Rechercher sur le site
Rechercher un médicament
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes du HONcode. Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.
> > > Abdominoplastie
Newsletter Santepratique.fr
Suivez l'actualité santé, découvrez nos dossiers ... Inscrivez vous dès maintenant à notre newsletter!

Abdominoplastie

  55 Votes

 

Abdominoplastie : de quoi parle-t-on ?


L’abdominoplastie ou plastie abdominale permet de corriger un ventre dystrophique, c’est-à-dire dont la forme est altérée. Trois types d’excès sont en cause : l’excès de graisse (retiré par une liposuccion), l’excès de peau abdominale (le « tablier » abdominal est retiré et la peau retendue) et l’affaissement des muscles du ventre. Lorsque se combinent un excès de peau et l’affaissement des muscles, on ajoute à la plastie abdominale, une cure d’éventration (les médecins parlent de « diastasis des muscles droits »).


L’abdominoplastie standard consiste à réséquer la paroi en découpant un lambeau de peau en forme de croissant sous l’ombilic. Le lambeau supérieur est abaissé et suturé au ras des poils pubiens ; l’ombilic est remis en bonne position. La cicatrice se situe autour de l’ombilic et au ras du pubis, concave vers le haut pour respecter les plis naturels.

 

Quels sont les usages (indications) de l’abdominoplastie ?


On peut proposer la plastie abdominale suite à une grossesse ou à un amaigrissement, et chaque fois qu’il existe des lésions et une distension importante de la peau (plis recouvrant le pubis). En dehors de ces raisons esthétiques, une abdominoplastie à visée préventive consiste à opérer des femmes autour de la cinquantaine avec un léger surpoids concentré au ventre qui s’aggravera inéluctablement avec l’âge. Une plastie abdominale permet alors de réduire la prise de poids dans cette région en prélevant une partie du stock de cellules graisseuses (adipocytes).

 

Comment se déroule l’abdominoplastie ?


Avant l’intervention, deux consultations de chirurgie espacées de 15 jours minimum sont obligatoires, ainsi qu’une visite de l’anesthésiste (72 heures avant au minimum).


Trois consignes médicales sont à respecter : l’arrêt du tabac les deux mois précédents pour réduire le risque de nécrose des tissus cicatriciels ; l’arrêt d’aspirine, d’antiinflammatoires ou d’anticoagulants oraux 15 jours avant pour limiter le risque d’hémorragie ; éventuellement l’interruption de la contraception orale le mois précédent (autre contraception temporaire) pour limiter le risque thromboembolique.


L’intervention se déroule toujours sous anesthésie générale. Elle dure entre 2 à 4 heures suivant l’importance de la plastie abdominale, avec 1 à 3 jours d’hospitalisation. Huit à 15 jours d’arrêt de travail sont recommandés.
Après l’intervention, un drainage local (lames de caoutchouc ou drains aspiratifs) diminue les risques d’hématome, pendant quelques jours à quelques semaines. Le pansement est retiré le second jour, remplacé par une gaine de maintien haute, à porter 24 heures/24 pendant 1 à 2 mois. Les fils sont retirés entre 10 et 15 jours après l’intervention, en une ou plusieurs fois. Tout effort musculaire abdominal (en particulier le port de charge) est interdit pendant 2 mois. La surveillance postchirurgicale consiste en quatre consultations, à 1, 3, 6 mois et 1 an. Six à 12 mois sont nécessaires pour juger le résultat définitif.


Revenir au sommaire

 

 


Articles en cours de révision.
Certaines références vont être ajoutées prochainement.