Rechercher sur le site
Rechercher un médicament
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes du HONcode. Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.
> > > Anorexie mentale

Anorexie mentale

  54 Votes

 

Définition de l’anorexie mentale


L’anorexie mentale est un trouble du comportement alimentaire qui consiste à limiter volontairement sa nourriture par peur de prendre du poids et de grossir. Ce n’est pas une perte de l’appétit ou une diminution de la sensation de faim.
La distorsion de la perception du corps induit une spirale d’amaigrissement illimité : jusqu’à 50 % du poids normal, avec un risque mortel bien présent. Malheureusement une caractéristique de l’anorexie est le déni, qui rend très difficile la prise en charge médicale et psychologique.

 

Origines de l’anorexie


Apanage de la femme (9 cas sur 10), l’anorexie est fréquente chez l’adolescente, dans tous les milieux sociaux. Elle peut devenir chronique et se poursuivre à l’âge adulte (un tiers des cas). De nombreuses anorexiques ont une tendance boulimique, alternant privations et frénésies alimentaires.
On estime de 1 à 2 % le nombre de femmes âgées de 12 à 20 ans touchées par l’anorexie. De plus, beaucoup de jeunes femmes (20 % selon certaines enquêtes) ont tendance au jeûne et à la restriction alimentaire sans répondre à tous les critères de la maladie mentale.

 

Risques de l’anorexie


Outre l’amaigrissement, l’anorexie mentale s’accompagne de complications physiques dues à la privation alimentaire : ostéoporose précoce qui débute 6 mois après le début de la perte de poids (40 % des adolescentes anorexiques), œsophagite (inflammation de l’œsophage due aux vomissements répétés), souffrance cardiaque à l’effort, retard de croissance, troubles sanguins, atteinte rénale et troubles métaboliques.


Cette pathologie met la vie en jeu lorsque l’indice de masse corporelle (IMC) est inférieur à 12 ou 13.
On estime à 10 % la mortalité : la moitié par tentatives de suicide, ce qui représente 15 à 20 % des patientes ; la moitié par cachexie (dénutrition sévère).


Dans un tiers des cas, lorsque l’anorexie est prise à temps, la guérison est possible avec une reprise de la vie normale. Dans un tiers des cas, les anorexiques présentent, outre leur trouble alimentaire, d’autres troubles comportementaux, comme les phobies, qui réclament une prise en charge spécifique.

 

Symptômes et signes de l’anorexie mentale


Le trouble du comportement alimentaire est longtemps caché habilement par la patiente. Elle peut se faire vomir après un repas ou utiliser des laxatifs (médicaments destinés à accélérer le transit intestinal), des coupe-faim, des hormones thyroïdiennes et des amphétamines.


Quand les signes de maigreur sont manifestes, il est plus facile d’évoquer le diagnostic. L’alternance de périodes d’anorexie et de boulimie est fréquente mais pas immédiatement évocatrice.


L’absence ou disparition des règles (aménorrhée) quelques mois après la restriction alimentaire est un bon symptôme, car toujours présente. Elle s’associe à un refus de la sexualité (et de la féminité).
En contrepartie, on note des symptômes tels, une hyperactivité avec hyperinvestissement intellectuel, et dans 10 % des cas environ une addiction (drogue, médicaments, tabac, alcool). L’appauvrissement des relations sociales s’associe aux troubles de l’humeur (anxiété et dépression) et du sommeil.

 

 


Revenir au sommaire

 

 

à retenir



 

Informations utiles sur l'anorexie

 

L’anorexie mentale est un trouble mental du comportement alimentaire qui consiste à limiter volontairement sa nourriture par peur de grossir, et par un souci éperdu de minceur. L’alternance avec des crises de boulimie est fréquente.


Articles en cours de révision.
Certaines références vont être ajoutées prochainement.