire ; il nécessite des prises de sang contrôlées par votre médecin traitant.


Date :

Revenir au sommaire

 

 

à retenir



L’arthroplastie ou prothèse de hanche est une intervention chirurgicale aujourd’hui bien maîtrisée, faisant appel à des techniques de moins en moins invasives. Elle permet de retrouver une qualité de vie dans des cas d’arthrose de hanche avancée et/ou de fractures du col fémoral.


Articles en cours de révision.
Certaines références vont être ajoutées prochainement.