Rechercher sur le site
Rechercher un médicament
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes du HONcode. Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.
> > > Accidents vasculaires cérébraux (AVC)

Accidents vasculaires cérébraux (AVC)

  134 Votes

Accidents vasculaires cérébraux : définition


Un accident vasculaire cérébral (AVC) ou « attaque cérébrale » est une perte soudaine de la fonction d’une partie du cerveau liée à l’arrêt brutal de la circulation sanguine dans le cerveau. L’interruption de la circulation sanguine peut-être liée à l’occlusion d’un vaisseau sanguin (AVC ischémique) dans 80% des cas ou à la rupture d’un vaisseau sanguin (AVC hémorragique) dans 20% des cas.


Les 130.000 AVC par an sont responsables de 40.000 décès par an en France et de 30.000 patients présentant des séquelles lourdes 1 an après l’AVC. C’est la première cause de handicap non traumatique. Le risque de récidive après le premier épisode est élevé : 30 à 50%.

La survenue d’un AVC est étroitement liée à la présence de facteurs de risque cardio-vasculaires (FRCV) dont certains peuvent être améliorés.

 

La prise en charge des AVC est de plus en plus réalisée dans des unités adaptées : les unités neuro-vasculaires aigue (UNVA) qui sont capables de reperméabiliser les vaisseaux occlus lorsque la prise en charge est suffisamment précoce.

Suivant la localisation et l’étendue de la zone cérébrale concernée, les conséquences sont très variables : de la simple faiblesse dans un membre au décès, en passant par la paralysie et le coma.


Risques et conséquences des accidents vasculaires


Les conséquences de l’AVC sont liées à la localisation des vaisseaux occlus et à la taille de la zone de cerveau touchée par la perte de circulation sanguine. Ainsi les AVC sont souvent responsables de handicaps durables qui altèrent la qualité de vie des patients avec de fréquentes atteintes motrices, sensorielles, cognitives ou provoquer une dépression.

 

A noter que l’on distingue les accidents cérébraux responsables de séquelles (AVC) alors que ceux dont les symptômes se résolvent en moins de 24h (généralement quelques minutes) sont nommés accidents ischémiques transitoires (AIT).

 

Ainsi les séquelles les plus fréquentes des AVC sont l’hémiplégie (paralysie d’une moitié du corps) et l’aphasie (incapacité à parler). Globalement, un an après l’AVC, 30% des patients sont décédés, et sur les 70% survivants, 60% récupèrent une indépendance fonctionnelle alors que 40% conservent des séquelles lourdes altérant leur autonomie et leur qualité de vie.


Enfin, un des risques de l’AVC est la récidive qui survient dans 30 à 50% des cas. Par ailleurs, compte-tenu de l’étroite association avec les FRCV, la survenu d’AVC est hautement prédictive de la survenue d’un évènement cardio-vasculaire extra-cérébral tel un infarctus du myocarde ou un artériopathie oblitérante des membres inférieurs.
 

Causes et mécanismes de l’accident vasculaire cérébral


On distingue deux mécanismes d’accidents vasculaires :


– dans 80 % des cas, il s’agit de l’obstruction d’une artère du cerveau qui provoque un manque de sang dans une zone cérébrale plus ou moins étendue. Il s’agit des AVC ischémiques. Cette obstruction est liée à un caillot de sang (sang coagulé) dont la genèse peut être favorisée par des troubles du rythme cardiaque comme la fibrillation auriculaire ou des lésions des artères du cou. Le vieillissement des artères lié à l’âge et aux facteurs de risques cardio-vasculaires joue un rôle déterminant. La zone touchée, non irriguée, manque d’oxygène et de sucre, et meurt (infarctus cérébral) ;


– dans les autres cas, plus rares, une rupture d’une artère à l’intérieur du cerveau provoque une hémorragie cérébrale. Ce sont les AVC hémorragiques. Les conséquences peuvent être les mêmes. Cette maladie survient plutôt chez le sujet jeune. Il peuvent être liés à la présence de tumeurs, d’une hypertension artérielle ou de troubles de la coagulation. A noter que les AVC ischémiques peuvent secondairement se transformer en AVC hémorragiques.

 

La première cause d’AVC ischémique est la fibrillation auriculaire. Il s’agit d’un trouble du rythme cardiaque responsable de la formation de caillot sanguin dans l’oreillette gauche du cœur. Ces caillots peuvent être propulsés dans la circulation cérébrale et boucher des vaisseaux.

 

Les AVC s’intègrent dans le cadre des maladies cardio-vasculaires, ainsi la survenue d’un AVC et plus particulièrement d’un AVC ischémique est liée à la présence de FRCV. Certains de ces facteurs de risques sont inaltérables : l’âge, le sexe, les antécédents familiaux ; alors que d’autres peuvent être modifiés : l’hypertension artérielle, le tabac, l’hypercholéstérolémie, le diabète, l’obésité et la sédentarité.


 

Symptômes et signes de l'accident vasculaire cérébral


L’AVC se manifeste le plus souvent brusquement, en pleine activité ou au repos.


Les symptômes dépendent de la zone lésée et de l’étendue mais sont généralement marqués par :
– une paralysie (ou une faiblesse musculaire) pouvant toucher la moitié du corps (hémiplégie), la face ou un seul membre ;
– une difficulté à parler (articulation difficile, perte des mots, impossibilité de parler…) ;
– un trouble visuel (cécité d’un œil, vue double, amputation d’une partie du champ visuel…) ;
– une céphalée, des troubles de conscience, un coma ;
– une épilepsie, une perte d’équilibre

 

Les symptômes peuvent être isolés ou s’associer. Dans tous les cas, ils nécessitent une prise en charge urgente.


Revenir au sommaire

 

 

à retenir



 

Informations sur les accidents vasculaires

 

Les accidents vasculaires cérébraux sont une cause majeure de handicap ; le plus souvent de nature ischémique, ils sont considérés comme des maladies cardio-vasculaires et à ce titre pourraient bénéficier de mesures de prévention simples.

adresses utiles



Liens utiles sur les accidents vasculaires

 

Haute Autorité de Santé : Guide Patient à télécharger

Association d’aide aux victimes d’AVC : France AVC

SOS Attaque cérébrale

Fédération pour la recherche sur le cerveau

 


Articles en cours de révision.
Certaines références vont être ajoutées prochainement.